Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Geopolitical Intelligence Services > Biden peut s’appuyer sur les succès de Trump

Biden peut s’appuyer sur les succès de Trump

dimanche 20 décembre 2020, par Michael von Liechtenstein

La victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle américaine pourrait ne pas apporter autant de changements que ne l’espèrent ses partisans, surtout en ce qui concerne les relations des États-Unis avec les autres pays. En outre, le président Trump a remporté des succès importants que le président élu devrait renforcer au lieu de les saper.

Les élections de 2020 aux États-Unis nous ont laissé une situation intéressante. Une nouvelle présidence est sur le point de commencer, et les attentes à son égard dépendent du point de vue de chacun : certains sont enthousiastes, d’autres inquiets, d’autres encore pleins de ressentiment.

La victoire de l’ancien vice-président Joe Biden a été, en raison de résultats serrés dans quelques États clés, accueillie avec un soupir de soulagement dans les capitales et les médias européens. La Commission européenne et le Haut-Représentant pour les Affaires étrangères ont présenté une proposition pour un "nouvel agenda transatlantique tourné vers l’avenir". Ce dernier a déclaré :

"Alors que ces récentes années ont été mises à l’épreuve par des changements de pouvoir géopolitique, des tensions bilatérales et des tendances unilatérales, la victoire du président élu Joe Biden et de la vice-présidente élue Kamala Harris, combinée à une Union européenne plus affirmée et plus compétente et à une nouvelle réalité géopolitique et économique, offre une occasion unique de concevoir un nouvel agenda transatlantique de coopération mondiale fondé sur nos valeurs, nos intérêts communs et notre influence mondiale".
Il est vrai qu’à première vue, le président élu Biden pourrait sembler plus amical. Cette disposition, cependant, ne changera pas la nature essentielle des relations des États-Unis avec les autres pays. Elle ne modifiera pas son différend commercial avec la Chine, par exemple. En fait, la position de Washington pourrait même se durcir, car la nouvelle Maison Blanche et les démocrates du Congrès pourraient être moins pragmatiques que l’administration Trump dans la recherche de solutions.

Le déclin du multilatéralisme

Dans le cadre de la politique commerciale globale, l’administration pourrait revenir à des solutions multilatérales. Cela s’avérerait cependant difficile : le multilatéralisme était déjà en declin avant que le président Donald Trump entre en fonction. Les dirigeants font de plus en plus passer la politique avant tout. Les stratégies économiques et commerciales à long terme sont supplantées par des objectifs populistes ou idéologiques à plus court terme.

Des valeurs douteuses

Le président élu a annoncé une politique davantage axée sur les valeurs et une collaboration accrue avec les alliés. M. Biden s’efforcera de montrer au monde un visage américain plus amical que celui de son prédécesseur, mais le président Trump a obtenu des résultats remarquables que la nouvelle administration ferait bien de mettre à profit. Il était nécessaire de faire pression sur la Chine. Pékin ne change de cap que lorsqu’elle est confrontée à de dures vérités ou lorsque le non-respect des règles entraîne des conséquences importantes. Avec les Chinois, les gestes amicaux et la diplomatie traditionnelle sont inefficaces.

La ligne dure de l’administration Trump contre l’agression iranienne a permis la réconciliation et la collaboration entre Israël et plusieurs États arabes, notamment l’Arabie saoudite. Il existe désormais un réel potentiel pour favoriser la stabilité du Moyen-Orient et accroître l’influence des États-Unis dans la région, sans avoir besoin d’envoyer des troupes sur le terrain.

Pourtant, l’équipe Biden a laissé entendre qu’elle avait l’intention de revenir sur l’accord nucléaire avec l’Iran. Cela permettrait au régime de Téhéran de consolider sa position économique et politique, sans pour autant renoncer à soutenir les organisations terroristes au Moyen-Orient et en Europe. Cette décision n’est donc pas conforme à l’approche fondée sur les valeurs que la future Maison Blanche veut appliquer.

Cette approche - qui, selon l’équipe de M. Biden, vise Riyad et Moscou - n’est pas non plus pragmatique alors que Washington est en désaccord avec Pékin. Elle est susceptible de pousser plusieurs pays, en particulier la Russie, vers un partenariat plus étroit avec une Chine affirmée.

Des expériences dangereuses

Beaucoup de choses dépendront de la capacité des Républicains à défendre leur majorité lors du second tour des élections sénatoriales en Géorgie le 5 janvier 2021. Le résultat sera particulièrement crucial pour les questions de politique intérieure et économique.

Le président Trump a perdu de justesse dans certains États, contre le vice-président Biden et les démocrates qui avaient pourtant le soutien de nombreux grands médias et beaucoup plus d’argent à dépenser.

Il a obtenu des votes de toute la population, y compris une part plus importante que prévu des Afro-Américains et des Latinos. Il a fait appel au bon sens. Sa stratégie et ses propositions contrastaient fortement avec les idées progressistes de son adversaire, que beaucoup considèrent comme élitistes.

Si les Républicains conservent le contrôle du Sénat, cela pourrait aider l’administration Biden à résister aux pressions de l’aile gauche du parti démocrate qui voudrait engager une expérience socialiste de la société et de l’économie américaines. Un Sénat dominé par les démocrates pourrait ouvrir la porte à des augmentations d’impôts excessives et à plus de réglementation, ce qui nuirait à l’économie et dévasterait la classe moyenne . De telles mesures violeraient également les principes fondamentaux de la liberté et le droit d’accéder au bien-être.

Certains membres de l’extrême gauche du parti prônent la théorie monétaire moderne qui, en un mot, postule que le gouvernement peut dépenser autant qu’il veut, tant que la banque centrale continue à imprimer de l’argent. Si les États-Unis devaient suivre cette voie, cela alourdirait la valeur du dollar et augmenterait fortement l’inflation.

Pour éviter ces risques, le président élu Biden devrait espérer que les Républicains remportent le second tour des élections sénatoriales en janvier.

Article à retrouver sur le site GIS online

https://fr.irefeurope.org/Publications/Geopolitical-Intelligence-Services/article/Biden-peut-s-appuyer-sur-les-succes-de-Trump

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière