Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Interdiction du remplacement des chaudières à fioul : une nouvelle contrainte écologiste

Interdiction du remplacement des chaudières à fioul : une nouvelle contrainte écologiste

par Aymeric Belaud

Dès le 1er juillet 2022, toute installation de nouvelles chaudières au fioul, ou au charbon, sera strictement interdite. Il sera certes toujours possible de faire entretenir et réparer les équipements existants. Mais pour une durée limitée dans le temps. A terme, ce sont trois millions de ménages, principalement en zone rurale, qui devront changer leur chaudière. Mais quelle énergie pour remplacer le fioul ? L’électricité, alors que notre réseau est, chaque hiver, sous tension ? Le gaz, alors que bon nombre de foyers en zone rurale n’y sont pas raccordés ?

Cette nouvelle norme écologiste vient une fois de plus impacter une partie des Français qui devront, dans les prochaines années, changer l’ensemble de leur installation pour passer à un mode de chauffage parfois plus cher et moins fiable. Un nouveau coup porté au porte-monnaie, que la ministre Barbara Pompili veut néanmoins atténuer… en distribuant des aides financières pour remplacer une chaudière. Une nouvelle distribution d’argent public pour creuser encore la dette.

Cette énième interdiction est également illogique : la France est l’un des pays les moins émetteurs de gaz à effet de serre d’Europe. Pourquoi vouloir à tout prix réduire les émissions de carbone de la France, quitte à désavantager ses citoyens ? De plus, pourquoi encourager l’installation de chaudière à gaz, alors que cette énergie est également polluante ?!

Plutôt que de vouloir s’immiscer dans chaque détail de la vie de ses citoyens, le gouvernement devrait plutôt laisser faire le marché. Si de nouvelles sources d’énergies aussi fiables, plus écologiques et moins chères permettent de se chauffer aussi bien que le fioul, les Français les choisiront. De même, investir dans de nouveaux parcs nucléaires et mettre en place une réelle concurrence entre les fournisseurs d’électricité permettraient de rendre le chauffage électrique plus sûr et moins coûteux, tout en diminuant les émissions de gaz à effet de serre.

You may also like

9 commentaires

Tibus 54 27 janvier 2022 - 7:15

Le non raccordement en campagne à un réseau de distribution de gaz n’est pas un argument. Tout comme il y a des citernes de fioul , on peut mettre une citerne de gaz . Il est un peu rapide de laisser entendre que le fioul est moins cher et plus fiable que d’autres moyens de chauffage
Le passage d’une chaudière fioul à une chaudière à gaz peut être relativement indolore :
– L’installation de radiateurs est intégralement sauvegardée
– au delà des aides publiques la chaudière peut s’autofinancer en grande partie par la gestion du fond de roulement: dans le cas du fioul on stocke et on paye son carburant avant de consommer, avec le gaz c’est l’inverse, on consomme et on paye après …

Répondre
jean girard 27 janvier 2022 - 2:43

manifestement vous ne connaissez pas le prix du gaz en citerne , le propane ! il est prohibitif , plus de 2000 la tonne et un chauffage propane coute bien plus cher qu’avec l’electricite et aussi plus cher que le fioul

quand a la gestion du fonds de roulement c’est pipo

toujours agaçant de voir les bisounours qui n’y connaissent rien donner des conseils ineptes

Répondre
Tibus 54 28 janvier 2022 - 5:41

Ce n’est pas pipo c’est purement mathematique
Vous payez après avoir consomme et non avant

Répondre
Jean-Louis COUVERT 27 janvier 2022 - 8:40

Cohérence et écologie sont incompatibles : on promeut les véhicules électriques (sans se soucier du poids écologique de leur fabrication ou de l’élimination des batteries) et « en même temps » on ferme les centrales nucléaires (seule source d’énergie non polluante) ! En ce qui concerne les chaudières dans les compagnes, les péquenots n’ont qu’à récupérer le méthane des pets de leurs vaches, non mais !

Répondre
Bernard GUILHON 27 janvier 2022 - 8:42

« investir dans de nouveaux parcs nucléaires et mettre en place une réelle concurrence entre les fournisseurs d’électricité ». Ce serait la marche à suivre logique et évidente, s’il n’y avait le veto allemand. Et ce veto sera maintenu tant que l’électricité française n’aura pas rattrapé le prix de l’allemande (le double, grosso modo). C’est ça l’Europe de la saine concurrence qui nous a été tant vantée.
Et comme le véritable patron de l’Europe est logé à Berlin, obéissons, comme d’hab.

Répondre
Arminius 27 janvier 2022 - 9:45

Cher monsieur,

Sur le plan scientifique se chauffer avec une énergie comme le fuel est un non sens. Il est donc logique de tendre vers la suppression du chauffage au fuel contrairement à ce que vous dites car vous vous basez uniquement sur un raisonnement à court terme. Le pétrole (ou le gaz) doit être réservé aux transports car on n’a pas de remplaçant pour le moment.
Tous les ruraux doivent se chauffer au bois (ou à la biomasse comme la paille). C’est possible quand on dispose d’espace pour le stockage ce qui n’est pas le cas en ville. La Fontaine l’a dit : le rat des villes est plus vulnérable que le rat des champs.
Je suis un rural et je constate que le bois est inexploité. La filière du bois-énergie doit être développée. Quant à moi, j’ai commencé à acheter (pas cher) des parcelles de bois qui étaient dédaignées il y a 30 ans et on me prenait alors pour un fou. Mais aujourd’hui les parcelles de bois sont recherchées par contre la main d’oeuvre pour exploiter le bois est manquante. On fait venir des équipes de bucherons de Pologne par exemple, alors que les chômeurs sont nombreux ! Il nous faut une politique incitative dans le sens de l’exploitation de nos ressources locales et l’état a un rôle à jouer pour cela mais, bien sûr, l’état ne doit surtout pas géré la filière.

Répondre
Christian 27 janvier 2022 - 4:16

Cher monsieur Arminius,
Sur le plan scientifique, se chauffer au bois est un non-sens. Il dégage plus de CO2 que le charbon. Au moins deux fois plus ! Dire que c’est une énergie renouvelable est un 2 -ème non-sens : on brûle en quelques minutes ce que la nature demande 60 ans à fabriquer.
Laissons l’état de côté. Les citoyens sont assez matures pour choisir quelle énergie leur convient le mieux, en fonction de leur situation géographique et de leurs besoins.
Remplacer le fioul par du gaz est aussi une absurdité, contenu des fuites de méthane observables sur tous les gazoducs de la planète. Finalement le méthane réchauffe plus la planète que le pétrole.
Vous allez peut-être comprendre dans les jours qui viennent qu’un chauffage à fioul est préférable à un chauffage à gaz. Le gaz est une énergie intermittente, peu stockable, dont Poutine ou le chancelier Scholz peuvent couper le robinet à leur guise. Ceux qui ont fait le plein de Fioul avant l’hiver pourront continuer à se chauffer ; ceux se chauffent au gaz dans les villes greloteront comme toute l’Europe.
L’absurdité, c’est un État omniprésent qui veut décider tout seul un mode unique d’énergie, sans en comprendre ni les bases scientifiques ni les conséquences politiques ni les conséquences industrielles.
Pour info, depuis un mois, les débits des gazoduc russes vers l’Europe (Pologne et Ukraine) sont à un tiers de leurs capacités habituelles. Pourvu que l’hiver ne soit pas trop froid en Europe. Vendredi il fera -21°C à Québec, -10°C à New York

Répondre
arminius 30 janvier 2022 - 7:33

Cher monsieur Christian,

Merci pour votre courtoisie.
Je vois que nous sommes d’accord sur tout. En effet, le fuel ne doit pas être remplacé par le gaz comme vous le dites très justement.
Le bois émet du CO2à partir de carbone accumulé en 60 ans, vous avez encore raison. Mais en brulant des produit pétroliers on émet du CO2 à partir de carbone qui a demandé des centaines de millions d’années de maturation. C’est pourquoi à l’échelle de temps de l’humanité on peut dire que le bois est une énergie renouvelable.
J’ai simplement dit que le chauffage au bois est une solution pour les ruraux.
Mendeleiev après avoir analysé le pétrole du Caucase au 19eme siècle a dit qu’il valait mieux se chauffer en brulant des billets de banque plutôt que du pétrole tellement ce produit est précieux. Je pense en effet que les produits pétroliers doivent être réservé pour les transports.

Avec mon respect
Arminius

Répondre
LAURENT46 30 janvier 2022 - 7:09

Une nouvelle contrainte du parisianisme imbécile. Tous les industriels démontrent que l’on va vers une catastrophe avec le tout électrique mais force est de constater que le cerveau de la gente féminine qui nous gouverne n’est pas tout à fait fini les autres non plus d’ailleurs Macron en tête. Nul besoin d’avoir une tête bien pleine encore faut-il avoir une tête bien faite mais cela devient un luxe dans cette République qui n’a que le cerveau des contraintes, taxes et du fric à vie pour certains porte feuilles.

Répondre

Laissez un commentaire