Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5284

par ,

3.6 % : la politique de Trump fait baisser le chômage et les inégalités

Même le journal Le Monde (5 mai) le reconnaît : il y a un « miracle » économique en Amérique. Certes, le journal prend des précautions idéologiques, se gardant bien d’attribuer les résultats économiques américains au président Trump. Mais c’est bien en grande partie du moins, grâce à celui-ci, que la situation est florissante, alors qu’ils étaient nombreux, ceux qui affirmaient que la croissance était due en fait à la politique d’Obama et qu’elle n’allait durer que quelques mois …

L’IREF l’avait dit dès le début de l’année 2017 : les réformes fiscales et les déréglementations annoncées par Trump allaient largement booster l’économie américaine et donner de l’air aux entreprises et aux entrepreneurs. Les résultats sont même au-delà des espérances. Avec une croissance au premier trimestre à 3.2 %, l’Amérique est loin du ralentissement que l’on perçoit ailleurs, en Europe en particulier. De plus, les dernières données sur l’emploi (Labor Statistics) sont impressionnantes : l’économie a créé 263 000 emplois supplémentaires en avril, le taux de chômage ayant chuté à 3,6%, le plus bas taux enregistré depuis cinq décennies.

Mais la meilleure nouvelle est que les plus gros bénéficiaires de ce marché du travail libéré sont les personnes qui ont connu des difficultés au cours des années de croissance lente d’Obama, c’est-à-dire les moins qualifiées. Les statistiques montrent que les Américains les moins diplômés bénéficient d’une croissance plus rapide des salaires et de l’emploi. Le secteur de la construction par exemple a créé 33 000 emplois le mois dernier, et 256 000 au cours de l’année 2018. Le ministère du Travail a indiqué que la productivité des travailleurs avait augmenté de 3,6% au quatrième trimestre et de 2,4% depuis janvier 2018, soit le taux le plus rapide enregistré depuis 2010. Parallèlement, en avril, la hausse du salaire horaire moyen mensuel des travailleurs non qualifiés était de 0,3%, contre 0,2% pour tous les travailleurs. Le gain salarial sur 12 mois est de 3,4% pour les moins qualifiés, contre 3,2% pour l’ensemble des employés. N’en déplaise aux égalitaristes et autres progressistes, ce sont bien la croissance économique et les créations d’emplois qui font reculer la pauvreté et réduisent les inégalités.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Bernard Zimmern : Inégalités. Contrepartie de la croissance et du plein emploi
Editions Libréchange, 2019

Quand l’économiste de gauche Daniel Cohen défend la pauvreté au nom de l’écologie


Inégalité salariale : et si c’était un choix ?

Le taux d’extrême pauvreté dans le monde : de 36 % (1990) à 8.6 % (2018)



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies