Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Face à l’insécurité en Île-de-France, tous les candidats aux élections régionales aiment la police

Face à l’insécurité en Île-de-France, tous les candidats aux élections régionales aiment la police

par
78 vues

Entre les accusations de contrôles au faciès et celles de violences, les policiers ont mauvaise presse depuis quelque temps. Mais comme la sécurité est la préoccupation majeure des Français pour les élections régionales, les différents candidats d’Île-de-France sont bien obligés de composer avec eux. Dans des entretiens accordés au Parisien, tous, de Clémentine Autain (LFI) à Jordan Bardella (RN), en passant par Julien Bayou (EELV), proposent la construction de commissariats, l’équipement des policiers et de nouveaux recrutements.

On pourrait leur conseiller, pour un usage plus efficace de l’argent public, de concentrer leurs efforts dans les espaces les plus à risques. Toujours selon le Parisien, c’est à Paris et en Seine-Saint-Denis que les faits de violence sont les plus fréquents : plus de 6 500 agressions au premier trimestre 2021 dans chacun de ces deux départements, contre 3 500 à 4 000 dans les autres.

On pourrait surtout leur conseiller de s’occuper des sujets pour lesquels la région est compétente. La sécurité ne fait pas partie des compétences du conseil régional. D’ailleurs, en Île-de-France, les dépenses liées à la sécurité ne représentent que 0,8 % du budget de la région pour 2021 (et portent essentiellement sur les transports et les lycées). On peut donc se demander si tout cela n’est pas que gesticulations et promesses en l’air.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

1 commenter

Obeguyx 14 juin 2021 - 10:05

Face à l’insécurité en Île-de-France, tous les candidats aux élections régionales aiment la police
Les bisounours sont sur le tarmac. Où étaient-ils lorsque les forces de l’ordre se faisaient caillassées, insultées, massacrées ??? Les campagnes sont bien lancées et on n’a pas fini de souffrir pendant onze mois.

Répondre