Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » France Inter, la radio championne des « fake news »

France Inter, la radio championne des « fake news »

par
4 257 vues
« Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » disait Radio Londres sous l’Occupation. Aujourd’hui, en ces temps de révolte contre un président démocratiquement élu il y a moins d’un an, France Inter, station amirale de la radiodiffusion publique, raconte aussi n’importe quoi.

Le slogan triomphant et trompeur de France Inter remonte au moins à janvier 2022

Elle nous trompe d’abord avec ses nouvelles publicités, financées par les contribuables. France Inter affirme attirer plus de 7 millions d’auditeurs quotidiens (+ 130.000 sur un an). Conclusion en gros caractères: « Jamais une radio n’aura rassemblé autant de monde ! ». C’est totalement faux. Dans les années 80, plusieurs stations en France recueillaient une audience bien plus élevée. RTL en particulier était encore  la première radio de France avec 8, 29 millions d’auditeurs en 1995. Philippe Labro y était alors à la manœuvre, au 22 Rue Bayard.

On passera aussi sur ce petit émetteur qu’est la BBC avec un record d’audience de 438 millions de Terriens en mars 2020. Rien qu’aux États-Unis, 7,5 millions d’auditeurs radiophoniques sont encore branchés chaque semaine sur BBC World Service.

Le slogan triomphant et trompeur de France Inter remonte au moins à janvier 2022. À l’époque la vantardise de la station rouge s’accompagnait au moins d’un astérisque précisant la source des chiffres : le sondage de référence Médiamétrie lancé en 2002. Avant cette date, c’était la préhistoire ? La TSF n’avait pas été inventée ? Aujourd’hui, France Inter se dispense de cette référence. Le narratif mensonger est devenu réalité. « On était la plus grande radio de l’histoire en janvier 2022, avec 6.959.000 auditeurs quotidiens. On l’est encore plus aujourd’hui ».

Rappelons au passage que le sondage Médiamétrie repose sur un questionnaire téléphonique. Il ne s’agit pas d’une mesure effective. L’audience télévisée en revanche est établie sur la base de données collectées par des boîtiers électroniques. Elle est donc vérifiable. Les sondages de Médiamétrie sur l’audience radio restent des approximations.

Peu importe ! C’est un « fake news » – crime que Radio France affirme avec prétention pourfendre sans relâche –  qui est devenu le fondement de sa promotion.

France Inter prétend par ailleurs de manière quotidienne être, avec les autres chaînes financées par votre argent, « le garant de l’indépendance et de la qualité de l’information ». Sans Radio France, les Français ne seraient donc pas correctement informés ! Bon sang, mais c’est bien sûr ! Ils seraient manipulés par des forces de l’argent. De riches capitalistes comme Patrick Drahi, patron du groupe Altice et propriétaire de Libération et BFM ? Ou encore comme les épouvantables suppôts de la finance internationale que sont Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Daniel Kretinsky, actionnaires principaux du quotidien Le Monde ?

Priorité à l’activisme

France Inter trompe enfin dans sa manière de présenter l’information. Station plébiscitée par les fonctionnaires en retraite, les bobos, les grévistes professionnels, elle distille avec l’assurance des activistes subventionnés, qui se savent au-dessus de tout contrôle, une propagande anti-capitaliste qui entretient la France dans un monde parallèle, déconnecté des réalités économiques.

« Avec la réforme des retraites, je suis vraiment surpris – le mot est faible – de la ligne éditoriale adoptée par France Inter. La sympathie des journalistes pour les détracteurs de la réforme peut se comprendre, puisqu’ils sont concernés comme les autres salariés. Que la déontologie journalistique, qui doit équilibrer les opinions, disparaisse au profit d’un parti- pris généralisé en faveur des syndicats et/ou manifestants pose question. On a frisé l’intox. » explique avec justesse Brice Couturier, essayiste et ancienne grande voix de France Culture.

Pour qui n’est pas sourd, ou irrémédiablement programmé par le prêt-à-penser correct, France Inter est devenu un gigantesque « entre nous » écolo-gauchisant. Il est vrai que le créneau commercial est vaste en France pour ce public-là.

Même les voix qui jadis, par leur timbre, leur rythme, leur tonalité, étaient agréables à écouter sur les antennes publiques, ont disparu. L’important est désormais d’être politiquement correct. La voix ? Sur la radio publique, on s’en moque désormais. C’est la morgue qui l’emporte. Être strident devient une qualité si le cri porte à gauche. Pour qui a entendu et aimé les voix exceptionnelles de Gérard Sire, Jacques Chancel et Jean-Luc Hess, c’est un naufrage.

Non, la France et les riches qui voyagent en jets privés ne sont pas responsables du réchauffement climatique. Non, la France n’est pas un pays ultra-libéral, inégalitaire, en pleine dérive fasciste. Non, la gravité de l’augmentation de la dette publique n’est pas un fantasme maladif de vieux blancs colonialistes. Et pourtant, celui qui écoute France Inter ne peut qu’être convaincu du contraire. Inculquer des mensonges sur toutes les fréquences, voilà le service rendu au public.

En fait, la concurrence déloyale de sept chaînes de radio publiques (oui, sept) sur le marché radiophonique français, c’est bien là le seul vrai record de Radio France. « France Inter ment, France Inter ment, de la NUPES, elle est l’instrument ».

 

* D’après un témoignage recueilli pour une étude sur les médias publics

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

8 commentaires

Laurent46 28 avril 2023 - 4:36

Rien de nouveau, le mensonge, l’irresponsabilité, la médiocrité, la dilapidation de l’argent public et la destruction de la France est l’ADN même de la République gauchiste et laïque menée par des gens qui sont devenus Cons et méprisables il n’y a malheureusement plus d’autres mots.

Répondre
Stioui 28 avril 2023 - 7:01

Autant je peux être en désaccord avec certaines de vos analyses (alignement béat sur les USA par exemple, alors q’ils sont le premier fauteur de guerre (s) dans le monde), autant je suis d’accord avec la critique, pas assez virulente, de FI.
Par ailleurs, quelle issue? Privatisation ? Autre?

Répondre
Oncpicsou 28 avril 2023 - 7:02

De tels propos se dégustent! Bravo.
A transférer à tous les lobotomisés hypnotisés par ces médias de propagande. Beaucoup les écoutent car il n’y a pas de publicité… ils ne se rendent pas compte que ce n’est QUE de la publicité !

Répondre
Marsaudon 28 avril 2023 - 8:34

pour ma part, boycott total depuis longtemps..

Répondre
Lombled 29 avril 2023 - 12:50

Je n’écoute et je ne regarde pratiquement plus un média d’état. C’est du bourrage de crâne à longueur de journée.

Répondre
John Galt 30 avril 2023 - 9:05

Bien qu’accusé d’autoritarisme, M. Macron et son gouvernement montrent beaucoup de tolérance à l’égard de « Radio France Insoumise » !

Répondre
PhB 30 avril 2023 - 10:43

Bonjour monsieur Lecaussin
Etant un fidèle auditeur de France Inter (FR1 dans les années 60), j’ai pu constater son évolution. Quelques remarques purement personnelles (avant de me faire tirer dessus à boulet rouge par certains).
– Pourquoi France Inter alors que mes sœurs ainées écoutaient Europe N°1 du temps des yéyés.
Parce que je construisais mes radios et que leur faible sensibilité privilégiais l’émetteur local de Sélestat ou l’allemand SWF1 de l’autre côté du Rhin.
– Il y avait beaucoup d’émissions intéressantes avec des invités divers comme l’Oreille en Coin que j’écoutais partiellement en salle de permanence , l’écouteur de téléphone planqué entre mon oreille et ma main gauche, pour ne pas se faire « piquer par le pion ».
Ou celle de Jacques Chancel un peu plus tard dans l’après midi.
J’étais un fana des « Tréteaux de la Nuit » ou du « Théâtre de l’Etrange » le soir au fond de mon lit. Sans oublier les feuilletons à la « verve acerbe » comme « Bons Baisers de Partout » de Pierre Dac, on peut aussi citer le Pop Club de José Arthur, etc…
La très bonne émission du Jeu des Mille Francs devenue Jeu des Mille Euros, dont l’intérêt n’est pas le gain financier, toujours en vigueur aujourd’hui avec un intérêt exprimé par des jeunes.
Pas de pub à l’époque contrairement à Europe N°1 et RTL en grandes ondes….
Ceci est la face claire, il y a la face sombre suite à des dérives politiques et même sectaires parfois avec des comportements de certains journalistes que je jugent inacceptables.
Juste un exemple: Un matin, il y a une dizaine d’année, avant le journal de 8h, la journaliste (je en me souviens plus de son nom, elle recevait Marine Lepen entre 7h50 et 8h00. Dans leur échange, elle a demandé à madame Lepen si elle n’avait pas honte de son Patronyme?
J’ai fait un « bond » sur mon chemin allant à pieds à mon travail.
Elle lui a très bien répondu, l’envoyant dans les cordes et lui rappelant que son grand père était mort pour la France.
Ce sont ces dérives qui me désolent.
– Côté sondages: j’ai été plusieurs fois sondé sur les média (Médiamétrie, etc…) au téléphone, mais n’ai jamais eu de boitier. Donc les résultats de ces boitiers ne sont pas représentatifs, déjà essentiellement en région parisienne.
– Les média privés sont sous la houlette des actionnaires donc partiaux, doivent faire de l’audience pour attirer la Pub. Je vous Conseille ARTE qui me semble le moins pourri.
PhB

Répondre
Broussard 13 août 2023 - 6:26

je dirais même plus : tout à fait d’accord !

Répondre