Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les éboueurs veulent, eux aussi, des primes JO

Les éboueurs veulent, eux aussi, des primes JO

par
971 vues

La CGT FTDNEEA (filière traitement des déchets, nettoiement eau, égouts, assainissement) qui représente notamment les éboueurs parisiens, a déposé plusieurs préavis de grève, du 14 au 24 mai et du 1er juillet au 8 septembre, afin d’accentuer sa pression sur la mairie de Paris, pile au moment des Jeux Olympiques.

Les revendications du syndicat d’extrême gauche sont claires : une augmentation de salaire de 400 € par mois et une prime de 1900 € pour l’ensemble des agents publics du secteur. L’adjointe aux ressources humaines de la capitale, Olivia Polski, avait déjà annoncé le versement d’une prime spéciale JO allant de 600 à 1900 €, selon la charge de travail supplémentaire que cet évènement pourrait entraîner pour chacun.

Des conditions qui n’ont visiblement pas plu à la CGT, prête à exercer un chantage directement lié à sa position de force. Une situation qui n’est pas sans rappeler la grève des éboueurs de l’année dernière, décidée en opposition à la réforme des retraites.

Le mouvement social avait duré trois semaines et fait craindre une dégradation d’ampleur de la situation sanitaire de la ville lumière, mettant également en évidence le système mixte de ramassage des ordures parisien, la moitié des arrondissements étant en régie et l’autre moitié faisant l’objet de contrats de concession avec des prestataires privés (comme Derichebourg ou Pizzorno), parfois empêchés de travailler par leurs collègues du secteur public.

Pour qu’une saine concurrence puisse s’appliquer et que le service rendu puisse s’améliorer un tant soit peu, il serait intéressant d’étudier la privatisation totale de la collecte des déchets : une idée d’ailleurs fréquemment évoquée par l’opposition à Anne Hidalgo au Conseil de Paris.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

Broussard 6 mai 2024 - 8:40

À quand un préavis de grève des prostitué-es des bois de Boulogne et de Vincennes ?
Christian

Répondre
Nemouk 6 mai 2024 - 9:15

Moi je veux aussi une prime des syndicats pour compenser la nausée que m’inspire leurs revendications opportunistes et leur chantage dégueulasse !
Il faut refuser, qu’ils s’arrêtent de bosser et que les rats envahissent Paris ! C’est de toutes façon ce qui va arriver puisque la flamme olympique est partie du temple d’Hera … (ça ne s’invente pas !)

Répondre
Dupond 6 mai 2024 - 9:26

Malheureusement pour les français le statut de la fonction publique ( emploi à vie garanti ) permet tous les abus .
L »Etat très mauvais employeur avec ses multiples accords salariaux , incapable d’être cohérent et juste avec ses salariés ouvre la porte à tous ces extrémistes de gauche .

Répondre
Duhamel les syndicats n'ont jamais créé des emplois ,ils en ont au contraire détruit .Surtout les syndicats français qui n'ont pas encore compris qu'une entreprise c'est comme un bateau , sauver le bateau c'est sauver les marins , 6 mai 2024 - 9:39

Mais qu’est ce qu’il lui a pris à
Louis 17 MAcron de vouloir le cirque des jeux olympiques ? Il veut que l’on se souvienne de lui ? Vu l’état de la France dans laquelle il va la laisser on ne l’oubliera pas .

!

Répondre
Jacques Baudouin 6 mai 2024 - 11:02

Heureusement que les c..s ne demandent pas une prime car ce serait la ruine de l’état !!!

Répondre
Bailly 6 mai 2024 - 10:07

Ces gens là se tirent une balle dans le pied! il n’y a pas de place pour les maitres chanteurs. Dans 30 ans la CGT n’existera plus

Répondre
lecotre 9 mai 2024 - 7:03

A quand le licenciement de tous ces nantis ? , ils ont tout mais c’est insuffisant. Quand on est pas satisfait on change de boulot.

Répondre