Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Bientôt une nouvelle loi pour museler le climatoscepticisme dans les médias ?

Bientôt une nouvelle loi pour museler le climatoscepticisme dans les médias ?

par
6 361 vues
Le mercredi 19 juillet à l’Assemblée nationale, lors d’un événement organisé par des députés avec l’association Quota Climat, un groupe transpartisan d’élus a annoncé vouloir mener des auditions en septembre dans le but de déposer une proposition de loi « relative au traitement médiatique des enjeux environnementaux ». Le groupe, conduit par le député socialiste Stéphane Delautrette, réunit des élus allant de l’extrême-gauche au centre. N’est présent aucun député Les Républicains ou Rassemblement National. Le but de cette proposition de loi serait de censurer dans tous les médias la parole « climatosceptique ».

Quota, censure médiatique et propagande climatique

Selon Eva Morel, coprésidente de Quota Climat et attachée parlementaire de la députée Renaissance et agricultrice bio Sandrine Le Feur, « il y a encore trop de climatoscepticisme dans les médias ». Quota Climat est officiellement une association qui milite pour augmenter la place de l’écologie dans l’espace médiatique et le débat public. Elle fait pression sur les journalistes et les médias dont le contenu ne convient pas à ce qu’elle estime être la réalité climatique et réclame un quota de 20 % de temps médiatique dédié aux questions climatiques et de biodiversité. Eva Morel dénonce par exemple le fait que des médias utilisent des visuels avec des enfants qui jouent dans l’eau pour illustrer la canicule ou bien avec une femme qui dort devant son frigo ouvert, « dans une période où la sobriété est requise »… Anne-Lise Vernières, l’autre coprésidente de cette association, elle aussi collaboratrice parlementaire, dit approuver les moyens de lutte du groupe éco-terroriste Extinction Rébellion : « Toutes les actions sont bonnes à prendre pour interpeller. On est à un tel stade d’urgence qu’on ne peut plus faire l’impasse sur un mode d’action et la désobéissance civile ». On notera ici l’entrisme du lobby écologiste au sein de l’Assemblée nationale et du groupe Renaissance ex-LREM, Mme Vernières ayant été attachée parlementaire de l’ex-député LREM Jean-Charles Colas-Roy. Jordan Allouche et Lola Morel, autres membres de Quota climat, ont également été collaborateurs parlementaires sous l’ancienne législature. Ils ont, en mars dernier, été les initiateurs – avec les deux coprésidentes de l’association – d’une tribune dans le JDD plaidant pour ces fameux 20 % d’espace médiatique consacrés aux questions climatiques. Pour Eva Morel, « 20 %, ce serait vraiment le minimum syndical ! ».

La proposition de loi, selon un document de Quota Climat, pourrait comprendre les mesures suivantes : renforcement des prérogatives de l’Autorité́ de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) pour garantir un traitement adapté sur les sujets climatiques ; intégration des enjeux environnementaux dans les chartes déontologiques des médias ; garantie d’un traitement de ces enjeux, en donnant à l’Arcom la possibilité́ d’établir des règles temporaires lors des campagnes électorales ; renforcement des moyens de lutte contre la diffusion de fausses informations sur la crise écologique sur les plateformes en ligne.

Même sans loi, des médias forment déjà leurs équipes à la doxa écologiste. Virginie Fichet, directrice adjointe de la rédaction à France Télévisions, explique que la chaine va former « au climat » les 1 240 journalistes du groupe, et qu’un quart d’entre eux le seront en un an. Elle se félicite également de la « météo climat » lancée par le groupe public, ainsi que de la création d’une cellule « planète » dans la rédaction. Pour Christelle Chiroux, directrice adjointe de la rédaction de TF1, « depuis l’été 2022, il y a moins de déni dans la population française et nous avons franchi un chemin incroyable. À TF1, nous aurons formé tous les journalistes d’ici 2024. » Laurent Cordonier, directeur de la Fondation Descartes, se félicite de la régulation de la profession via notamment la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Pour autant, ce contrôle de la liberté d’expression ne doit pas se limiter aux médias traditionnels. Pour Laurent Cordonier, « le consensus scientifique sur le climat est en train d’exploser sur Twitter : ce réseau est pris d’assaut par les climatosceptiques ». Cela rejoint un récent article de Libération qui explique que des défenseurs du climat et de la biodiversité ont abandonné Twitter depuis la prise de contrôle d’Elon Musk à cause d’un « climat haineux ».

La calomnie comme moyen de pression

Certains vont plus loin. Jusqu’à l’intimidation. Régis Crépet, prévisionniste météo sur le média privé La Chaine Météo, en a fait l’expérience. Un article publié par France Info l’a violemment attaqué, mêlant calomnie, témoignages anonymes et sous-entendus. L’« agroclimatologue » Serge Zaka l’accuse de charlatanisme. Le journaliste de France Info est allé explorer le compte X (anciennement twitter) de M. Crépet et a rapporté qu’en 2022, le prévisionniste aurait plus parlé de froid et de neige que de canicule et de sécheresse. Il ajoute que « les professionnels de la météo et du climat le considèrent comme l’un des derniers climatosceptiques du secteur ». Régis Crépet aurait commis selon lui plusieurs fautes : il aurait, entre autres, critiqué le GIEC, partagé une étude expliquant que l’Europe pourrait se refroidir au cours des 15 à 20 prochaines années, et il n’aurait pas assez évoqué la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique. Ces arguments ne sont cependant basés sur aucune preuve tangible et il est par conséquent permis de soupçonner qu’ils n’ont été réunis que pour porter préjudice à M. Crépet, un confrère qui ne respecte pas la pensée correcte.

M. Crépet n’est pas le premier à subir une attaque de ses pairs. En 2015, Philippe Verdier, alors présentateur météo sur France 2, publie un livre intitulé Climat investigation où il met en cause la probité du GIEC. Il dit aussi estimer que « nous sommes indubitablement sur un plateau du réchauffement et la variabilité cyclique du climat ne nous permet pas d’envisager si le rythme naturel va demain nous entraîner vers une baisse, une stagnation ou une hausse [de la température moyenne globale]. » Dans une interview accordée à RMC, il affirme que « quand on parle du climat, c’est soit religieux, soit belliqueux ! » Il ne croyait peut-être pas si bien dire : il est mis à pied quelques jours plus tard par la direction de France TV puis licencié pour « non-respect d’une règle déontologique, à savoir que les opinions personnelles ne doivent pas être confondues avec l’image de l’entreprise ». Pourtant, lors de ses bulletins météo, Philippe Verdier n’a jamais exprimé ses opinions personnelles, se concentrant sur le seul rôle de la météo, à savoir retransmettre les prévisions du temps pour les jours à venir. Avant lui, Laurent Cabrol, le « Monsieur Météo » d’Europe 1, avait publié en 2008 un ouvrage nommé Climat : et si la Terre s’en sortait toute seule ?,et avait été victime d’une cabale semblable à celle que subit Régis Crépet. « J’ai écrit qu’il avait déjà existé des réchauffements climatiques dans l’histoire, que si l’homme l’accentuait, on pouvait s’en sortir, car la Terre a des ressources. On m’a taxé de climatosceptique » a-t-il déclaré au Point.

Qu’est-ce qu’un climatosceptique ?

Finalement, qu’est-ce qu’un climatosceptique ? Quelqu’un qui nie l’évolution climatique ? Quelqu’un qui tempère la gravité du réchauffement et le rôle de l’homme dans ce dernier ? Quelqu’un qui affirme que le réchauffement climatique existe bien mais qui promeut l’adaptation et l’innovation plutôt que la décroissance ? Est-ce qu’en fin de compte, un climatoscpetique ne serait pas un opposant politique ? Dans ce cas, Steven Koonin, professeur de physique à l’université de New York, ancien conseiller climat de Barack Obama et ancien sous-secrétaire d’Etat à l’énergie, qui dans son livre Climat, la part d’incertitude met en doute la fiabilité des modèles utilisés pour prévoir les effets du réchauffement climatique (sans pour autant le nier) est-il à censurer ? Pourquoi son avis de scientifique basé sur des recherches sérieuses vaudrait-il moins que celui d’une militante pour le climat de 18 ans qui répète des slogans vus sur les réseaux sociaux et dont la seule action militante a été de sécher des cours au lycée? Est-ce cela « l’information environnementale » que promeut Quota Climat ? Qui plus est, sera-t-il défendu de critiquer les conséquences désastreuses de certaines politiques climatiques sur l’économie et la vie des individus ? Cette dérive liberticide de la part des écologistes doit être prise avec sérieux et combattue. Dans un pays libre, le débat ouvert doit être la base de la discussion politique, surtout sur un sujet aussi important qui impacte si profondément la vie de tous.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

29 commentaires

Norbert A 5 septembre 2023 - 6:12

On va tout droit vers le Ministère de la Vérité décrit par ORWELL dans 1984

Répondre
Nounours 5 septembre 2023 - 12:23

Exactement ! Le minivrai arrive à grand pas !
Nous ne devrons pas accepter ce genre de chose comme d’ailleurs la suppression du droit de propriété et nous devons refuser de passer du droit continental au droit anglo-saxon !

Répondre
nanard 5 septembre 2023 - 7:01

La « science » du GIEC commence au milieu du 19ième siècle…. que s’est-il passé avant ? ça ne compte pas….. c’est aussi à cette époque que les sociétés industrielles ont vu le jour, avec le développement du « vilain capitalisme »….
Aujourd’hui, l’examen rationnel des évènements, des découvertes grâce aux satellites, nous amène des explications mais aussi de nouvelles interrogations. Nous essayons de modéliser un environnement chaotique avec des causes extérieures que nous ne connaissons pas. Mais des auteurs comme Malthus, par exemple on laissé des traces dans l’inconscient collectif, dont il sera difficile de se débarrasser. Une nouvelle « pensée magique » s’est développée dans tous les domaines, balayant les acquis scientifiques et c’est bien dommage.

Répondre
ernewein 5 septembre 2023 - 7:05

Comme souvent « les gens qui ont raison » veulent obliger la masse de ceux qui doutent de penser comme eux. C’est me semble-t-il typique de la France qui aime se dire patrie de la Liberté que de censurer ceux qui « pensent mal ». Ces adeptes d’Anastasie (la censure aux grands ciseaux) préfèrent des lois qui contraignent à la discussion scientifique et politique. C’était exactement la façon de procéder des procès staliniens.
La liberté nécessite la discussion, surtout avec ceux qui pensent autrement, sinon la société deviendra totalitaire.

Répondre
Gilles Vedun 5 septembre 2023 - 12:31

C’est encore plus affligeant lorsqu’il est question d’un ingénieur (français) dans l’environnement mais quel environnement ? Certains futurs ingénieurs en Master 1 Génie de l’environnement avaient déjà compris il y à 15 ans qu’ils étaient voués à devenir une sorte de caution scientifique à tout et n’importe quoi ; nous y sommes.

La gestion de l’environnement et notamment de la biodiversité qui est sa composante fondamentale est simplement une fumisterie en France (regardez donc le nombre d’offre d’emploi d’entomologiste sur le site de pôle emploi) et chez nos voisins par exemple italiens n’en parlons pas elle est (encore) tout simplement absente de leurs cursus.

S’il existait un prix Nobel de l’idiotie il y aurait toujours un français (e) sur le podium

Bien à vous

Répondre
Jean-Aymar de Sékonla 5 septembre 2023 - 7:54

Nous nous vantons de vivre dans un état de droit !!!
C’est l’outil idéal pour supprimer tous les droits de ceux qui dérangent le pouvoir ou les idéologues influents (une minorité, si on y réfléchit).
Il faut reformuler : Nous glissons vers un état de « PAS LE DROIT »
En plus des juges, NON ÉLUS, ont le pouvoir d’ « interpréter » les lois !!! Cela s’appelle l’arbitraire.
Quels imbéciles corrompus ont pu nous bricoler un système pareil ???
La constitution ne garanti t elle pas la liberté d’expression de tous? Si ce n’est pas le cas il est urgent de l’amender.
Finalement, une dictature est aussi un état de droit, celui décidé par le dictateur !

Répondre
Dorylée 5 septembre 2023 - 8:04

Les écolos comme les animalistes comme les végans ont une conception très gauchiste de la démocratie : ils sont très attachés à la liberté de penser comme eux et laissent chaque citoyen libre de se comporter conformément à leurs idées à eux. C’est un principe de base chez le crétin gauchiste qui impose à tous ce qu’il aime et interdit de la même façon ce qu’il n’aime pas. S’agissant d’ignares fanatisés, leur impact sur la société ne risque pas de nous conduire vers la lumière.

Répondre
Henri 31 décembre 2023 - 3:57

Ce ne sont pas des crétins, hélas. Ces gens sont issus des chapelles léninistes, trotskistes, marxistes, maoïstes, et autres horreurs totalitaires ; désemparés par la chute du Mur, celle de l’URSS et la conversion des apparatchiks communistes à l.ultracapitalisme, ils se sont reconvertis dans l’écologisme, tout en gardant leurs vieux réflexes totalitaires : coercition, idéologisme, police de la pensée, ligne du Parti, dénonciation des opposants.

Répondre
TRIPON 5 septembre 2023 - 9:02

Démarche dictatoriale inadmissible devant le peu d’empressement des « foules » à suivre les diktats climatiques en raison d’une vision scientifique à sens unique et que beaucoup de gens honnêtes mettent en cause et sont déjà quasiment interdit de paroles.
Il faudra réagir !

Répondre
Nounours 6 septembre 2023 - 8:32

Nous nous retrouvons dans la même situation que nos ancêtres ont vécue avant la guerre de 14-18 puis de celle de leurs enfants des années 30… Mensonges, inversions accusatoires des opposants, assassinats d’opposants, censures, propagandes et surtout fabrication d’un ennemi ! Le but initial était d’affaiblir la Russie pour ensuite récupérer les richesses de ses régions au profit des gros financiers anglo-saxons. (UK, US, Allemagne)
Machiavel écrivait : « celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes ». Et c’est ce qui se passe actuellement : Climat, COVID19, les émeutes organisées, la fabrication des ennemis : les personnes du Sud mondial, les russes, les chinois…
Les propos suivants sont attribués à Hitler et à son ministre de la Propagande Goebbels : « Un mensonge répété dix mille fois devient vérité ». Je réitère, c’est ce qui se passe avec le climat !
Nous pouvons ajouter une autre tirade parfois attribuée à Lénine (Vladimir Ilitch Oulianov) : « Plus le mensonge est gros, plus les gens y croiront. » … Cela ressemble étrangement à notre mensonge climatique, à notre COVID et les ennemis !
L’idée du réchauffement anthropogénique a été créé pour masquer l’arrivée par petites passes successives de privation de liberté. La future dictature verte se doit de nous priver de nos libertés de par toutes les manières. C’est l’un des buts avoués de Klaus Schwab, de son WEF. La création de l’homme dieu de Yuval Noah Harari s’apparente directement à la race aryenne puisqu’elle ne sera faite que pour ceux qui la mérite.
La décroissance se veut nous préparer à la guerre contre 85% de la population mondiale.
La baisse du niveau de l’enseignement et de l’éducation nationale voulue par nos dirigeants a été programmée depuis au moins 1950. Elle a permis de fabriquer des crétins sans esprit critique tous prêts à suivre le joueur de pipeau. Faut-il être simplet que de croire au prétendu réchauffement climatique d’origine humaine mais nombre de nos concitoyens en sont là !
Pour en venir au sujet de l’article, la censure est en train d’achever le travail. Si nous n’y prenons pas garde et ne stoppons pas ces fous furieux, nos dirigeants malthusiens et eugénistes fascistes sont en train de massacrer la France, son économie, sa population mais aussi une bonne partie de la population mondiale. L’ONU est d’ailleurs à la manœuvre avec ses isotopes que sont l’OMS, OMC, IPCC_GIEC, PNUE, UNESCO, BM, FMI, …
Pourquoi nous demande-t-on d’avoir des logements dits résilients sans compter l’autosuffisance ? Un logement résilient doit pouvoir résister aux canicules, verglas, vagues de froid, pandémies, contamination de l’eau potable de la ville, rafales de vent et autres aléas du climat tout en maintenant la sécurité de ses habitants ainsi que du voisinage en cas de problèmes.
Mais d’où pourraient-ils venir ces problèmes ? Une guerre nucléaire par exemple ! On peut mieux comprendre les propos de l’ancien ministre collapsologue ; Yves Cochet. Sachant qu’il était dans la boucle infernale, il peut donc prédire sans se tromper que nous allons au collapse !
Mais qui se cachaient derrière les deux dernières guerres ? Les anglo-saxons et les « néo-conservateurs » de l’époque : les mondialistes fascistes. Nous revoilà au point de départ et face à une internationale Nazie !
A lire et relire l’internationale nazie d’Ariane Bilheran !
Effectivement, nous devons réagir et sans attendre !

Répondre
Itamera 14 septembre 2023 - 6:55

Je ne partage pas votre vision complotiste, qui à mon avis dessert la noble cause climato-réaliste, en vous classant illico dans les extrêmes.

Répondre
Justin 18 septembre 2023 - 9:18

Nounours est encore en-dessous de la vérité, ou plus exactement, il s’arrête juste avant le dernier échelon. Voltaire a écrit il y a 266 ans: « si vous voulez savoir qui gouverne, cherchez qui il est interdit de critiquer ». Or qui était Voltaire? Un écrivain philosophe CONSEILLER DES CHEFS D’ÉTATS. Par exemple, ses lettres à Catherine 2 de Russie ont été retrouvées, pleines de conseils pour sa politique intérieure ET étrangère… ça ne vous rappelle pas quelques homologues actuels? Avec cet indice, vous allez trouver qui donne les ordres et assure leurs réalisations grâce à leurs co-religionnaires infiltrés aux postes clés des médias, finances etc.

Répondre
CLEMENT 5 septembre 2023 - 11:06

STOP AU DEREGLEMENT MEDIATIQUE !

Répondre
Nounours 5 septembre 2023 - 4:26

Que voulez-vous dire par Stop au dérèglement climatique ?

Répondre
Farid 17 septembre 2023 - 3:07

Il faut éteindre le soleil qui émet 1W/m2 de plus depuis 2 ans. Même l’atmosphère de Mars se réchauffe

Répondre
Berthelier 5 septembre 2023 - 3:34

Plus de 1550 scientifiques dans le monde ont analysé l’impact du CO2 . Ils constatent qu’il est indispensable à la vie végétale sur terre et plus il y en a, mieux se comportent les forêts et la végétation en général, y compris pour nourrir l’humanité. Ce n’est pas du tout un gaz à effet de serre, comme la vapeur d’eau par exemple.
Le GIEC qui n’est qu’un groupe d’observateurs, sans aucun scientifique, interprète à sa façon et en fonction de la pensée unique wokiste, des événements tout à fait normaux et cycliques, c’est normal qu’il fasse chaud en été, et un anticyclone peut stagner quelques jours sur une portion de l’Europe sans trouver là un fait catastrophique précurseur de la fin du monde.

Répondre
Bob 7 septembre 2023 - 12:52

Pourriez-vous citer votre sources svp car l’étude dont vous parlez est intéressante.

Répondre
Auberget 10 septembre 2023 - 2:17

Merci au CO2 – de François GERVAIS par exemple…

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 5 septembre 2023 - 5:03

Un climato-réaliste est une personne qui sait qu’il n’y a aucune preuve scientifique que le CO2 réchauffe l’atmosphère et qui sait que cette action supposée a été gravée dans les statuts du GIEC, avant même toute étude sérieuse sur la physique de l’atmosphère, ce qui est une démarche idéologique et non scientifique. Le problème, c’est que ce dogme du réchauffement climatique anthropique sert de justification aux absurdes et destructrices politiques climat-énergie, ainsi qu’à une noria de taxes, de normes et de règlements contraignants qui réduisent les libertés individuelles.

Répondre
Bob 7 septembre 2023 - 12:53

Merci à vous de rétablir cette vérité que l’on entend malheureusement trop peu souvent…

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 6 septembre 2023 - 8:41

Tous eux qui nous ont menti depuis 30 ans commencent à avoir une trouille bleue d’être démasqués et de devoir en répondre devant les peuples de la planète. Donc, ils mettent en place une Police de la Pensée pour museler les infâââmes qui osent, les misérables, semer le trouble et résister encore et toujours à la Pensée Unique. A quand les goulags verts?

Répondre
Oncpicsou 6 septembre 2023 - 11:39

Le 25 août 1248, le roi de France Louis IX (futur saint Louis) s’embarque à Aigues-Mortes pour une septième croisade avec sa femme Marguerite de Provence. Aujourd’hui, cette ville est à plus de 5km de la mer! (d’où son nom). Donc baisse du niveau de la mer… C’est probablement le manque CO2 qui en est la cause…!!!
Si cela ne sème pas le doute dans les esprits, que faut il de plus???
Je préfère préciser moi même que je suis climatosceptique (il y a trop d’imbéciles qui y adhèrent) et complotiste (ça pue le complot de partout !)

Répondre
Albatros 6 septembre 2023 - 2:17

Prenons le bon côté de la nouvelle. Devant l’impéritie des théories du Gièque et de l’imbécillité du concept même de « consensus scientifique » qui reconnaîtrait des modèles simplistes dont pas un seul n’est basé sur l’observation de données et qui s’autoalimentent tout en étant contredits régulièrement (la corrélation Céhodeux/Montée des eaux notamment, pour ne citer que la plus simple), les tenants de la religion commencent à s’énerver du fait qu’on ne les écoute plus. Voyez le consternant Jouzel récemment dans Les Echos.
Outre qu’il est peu probable qu’une telle censure législative voie le jour, cela montre que, malgré les chartes des bien-pensants de la caste journalistique (notamment dans l’idiovisuel public, consternant de bêtise à ce sujet), nos curés écolos mettent au jour la faiblesse de leur Credo en désirant interdire tout débat. Ils mettent aussi au jour, comme le consternant Jouzel, leurs affiliations à la gauche anticapitaliste et à son agenda : « mettre à bas le système ».
A nous de rappeler à nos concitoyens que leur appauvrissement programmé par ces crétins la plupart fonctionnaires ne leur permettra en aucun cas de s’adapter efficacement ni à protéger l’environnement.
Il ne faut pas nier des changements climatiques car il y en a effectivement. Il faut se battre contre cette néo-religion qui commence à faire sentir ses effets pervers sur nos économies.
Et l’échec à venir de la glorieuse « planification écologique » des branleurs qui nous gouvernent va alimenter la réflexion de ceux qui réfléchissent encore, en plus de ceux qui seront ruinés par les « politiques climatiques » (propriétaires de logements, agriculteurs, salariés de l’automobile, etc.).
Rappelons que :
« Quand tous pensent la même chose, il est probable que personne ne pense vraiment »
et
« Si vous vous trouvez du côté de la majorité, il est temps de faire une pause et de réfléchir ».
Bien cordialement et grand merci à l’IREF pour son existence !
Courage à tous !

Répondre
Bob 6 septembre 2023 - 9:34

Voici l’article 2 des statuts du GIEC :

source –> https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/09/ipcc_principles_fr.pdf

Il est clairement posé que leur rôle est de réfléchir au réchauffement climatique d’origine humaine (forcément…).
Comment, dès lors pourraient-ils émettre des doutes sur l’origine anthropique dudit (supposé) réchauffement ? Je pense qu’ils doivent être suffisament bien payés pour conserver leur place à tout prix. Cynisme, lâcheté et intérêt bien compris.

« RÔLE 2. Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Les rapports du GIEC doivent rendre compte des différentes orientations de façon impartiale, tout en traitant avec objectivité les facteurs scientifiques, techniques et socio-économiques sur lesquels reposent ces orientations. »

Répondre
Jean-Pierre Bardinet 7 septembre 2023 - 9:09

Addendum aux propos de Bob.
Donc, avant même que le GIEC n’ait commencé ses travaux, on lui impose LA SOLUTION : il y a réchauffement ET il est anthropique. Donc, mécaniquement, les dirigeants du GIEC vont tout faire pour justifier cette solution, et ils n’ont pas hésité à utiliser de la science fausse, comme, par exemple, le modèle d’effet de serre d’Arrhénius, qui avait été réfuté par les physiciens de son époque (expérience de Wood), ou encore d’inventer un nouveau processus physique, le forçage radiatif avec rétroaction, qui a la propriété étonnante de violer la seconde loi de la thermodynamique. Une fois que le rapport scientifique est rédigé, le résumé pour les décideurs (SPM) est préparé entre les dirigeants du GIEC et les représentants des gouvernements. Il est négocié mot par mot, à la virgule près, selon les bonnes habitudes du Grand Machin Onusien.

Donc, le SPM gomme toutes les nuances, toutes les interrogations, tous les aveux de méconnaissance que l’on peut trouver dans le rapport scientifique. Il n’a donc aucune valeur scientifique. Puis, il est publié et présenté en grande pompe aux Etats, aux institutions internationales, et aux médias du monde entier pour qu’ils relayent la bonne Parole « GIECquienne » aux peuples de toute la planète. Après ce faste clinquant et fort onéreux, les scientifiques sont priés de mettre le rapport scientifique en conformité avec le SPM, qui a force de Loi Divine, et leur rapport ainsi remis dans la Ligne du Parti est publié plusieurs mois après le SPM. Jamais la science n’avait été ainsi dévoyée (sauf avec le lyssenkisme, cousin proche du dogme du RCA) et jamais son éthique la plus élémentaire n’avait été ainsi foulée aux pieds.

Répondre
AlainD 8 septembre 2023 - 1:49

Au secours George ORWELL, ils reviennent avec leurs restrictions, interdictions et autres diktats, si on les laisse faire ils nous soumettront à la Question comme au « beau temps » de l’Inquisition. Une bande de dictateurs en herbe qui veulent nous empêcher de penser si ce n’est pas comme eux. Nous ne devons pas nous laisser faire par ces obsédés du climat auxquels bon nombre ne doit rien comprendre à moins qu’il ne s’agisse que de quelques intérêts non avoués, ce ne serait pas une première !!!

Répondre
Roven 10 septembre 2023 - 6:40

Réveillons nous, soviétisation en cours !

Répondre
Christophe Desmaris 2 octobre 2023 - 11:10

Le réchauffement climatique anthropique n’est pas une science mais une idéologie à visée totalitaire. Le professeur émérite de chimie Georges Geuskens a montré que la théorie de l’effet de serre était fausse. Il ne s’agit nullement de septiscisme puisque le professeur Geuskens est sûr de sa science et que nous n’avons aucun doute qu’il s’agisse de la plus grande escroquerie pseudo-scientifique ayant existé pour détruire les libertés individuelles.

Répondre
Yuropp 14 octobre 2023 - 9:27

Et « en même temps », on nous sort des soit-disant simulations, totalement délirantes, sur « l’hiver nucléaire » et des température à en liquéfier l’oxygène.
El est vrai que « ce n’est pas le même guichet administratif »…

Répondre