Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Geopolitical Intelligence Services > Quo vadis, Europe ?

Quo vadis, Europe ?

dimanche 5 septembre 2021, par Michael von Liechtenstein

Au lendemain du retrait catastrophique d’Afghanistan, l’Europe a été brutalement confrontée à son incapacité à fonctionner comme un acteur géopolitique efficace sur la scène mondiale. Ce dont le continent a besoin, c’est de réévaluer le rôle de l’Union européenne et de regarder au-delà de Bruxelles pour créer une politique étrangère cohérente et opérationnelle.

Le douloureux départ d’Afghanistan a fait de nombreux perdants. Les gens qui travaillaient pour les forces d’occupation ont été laissés pour compte et trahis. L’ensemble de la population afghane souffrira sous le joug des talibans. Et les puissances occidentales qui sont parties ont perdu leur réputation, ainsi que leurs illusions.

L’Europe a dû faire face à son inefficacité totale en tant qu’acteur géopolitique mondial. Dans les capitales du vieux continent, beaucoup entretenaient l’illusion naïve que le slogan « L’Amérique est de retour » du président Biden signifiait que Washington traiterait les Européens comme des partenaires égaux. Ce fantasme fut de courte durée. En substance, les politiques du président Biden ont représenté moins de coopération que sous le président Trump. La nouvelle administration semble fonctionner avec la devise « Amérique seulement ».

Une politique étrangère et de sécurité commune ne peut pas évoluer tant que les États membres sont étouffés par une réglementation excessive

On s’attendrait à ce que les événements aient servi de sonnette d’alarme. Cependant, l’exemple allemand donne à réfléchir. Les milieux politiques et les médias se préoccupent davantage de la campagne pour élire le nouveau Parlement et, indirectement, le nouveau chancelier qui héritera de la terre brûlée laissée après 16 ans de règne d’Angela Merkel.

Après la Première Guerre mondiale, les partisans de l’intégration européenne ont commencé à réclamer la création d’un marché intérieur et d’une politique étrangère et de sécurité coordonnée. L’Union paneuropéenne a été formée. Mais toutes les autres fonctions étaient censées être résolues localement. Le mouvement de construction européenne a été fortement contrarié par les nationalistes, qui ont ensuite prévalu en Europe, mais il s’est redressé après la Seconde Guerre mondiale. Fervent promoteur de l’intégration, l’archiduc Otto von Habsburg, qui devint finalement président de l’Union paneuropéenne, a décrit le modèle comme un « village européen » plutôt qu’une « maison européenne » - un slogan dangereux qui a commencé à être utilisé plus tard, dans les années 1980. Dans une maison européenne, les nations européennes seraient confinées et restreintes sous un seul ensemble de règles. Mais dans un village européen, où chaque maison est autonome et unique, seuls les intérêts communs comme la sécurité et les infrastructures peuvent être traités ensemble.

L’Europe a besoin d’une intégration saine, mais pas d’harmonisation.

Malheureusement, la manie d’harmonisation qui prévaut aujourd’hui – qui a également déclenché le Brexit – revient à vivre dans une maison européenne très réglementée. Une sécurité et une politique étrangère communes ne peuvent évoluer tant que les États membres sont étouffés par une réglementation excessive.
Le concept qui à l’origine et jusqu’à récemment fournissait un marché intérieur fonctionnant bien est maintenant menacé par une réglementation excessive et une prévalence des intérêts particuliers, notamment ceux des grands États membres. Par exemple, la France et l’Allemagne, dans un geste égoïste et hypocrite, ont appelé à l’harmonisation de la sécurité sociale. Cela éliminerait une saine concurrence et porterait atteinte au principe du libre échange, notamment des services. Cela nuirait aux États membres d’Europe centrale. Un autre problème est la nécessité de transferts financiers constants vers les pays du sud de l’Europe, à leur grave préjudice à long terme, car le flux d’argent gonfle la bureaucratie locale et donne aux gouvernements de mauvaises incitations.

L’Europe a développé une économie forte grâce à la déréglementation, à l’entrepreneuriat et à la concurrence, et non à l’intervention de l’État.

Le professeur Alberto Mingardi, propose une comparaison précise : « L’idée de base de l’Union européenne actuelle était une grande Suisse. Elle s’est ensuite développée selon le modèle français et le résultat est une grande Italie. Depuis l’unification italienne dans les années 1860, il y avait des flux constants d’argent du nord au sud. Les fonds ont servi à construire un système administratif trop important et ont entravé le développement d’une économie saine - sans parler de la montée de la mafia, qui était également le résultat de l’unification. »

Sortir des sentiers battus

Dans le passé, l’Union européenne s’est avérée extrêmement efficace pour briser les monopoles ou oligopoles nationaux, ce qui a par exemple énormément aidé l’Autriche. Cela a également contribué au développement de l’Europe centrale, ainsi qu’à la forte volonté de progrès des populations locales. Cependant, Bruxelles devient de plus en plus un terrain de jeu d’intérêts, de centralisation et d’harmonisation. L’affirmation dangereuse selon laquelle la force de l’Europe réside dans le fait d’être une « superpuissance réglementaire » a des implications effrayantes.

On pourrait raisonnablement conclure que l’UE devrait être réduite à une institution régulant et protégeant le marché intérieur, et certaines mesures d’infrastructure nécessaires telles que la sécurité énergétique et le renforcement de la compétitivité mondiale en préservant davantage de concurrence interne. Plutôt que d’opter pour la vanité à courte vue d’être une « superpuissance régulatrice », l’Europe devrait viser à redevenir un village composé d’habitations autonomes distinctes, au lieu d’une seule grande maison médiocre.

Lorsqu’il s’agit de créer une politique étrangère et de sécurité coordonnée, Bruxelles n’est pas la place idéale. S’engager sur la voie de la centralisation pour y parvenir serait une pente dangereuse, car les États membres et les régions perdraient encore plus de la capacité indispensable requise pour résoudre leurs problèmes. Et le bilan de la politique étrangère de l’Union - à l’exception de sa véritable vocation, le commerce - est au mieux terne. Il faudrait donc laisser Bruxelles se concentrer sur le marché intérieur et le commerce. De telles solutions peuvent sembler utopiques, mais y-a-t-il d’autres voies raisonnables à suivre.

Une défense européenne efficace : le renouveau de l’OTAN ?

Une nouvelle enceinte pour mettre en œuvre une telle vision pourrait inclure le Royaume-Uni, qui ne doit évidemment pas être exclu d’une politique étrangère et de sécurité coordonnée, voire commune. Tous les pays européens pourraient ne pas participer de la même manière à cette politique commune. La participation pourrait être ajustée pour refléter différentes préoccupations de sécurité, qui varient considérablement en fonction de la proximité avec l’Afrique, le Moyen-Orient ou la Russie. Parallèlement, des questions vitales, telles que la protection du commerce ou des incidents comme l’évacuation d’Afghanistan, pourraient être traitées conjointement. Une défense européenne efficace pourrait aussi être une renaissance pour l’OTAN. Les États-Unis sont un partenaire et un allié important, mais l’Europe ne doit pas être dépendante.

Espérons que la catastrophe en Afghanistan lancera un débat utile en Europe, qui inclura le Royaume-Uni. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est de penser au-delà des institutions et des processus existants, comme l’ont fait les premiers partisans de l’intégration européenne.

Lire l’article en anglais sur le site du GIS

https://fr.irefeurope.org/Publications/Geopolitical-Intelligence-Services/article/Quo-vadis-Europe

Vos commentaires

  • Le 6 septembre à 04:15, par BJ En réponse à : Quo vadis, Europe ?

    Le premier paragraphe est navrant tandis que la suite est juste : nous n’avons pas trahis les Afghans à qui ont toujours dit que nous ne serions pas éternellement dans leur pays, et ils ne sont pas sous le joug des talibans, lesquels sont l’emmanation du peuple Afghan. Rien ne les empêchait de se battre contre eux, nous leur en avions donné les moyens.
    Pour le reste, il y a trop de passif entre l’Europe de l’ouest et celle de l’est pour que ces derniers soient prêts à renoncer à l’OTAN pour les défendre. L’UE est une intention qui finira par éclater ou se transformera définitivement en dictature.

  • Le 6 septembre à 04:38, par Laurent46 En réponse à : Quo vadis, Europe ?

    A quoi est bon l’Europe en dehors d’instaurer des taxes, les contraintes de plus en plus imbéciles prônées par une minorité de gauchistes de l’extrême qui se disent écolos et à détruire toutes les spécificités et les cultures des pays adhérents. L’Europe suit de très près la grande dérive Française. Encore un gros titanic qui coule.

  • Le 6 septembre à 09:50, par FEKIK En réponse à : Quo vadis, Europe ?

    Bonjour, je ne partage pas le point de vue développé dans cet article. En premier lieu le but initial de la communauté européenne a toujours été plus économique que politique. Même si subrepticement certains politiques (Miterrand, Kohl, Sarko) ont tenté d’instiller des responsabilités politiques dans les textes, la CE est restée fondamentalement économique, même pas sociale.
    En second lieu, les intérêts des différentes nations européennes sont trop divergents pour espérer une politique étrangère de l’ensemble européen. les nations de l’Est craignent leur grand voisin la Russie, ceux du Nord également tout en s’intégrant fortement dans l’occident, ceux du centre restent prudemment "centraux" et croient plus à la protection US qu’à la force de frappe française, la France et l’Allemagne restent concurrents et jamais l’Allemagne ne laissera un leader ship à la France que profondément elle méprise (voir les déclaration de AKK je crois).
    Enfin, une défense, et par conséquent une armée, n’a de sens que par rapport à une politique étrangère. "Dis moi quelle politique étrangère tu veux et je te dirai quelle armée il te faut".
    En l’état actuel, parler de défense commune est un pur non sens.

  • Le 6 septembre à 11:02, par PICOT En réponse à : Quo vadis, Europe ?

    Politiquement l’Europe, ou plutôt l’UE, n’existe pas. Il y a des peuples Européens, il n’y pas de peuple Européen, sauf dans la tête de ceux qui veulent nous imposer ce modèle par tous les moyens. Cela ne fonctionnera donc jamais.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière