Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > Racisme : Biden et Blinken se couchent devant la Chine, Cuba et la (...)

Racisme : Biden et Blinken se couchent devant la Chine, Cuba et la Russie

mardi 27 juillet 2021, par Nicolas Lecaussin

Il y a quelques jours, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a annoncé la formation d’un panel de pays pour enquêter, durant une période de trois ans, sur « le racisme systémique à l’égard des Africains et des personnes d’ascendance africaine » par les forces de l’ordre dans le monde entier. En réalité, cette « enquête » vise les États-Unis. Et ce n’est pas un hasard. Le Conseil des droits de l’homme comprend des membres comme la Chine, Cuba et la… Russie. Ces pays ont tout intérêt à détourner l’attention sur ce qui se passe dans leur pays et faire passer l’Amérique pour le pays où l’on opprime les minorités.

Le comble c’est que le secrétaire d’État Antony Blinken a invité des responsables du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a réellement enquêter sur le « racisme systémique » aux États-Unis. M. Blinken a déclaré que les États-Unis ne « se cachaient pas » et que cette décision aidera « à lutter contre le fléau du racisme, de la discrimination raciale et de la xénophobie ». Donc, les représentants de plusieurs dictatures, qui asservissent leurs minorités et arrêtent les dissidents, vont se prononcer sur les droits de l’homme aux États-Unis, pays où un président noir a été élu et réélu et où les Noirs vivent beaucoup mieux que dans la plupart des pays au monde. D’ailleurs, c’est bien en Amérique que les Noirs souhaitent émigrer. Rarement en Russie, en Chine ou à Cuba !

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/Racisme-Biden-et-Blinken-se-couchent-devant-la-Chine-Cuba-et-la-Russie

Vos commentaires

  • Le 28 juillet à 13:09, par Nicolas Carras En réponse à : Racisme : Biden et Blinken se couchent devant la Chine, Cuba et la Russie

    Le régime cubain donnant des leçons à l’Amérique, tout un programme.

    "Le régime de Castro a également un long passé liée à la torture et au meurtre d’Américains. Pendant la guerre du Vietnam, Castro a envoyé certains de ses hommes de main pour diriger le « programme cubain » au camp de prisonniers de guerre de Cu Loc à Hanoï, qui est devenu connu sous le nom de « zoo ». Son objectif principal était de déterminer combien un être humain pouvait supporter psychologiquement la torture, l’agonie physique. Les Cubains ont choisi des prisonniers de guerre américains comme cobayes. Un Cubain surnommé « Fidel », le principal tortionnaire du zoo, a initié son propre règne de terreur personnel. [8] L’épreuve du lieutenant-colonel Earl Cobeil, un pilote de F-105, illustre la nature nazie de l’expérience. Parmi les techniques de torture de Fidel figuraient des coups et des coups de fouet sur chaque partie du corps de sa victime, sans rémission. [9] L’ancien prisonnier de guerre ______ John Hubbell décrit la scène alors que Fidel forçait Cobeil à entrer dans la cellule de son collègue prisonnier de guerre, le colonel Jack Bomar : ...l’homme [Cobeil] pouvait à peine marcher ; il bougeait lentement, douloureusement. Ses vêtements étaient déchirés, en lambeaux. Il saignait de partout, terriblement enflé, sale, noir, jaunâtre et violet de la tête aux pieds. La tête de l’homme était baissée . . . Il resta immobile ainsi. Fidel a fracassé le visage de l’homme a coup de poing, le poussant contre le mur. Puis il a été amené au centre de la pièce et obligé de se mettre à genoux. Hurlant de rage, Fidel a pris un tuyau en caoutchouc d’un garde et l’a fouetté aussi fort qu’il le pouvait au visage. Le prisonnier ne réagit pas ; il n’a pas crié ni même cligné des yeux. Son incapacité à réagir a semblé alimenter la rage de Fidel et à nouveau, il l’a fouetté sur le visage . . . . Encore et encore, une douzaine de fois, Fidel a fracassé le visage de l’homme avec le tuyau. Pas une seule fois l’effroyable abus n’a suscité la moindre réaction du prisonnier. . . . Son corps était déchiqueté de partout ; les menottes semblaient presque avoir sectionné les poignets, les marques de sangle étaient autour des bras jusqu’aux épaules, des éclats de bambou étaient incrustés dans les tibias ensanglantés et il y avait ce qui semblait être des traces de pas du tuyau sur la poitrine, le dos , et les jambes."
    ...
    "Un demi-million d’êtres humains sont passés par le Goulag de Cuba. Étant donné que la population totale de Cuba n’est que d’environ onze millions, cela donne au despotisme de Castro le taux d’incarcération politique par habitant le plus élevé sur terre. Il y a eu plus de quinze mille exécutions par peloton d’exécution. La torture a été institutionnalisée ; une myriade d’organisations de défense des droits humains ont documenté l’utilisation par le régime de la gégène, de cellules d’isolement sombres de la taille d’un cercueil et de coups pour punir les « éléments antisocialistes ». [2] La barbarie du régime castriste incarnée par le plan Camilo Cienfuegos, un programme atroce appliqué dans le camp de travaux forcés de l’île des Pins. Forcés de travailler presque nus, les prisonniers étaient obligés de couper l’herbe avec leurs dents et de s’asseoir dans des tranchées de latrines pendant de longues périodes. [3] La torture est routinière."

    Jamie Glazov - The Left’s Romance With Cuba’s Archipelago - The Biden administration’s clear hostility toward the Cuban people is part of a long "progressive" tradition.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière