Accueil » Financement de l’audiovisuel public : toutes les solutions sont envisagées, sauf la bonne

Financement de l’audiovisuel public : toutes les solutions sont envisagées, sauf la bonne

par Adélaïde Motte

On vous l’avait annoncé en fanfare : la redevance audiovisuelle est en fin de vie. En revanche, le gouvernement n’a pas encore trouvé de solutions pour financer le précieux service d’audiovisuel public garant, comme on nous le rabâche, d’indépendance et de diversité des programmes. Gabriel Attal, ministre des Comptes publics, examine donc attentivement les solutions : la majorité législative propose d’affecter une part de la TVA à ce service. Une petite fraction bien sûr, on parle à peine de quatre milliards d’euros. La Nupes, elle, préférerait une taxe progressive en fonction des revenus, et le parti socialiste propose “une contribution audiovisuelle, universelle et progressive”.

La proposition est follement généreuse pour les plus démunis, mais pas forcément réaliste. Ceux qui ne perçoivent qu’un petit salaire passent souvent plus de temps devant leur poste que les dirigeants d’entreprise. Au lieu de faire payer tout le monde en fonction de son revenu, ne pourrait-on pas, par exemple, les faire payer en fonction du temps passé devant un programme ? Cela permettrait même aux chaînes publiques les plus fréquentées de percevoir des moyens à la hauteur de leurs efforts. Elles pourraient ainsi améliorer leurs programmes pour offrir un service encore meilleur, ce qui, on n’en doute pas, est le premier de leurs soucis.

Ce ne serait pas si compliqué, il suffirait d’équiper chaque foyer d’un audimètre. L’Etat ferait peut-être des économies si, par extraordinaire, on se rendait compte que le service public est peu utilisé. Les Français seraient alors déchargés de la fameuse taxe audiovisuelle et gagneraient un peu plus de ce pouvoir d’achat dont il est beaucoup question en ce moment. Mais, en fin de compte, le plus simple ne serait-il pas de privatiser l’audiovisuel public ?

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

Almaviva 21 juillet 2022 - 6:46

Oui, ce serait le plus simple : privatiser l’audiovisuel public ! Mais les pouvoirs publics français n’aiment pas la simplicité, pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer !!

Répondre
Obeguyx 21 juillet 2022 - 9:04

Là, on a affaire à du lourd entre le PS et la NUPES. L’audiovisuel passe maintenant derrière les idiots visuels tant ceux-ci sont affublés d’une bêtise dépassant tout entendement. La France devrait trembler de peur devant tant de « conneries ».

Répondre
PhB 21 juillet 2022 - 8:52

Bonjour
Audimètre?
Bravo!
Juste pour INFO
FRANCE INTER est la PREMIERE RADIO de FRANCE la plus écoutée depuis quelques années
Cherchez l’ERREUR!
Le Français est un FRAUDEUR par essence même.
Chez nous en Alsace avec nos appareils multistandards, il était facile d’acheter un appareil TV en Allemagne, y apporter des petites modifs pour recevoir les programmes français ou même simplement acheter chez nous, un appareil par un détenteur payant déjà la redevance (le nombre n’étant pas limité) et par sureté de les « brider » pour qu’il n’affiche que les programmes allemands lors du passage d’un inspecteur. Ca c’était au bon vieux temps jusque dans les années 90.
Donc Audimètre, sondage, c’est de la FLUTE.
Quand il fait resquiller, il n’y a plus personne à l’horizon pour payer!
Donc faire payer tout le monde pareil, est plus simple, juste recouvrir la redevance avec le minimum de frais.
Moi personnellement j’en ai rien à faire de notre stade de Foot, qui coûte bonbon et je ne me plains pas non plus.
Avec votre raisonnement, pourquoi faire payer l’entretien des routes aux piétons ou cyclistes?
PhB

Répondre
PhB 21 juillet 2022 - 8:53

Bonjour
Audimètre?
Bravo!
Juste pour INFO
FRANCE INTER est la PREMIERE RADIO de FRANCE la plus écoutée depuis quelques années
Cherchez l’ERREUR!
Le Français est un FRAUDEUR par essence même.
Chez nous en Alsace avec nos appareils multistandards, il était facile d’acheter un appareil TV en Allemagne, y apporter des petites modifs pour recevoir les programmes français ou même pour acheter un appareil par un détenteur payant déjà la redevance (le nombre n’étant pas limité)
et par sureté de les « brider » pour qu’il n’affiche que les programmes allemands lors du passage d’un inspecteur. Ca c’était au bon vieux temps jusque dans les années 90.
Donc Audimètre, sondage, c’est de la FLUTE.
Quand il faut resquiller, il n’y a plus personne à l’horizon pour payer!
Donc faire payer tout le monde pareil, est plus simple, juste recouvrir la redevance avec le minimum de frais.
Moi personnellement, j’en ai rien à faire de notre stade de Foot, qui coûte bonbon et je ne me plains pas non plus.
Avec votre raisonnement, pourquoi faire payer l’entretien des routes aux piétons ou cyclistes?
PhB

Répondre
Adélaïde Motte 9 août 2022 - 10:04

Bonjour Monsieur,
L’audimètre était une façon d’amener la privatisation des chaînes, qui arrivent à survivre avec des recettes publicitaires dispensées par des entreprises qui, manifestement, arrivent à savoir quel est l’audimat d’une émission. Je regrette de n’avoir pas été assez claire.

Répondre
AlainD 22 juillet 2022 - 11:56

La nupes et le ps proposent des solutions à la graisse de chevaux de bois selon leur habitude ! La redevance et son remplacement, pourquoi faire ? Les chaînes publiques diffusent autant de spots publicitaires que les privées. Peut être qu’i faudrait limiter les rémunérations des animateurs et producteurs d’émissions, supprimer quelques parasites qui s’engraissent sans bruit. D’ailleurs j’évite certains programmes comme les feuilletons « quotidiens » qui durent depuis des années et ne vendent que de la soupe pour endormir des téléspectateurs passifs. Une seule chaîne trouve grâce à mes yeux dans le public c’est Arte, qui est d’ailleurs une chaîne franco-allemande…

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 26 juillet 2022 - 8:17

D’accord sur le principe de la privatisation. Mais, quand on voit la nullité des programmes de TF1, on peut se poser des questions sur la pertinence d’une telle privatisation.

Répondre

Laissez un commentaire