Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Les pendules à l’heure > La France est innovante, dès lors que s’efface l’administration

La France est innovante, dès lors que s’efface l’administration

vendredi 26 mars 2021, par Gabriel Collardey

La biotech lyonnaise Fab’entech a annoncé, hier, vouloir lever 11 millions d’euros auprès d’investisseurs privés afin de développer un traitement contre le Covid-19 d’ici la fin de l’année et attend le soutien de l’Etat sous forme de précommande. Les start-ups françaises foisonnent d’idées et d’innovations. Par exemple, la start-up nantaise Xenothera est déjà aux phases d’essais de son traitement anti-Covid. Nombre d’entre elles, se concentrent sur une technologie dite polyclonale, consistant à injecter un cocktail d’anticorps aux personnes malades afin de neutraliser l’infection.

Le risque à terme est que ces start-ups manquent de financement, faute d’un écosystème français favorable. Et qu’elles ne reçoivent pas au moment opportun les autorisations et les commandes du système de santé publique français dont la bureaucratie est souvent un frein aux projets innovants. Nous devons prendre des risques et investir sur des projets prometteurs, faute de quoi, la France sera à la traîne sur les traitements comme elle l’a déjà été sur les vaccins. Valneva en est la parfaite illustration : l’entreprise développe un vaccin, qui a été financé par… l’Angleterre !

https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-pendules-a-l-heure/article/La-France-est-innovante-des-lors-que-s-efface-l-administration

Messages

  • Les masses monétaires affectées aux uns (ponx et dérivés) manquent aux autres (citoyens productifs)

  • Salutations Zelectron, vous semblez mal comprendre le développement : si vous connaissez cette citation "donne un poisson à un homme, il mangera un jour, apprend-lui à pêcher et il mangera tous les jours.", vous devriez comprendre que c’est en (permettant puis) laissant les individus produire leurs propres richesses qu’ils assurent leurs indépendances financières vis-à-vis de L’État (plus besoin de faire de paperasse fastidieuse pour avoir droit à une partie des ressources économiques collectées au travers des cotisations sociales)

    La Suisse, par exemple, l’a notamment compris et prélève quatre fois moins de cotisations salariales, tout en permettant aux habitants de gagner de trois à cinq SMIC pour des jobs peu (voire pas) qualifiés comme ouvrier du bâtiment ou caissière...

    Et si ils tombent malades ? Le rapport Santé Suisse de 2017 indique, parmi les données relevées, que pour les 8,4 millions d’habitants, ils ont recensé 11,4 millions de couvertures maladies assurées (c’est le cas de le Dire) par non pas une seule "secu" nationale publique mais par 46 types différents de couvertures santé, réparties entre une douzaine de compagnies d’assurances (dont AXA) EN PLUS de l’AVS (Assurance Vieillesse Survie (la variante locale de la CNAM donc))

    Aucune surprise à ce que ce pays soit dès lors, sur le classement de l’ONU des pays les plus heureux au monde, la Suisse soit troisième depuis 2019 (et encore, il se souffle en coulisse que le gouvernement serait trop peu prégnant dans la vie quotidienne des habitants pour que l’ONU (qui a pourtant un siège à Genève) puisse lui accorder la première place), ceci dit, elle était également seconde en 2018, puis première en 2019(il me semble, à vérifier)... sur le classement de l’IDH (Indice de Développement Humain)

    Rien d’étonnant quand on sait qu’on peut y ouvrir pratiquement tous types de société presque aussi rapidement qu’en Angleterre (juste un formulaire sur deux pages à renseigner puis poster et, à peine la fente de la boîte postale passée (sauf restaurant et profession liée à la santé/médecine), on peut déjà exercer légalement, le cachet de la poste faisant foi (pareil pour les étrangers d’ailleurs) sans attendre le retour de l’administration concernée...)(sans oublier une compta simplifiée recettes/dépenses jusqu’à 500 000 CHF de chiffre d’affaire annuel)

  • Demander que l’Etat passe des commandes pour faire prospérer certains (au détriment de tout le monde et sans aucun profit pour personne), c’est vraiment pas normal de lire ça sur un site libéral.
    Encore plus étonnant concernant cette "crise" du coronavirus (coronacircus) fabriquée de toute pièce par... l’Etat.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière