Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La hausse des prix de l’énergie est due à la politique

La hausse des prix de l’énergie est due à la politique

par
2 359 vues
Dans un petit livre de 159 pages, intitulé « Les vrais responsables de la crise de l’énergie » (l’Artilleur), le professeur Rémy Prud’homme explique de façon lumineuse la hausse des prix de l’énergie qui est due à des décisions politiques.

L’arrêt de centrales nucléaires en Allemagne, Japon et France a contribué à la hausse des prix de production de l’électricité.

En euros constants, les dépenses énergétiques hors taxes par ménage français ont baissé de 5% de 2011 à 2019.  Pendant la même période les taxes énergétiques par ménage augmentaient de 34%, les dépenses TTC augmentant ainsi de 26 %. Les taxes expliquent plus de la moitié de la hausse du coût de l’énergie, qui a particulièrement augmenté depuis 2008. Elles représentaient en France en 2019 44% de la valeur de la consommation pour les produits pétroliers, 25 % pour le gaz et 29 % pour l’électricité. Rémy Prud’homme rappelle que « tous les ministres de l’Environnement expriment clairement leur intention de voir les prix de l’énergie augmenter grâce aux taxes carbone ». Constater que les taxes sont largement responsables de la hausse des prix de l’énergie, c’est reconnaître la responsabilité des politiques décidées par les dirigeants politiques, sous le prétexte de faire baisser les émissions de CO2.

En 2020, les « intermittents » (éoliennes et panneaux solaires) ne représentaient que 1,2 % de l’énergie consommée dans le monde, mais leur influence sur les prix des autres énergies a été considérable. Ils sont subventionnés par des taxes sur les autres énergies (cf ci-dessus). Ils obligent à de lourds investissements dans les réseaux électriques, pour les raccorder à de plus nombreux producteurs (en France plus de 10.000, contre une centaine de centrales et barrages ; coût : 1 milliard par an). Ils ne sont disponibles qu’environ 1.000 heures par an pour le soleil et 2.000 heures pour le vent (sur 8.760 heures annuelles).  Leur électricité doit être achetée à un prix élevé à ces heures- là, qui sont celles où la demande est la plus faible (par exemple milieu de journée en été) et où le prix de vente sur le marché européen est le plus bas. Aux heures où ils ne fonctionnent pas, il faut les remplacer par des centrales à gaz, qui ne fonctionnent donc pas de façon permanente, à un coût plus élevé. En France de 2010 à 2020 la production des intermittents a augmenté de 250 % et celle des centrales à gaz de 15 %. La production de ces centrales à gaz est plus chère que celle des centrales nucléaires, dont la production a dû baisser, la demande étant stable. L’arrêt de centrales nucléaires en Allemagne, Japon et France a contribué à la hausse des prix de production de l’électricité.

De 2000 à 2020 les réserves prouvées de pétrole ont crû de 33 % (et de 36 % pour le gaz).

On ne peut mettre en cause pour expliquer la hausse des prix ni la fin du pétrole ni la hausse des coûts de production des produits pétroliers. De 2000 à 2020 les réserves prouvées de pétrole ont crû de 33 % (et de 36 % pour le gaz). Les prix du gaz ont baissé de 80% de 2005 à 2020, suivant la baisse de leur coût de production. Le développement du pétrole et du gaz de schiste par la fracturation hydraulique a augmenté l’offre et donc fait baisser les prix.  Certes des variations du prix du pétrole sont dues au cartel de l’OPEP qui a joué un rôle en 1973 (premier choc) et en 1979 (deuxième). Mais la conjoncture économique a joué un rôle plus important. A certaines périodes, l’Arabie Saoudite a voulu éviter des prix trop élevés (en dollars) et a augmenté sa production. Pour les Européens le rapport euro/dollar, passé depuis 2008 de 1,40 à 1, a eu une forte incidence.

L’Union Européenne a contribué à l’augmentation des prix en créant un marché unique de l’électricité, dont le prix dépend en réalité du prix du gaz en Allemagne. La hausse récente du prix européen du gaz est due aussi à des décisions politiques : les Allemands avaient, avant cette année, accepté que 55% de leur consommation de gaz soient fournis par la Russie.

Les écologistes ont freiné les investissements dans la production d’électricité thermique. Ceux-ci ont diminué de 40 % de 2010 à 2020, comme la production elle-même, alimentant ainsi les hausses de prix futures. Bref la hausse des prix de l’énergie, qui va se poursuivre, est due à des décisions politiques. A cet égard, les gilets jaunes avaient raison.

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

LYBD 23 novembre 2022 - 6:23

Je n’en reviens pas car je crains que cette étude soit bien le reflet de la réalité. Nos politiques français comme les fonctionnaires de la communauté européenne sont hors sol. Ils s’agitent dans des sujets qu’ils ne connaissent pas. Mais pour assureur leur carrière ils nous « allument » en éditant textes et règles. Ils touchent à tout et cassent tout.Et la mondialisation augmente les difficultés.

Répondre
GHUS 23 novembre 2022 - 8:58

En indexant le prix de l’électricité en France en grande majorité produite par nos centrales nucléaires sur celui du gaz en Allemagne, on a obéré la compétitivité de nos entreprises pour qu’elles ne bénéficient pas d’un avantage compétitif par rapport aux entreprises allemandes.
Aujourd’hui, grâce à une situation budgétaire moins détériorée, l’Allemagne débloque 200 milliards d’euros pour aider ses entreprises à faire face à l’envolée du prix du gaz. Les agitations véhémentes de Macron n’auront aucun effet sur cette décision du gouvernement allemand. Et ce sont nos entreprises qui vont souffrir, donc l’emploi.
Hollande a décidé de fermer les centrales nucléaires. Macron a conforté cette décision avant de virer de cap il y a peu. La décision d’indexer le prix de l’électricité sur celui du gaz est récente. Macron ne pourra pas se représenter à la prochaine présidentielle. Quel soulagement !

Répondre
AlainD 24 novembre 2022 - 10:55

D’accord avec vous, ce sera un soulagement, hélas, en dix ans dans quel état va t il laisser la France ? Car il ne nous aura pas ménagés. Déjà quand il était banquier il a oeuvré au dépeçage de notre industrie. Lui qui ne voit que par l’élimination du carbone est bien celui qui voulait réduire la production d’énergie nucléaire avant d’en revenir. Il est aussi celui qui a inventé les cars Macron, pour ce qui est de réduire les émissions de carbone, je dis pouvait mieux faire. Quant au prix de l’électricité pourquoi restons nous dans le marché unique qui nous désavantage tellement tout comme l’indexation du prix de l’électricité sur celui du gaz et pourquoi EDF est elle tenue de vendre à des entreprises qui ne produisent rien ou si peu une énergie à bas prix que les mêmes revendent avec bénéfice ???

Répondre
JR 27 novembre 2022 - 8:26

Bonjour Alaind, vous avez raison, le résultat sera catastrophique, cette idéologie est un fléau à combattre de toutes nos forces, à l’instar du communisme et du nazisme : https://climatetverite.net/2022/11/21/la-pulsion-totalitaire-des-verts/ Merci. Bien à vous

Répondre
Dudufe 24 novembre 2022 - 11:03

Augmenter les taxes carbone pour augmenter le prix de l’énergie afin de consommer moins est aussi bête que le numerus clausus afin qu’il y ait moins de médecins donc moins de consultations …!

Répondre
JR 25 novembre 2022 - 9:52

Bonjour, depuis la fin de la présidence Sarkozi, puis celle de Hollande et enfin celle de Macron à 80 km/h, la France n’a eu cesse de saboter notre fleuron énergétique thermonucléaire. Le plan Messmer de 1974 faisait notre fierté nationale, n’est plus qu’un vieux souvenir à l’époque où les politiques étaient des visionnaires.
De plus, sous la pression des lobbys étrangers et des ONG véreuses, en 2017 (encore Macron), nous avons signé l’interdiction des recherches pétrolières & gazières dans notre sous-sol. Décision fatale à notre indépendance énergétique. Hormis inventer les 80 km/h et les malus à 50 000 €, ce gouvernement parodique ne peut que nous mener au déclin du pays et au déclassement des Français. Mais, Madame Borne doit être fier de cela, elle accomplit la tâche Schwabienne qui lui est assignée. Notre pays n’a plus d’ambition, d’où une jeunesse déprimée, sans ambition, voire suicidaire à cause de la propagande éhontée des extrémistes à brassard vert (Climatejugend, successeurs des Hitlerjugend) . Cette néo-religion climatique prônée par l’ONU et le fameux communiste vert Gutarres termine d’achever les bonnes volontés.
https://climatetverite.net/2021/10/09/politique-energetique-europeenne-un-desastre-antinucleaire/ Merci. Bien à vous

Répondre
Astérix 27 novembre 2022 - 9:10

En accord avec les commentaires. Nous avons le résultat d’années de conneries chez nos dirigeants.
Le comble du comble. Macron a dit il y a quelques temps au chancelier allemand : Tu me vends de l’électricité et je te vends du gaz ». Proposition confirmée cette semaine par Madame Bornée !
Je rappelle que nous avions toutes les centrales nucléaires chez nous pour produire de l’électricité avant qu’elle soient fermées ou non entretenues et, nous n’avons pas de gaz ?????
N’est-ce pas hallucinant !!? L’ on ne peut voir une telle situation que chez nos énarcotechnocrates, cons comme la lune !?
Bravo les français d’avoir élu ces crétins !

Répondre

Laissez un commentaire