Accueil » Pourquoi il faut bouter Poutine dehors et préserver les Russes

Pourquoi il faut bouter Poutine dehors et préserver les Russes

par Jean-Philippe Delsol
Certains s’inquiètent encore que l’Occident pousse Poutine à bout. Henri Guaino réitère (l’Express du 7 septembre) ses craintes d’un « jusqu’au-boutisme » ukrainien et européen. Certes, humilié, Poutine pourrait être tenté d’utiliser l’arme nucléaire avec toutes les conséquences insondables susceptibles d’en découler. Il est la réplique sismique du stalinisme qu’il admire. Dès 2005, il avait déclaré que la chute de l’URSS avait été « la plus grande catastrophe géopolitique » du XXe siècle. Les tyrans perdent facilement la raison. Quand ils sont empreints d’une idéologie dominatrice, ils sont prêts à tout y sacrifier, y compris la vie des peuples.

Il est donc raisonnable en l’état d’éviter d’entrer officiellement dans cette guerre que la Russie n’a jamais déclarée. A cet égard, et pour le moment, l’effort du président français et du chancelier allemand pour garder un brin de conversation avec Poutine n’est pas critiquable. Pas plus que le refus des Etats-Unis de livrer à l’Ukraine des missiles à longue portée. Du moins, il n’est pas encore temps. C’est aussi une tentative de conserver un espoir de renouer un jour avec le peuple russe qui est encore marqué par des décennies de totalitarisme rouge. C’est peut-être aussi le moyen d’éviter que Poutine soit renversé par de pires extrémistes plutôt que par les libéraux.

Mais les tyrans sont toujours des géants aux pieds d’argile, entourés de gens serviles, repus et corrompus de leurs propres mensonges. Il ne faut pas en avoir peur : ils trompent le monde en se trompant eux-mêmes. Déjà les alliés supposés de Poutine l’abandonnent, la Chine ne veut pas s’en mêler et au sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai ces 15 et 16 septembre, Modi a fait savoir au président russe que l’heure n’était « pas à la guerre ».

Le temps de la détermination

Il est donc heureux que le temps ne soit plus aux hésitations, s’il l’a jamais été. Après beaucoup d’atermoiements, le Chancelier Scholz a demandé le 13 septembre au président russe le retrait de tous les territoires occupés. Après avoir espéré la négociation, quitte à demander à l’Ukraine d’abandonner des territoires, Emmanuel Macron exhorte désormais la communauté internationale à ne faire montre d’« aucune faiblesse, aucun esprit de compromission » (mardi 23 août) face à la Russie. Les Etats-Unis ont consacré les plus gros efforts financiers et militaires dans le soutien à l’Ukraine, mais l’Europe n’a pas été de reste avec 19 Md€ débloqués à ce jour pour l’Ukraine en guerre hors aides militaires. Dans son discours à Strasbourg du 14 septembre Madame von der Leyen a appelé les Européens à « faire preuve de détermination et pas d’apaisement ». Il faut continuer à soutenir l’Ukraine.

La Russie est l’envahisseur. Et les armées russes se comportent comme des barbares ainsi que le prouvent les charniers et les salles de torture découverts lors de la reprise des territoires ukrainiens qu’ils ont occupés, et encore ces derniers jours à Kharkiv. Il ne faut jamais accepter une telle vilenie, une telle inhumanité. Et s’y opposer mollement serait plus qu’une acceptation, un encouragement tacite, comme Daladier et Chamberlain face à Hitler.

Bien sûr, l’Europe souffrira de l’embargo imposé à la Russie. Mais celui-ci fait déjà ses preuves. La Russie manque de pièces détachées et de composants électroniques pour réparer et construire ses matériels militaires, pour faire voler ses avions, pour faire tourner ses usines. Ses finances sont sous assistance respiratoire. Elle est en défaut sur le paiement de ses obligations souveraines. La chute des recettes de l’Etat russe s’accélère avec la baisse des exportations d’hydrocarbures. Ses réserves d’armement semblent s’épuiser. La Russie est, plus profondément, faible de son assujettissement qui ignore la morale, détruit l’esprit d’initiative et anémie les peuples.

Préserver la population russe

La population russe semble elle-même commencer à exposer ses réticences face à la guerre. Les échecs successifs de l’armée russe devant Kiev puis maintenant dans le Donbass ont dévoilé le mensonge que couvrait la désignation d’ « opération spéciale » dont Poutine affublait son invasion. Malgré la répression, la terreur et la censure totale, des voix russes courageuses s’élèvent contre cette guerre jusque parmi des élus de Saint Petersbourg. Il ne faut pas les abandonner.

Les Ukrainiens eux-mêmes ont fait preuve d’une grande capacité à s’amender dans l’adversité. Ils étaient, tout autant que les Russes, minés par des pouvoirs pervertis à la botte d’oligarques prédateurs. Volodymyr Zelensky, qui avait lui-même succombé aux pratiques occultes de l’économie ukrainienne, s’est ressaisi et désormais sa politique vise à rétablir la transparence et la probité à tous les niveaux de la société. En témoigne l’entrée en vigueur en juin 2022 de sa « loi sur la déoligarchisation » de septembre 2021, sa nomination d’un nouveau procureur anti-corruption, et les sanctions engagées contre son parrain en politique, Ihor Kolomoïsky, le propriétaire de la chaîne qui a lancé sa série Le Serviteur du peuple. Ce que les Ukrainiens sont en train de faire dans la guerre, les Russes doivent pouvoir le faire dans la libération de leur pays.

Les dirigeants russes se conduisent en barbares, mais la Russie n’est pas barbare. Les hordes asiatiques qui l’ont envahie il y a de nombreux siècles y sont arrivées plus tard qu’en Europe de l’Ouest, mais l’Orthodoxie y a fait prospérer une culture différente et complémentaire qui n’a rien à envier à celle du vieil Occident romain. L’esprit slave, cette « énigmatique âme russe », est sans doute plus mystique que celui des Latins et des Anglo-Saxons. Mais leurs racines chrétiennes les réunissent. L’Europe s’enrichirait de retrouver ses anciennes alliances avec la Russie : celle-ci tempèrerait le matérialisme européen aux sources de la transcendance orthodoxe tandis que l’Europe pourrait réduire la tentation impériale de confusion des pouvoirs civils et spirituels qu’ont conservé les successeurs de Byzance. Ne faut-il pas réfléchir dès à présent aux moyens de renouer le fil entre les héritiers de Jérusalem, Athènes, Rome et Constantinople ? Ce qui suppose aussi tout à la fois que Poutine ne soit plus là et que le peuple russe comprenne que nous voulons le libérer plutôt que le soumettre.

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire