Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4899

par ,

Un spectre hante la France : le spectre de l’Etat et de ses fonctionnaires
Il faut supprimer le statut des fonctionnaires, privatiser et ouvrir à la concurrence

Il y avait quelque chose d’indécent, voire de scandaleux, lors des manifestations organisées par les syndicats de fonctionnaires mardi 22 mai. Non seulement les fonctionnaires français n’ont aucune raison de faire grève, mais leur situation est l’une des plus enviables parmi les pays membres de l’OCDE. Depuis le début des années 1980, leur nombre n’a cessé d’augmenter et l’Etat français est devenu aussi omnipotent qu’impuissant. La France est aujourd’hui le seul pays à ne pas avoir réformé son Etat.

Certains – comme la Suède, le Canada ou le Royaume-Uni - ont fait des réformes dans les années 1990, d’autres ont diminué le poids de l’Etat et baissé les dépenses publiques après la crise de 2008. La France n’a rien fait et ce ne sont pas les 120 000 postes de fonctionnaires (50 000 centraux et 70 000 territoriaux) qui devraient être supprimés sur la durée du quinquennat qui changeront la donne. De toute façon, cela a très mal commencé car dans le budget 2018 ne figurent que…. 1 600 suppressions de postes ! Le budget consacré à la fonction publique a été de 385 Mds d’euros en 2017 et sera de 386 Mds d’euros en 2018. Ces annonces font penser à la fameuse RGPP (Révision générale des politiques publiques) mise en place par Nicolas Sarkozy en 2008, qui devait veiller à la suppression d’un poste de fonctionnaire sur deux partant à la retraite, c’est-à-dire environ 150 000 suppressions ... A la fin (2012), la masse salariale avait en fait augmenté de 1 %.

Pourtant, les arguments pour agir ne manquent pas. La France a pratiquement deux fois plus de fonctionnaires que l’Allemagne (93 pour 1 000 habitants contre 57 en Allemagne et 61 en moyenne en Europe) et 60 % des fonctionnaires allemands ont un statut de droit privé. La fonction publique hospitalière emploie 1.1 millions personnes, 21 % du total. En Allemagne, c’est 5 % du total des fonctionnaires. Sur ces 1.1 millions, 35.22 % sont des fonctionnaires non-médicaux. En Allemagne, 24 % des hospitaliers ne sont pas médicaux. Est-il normal d’avoir 1 fonctionnaire pour 20 exploitations agricoles et 16 000 fonctionnaires au ministère de l’Agriculture contre 700 en Allemagne ? Et cela continue car le dernier (2018) rapport de la Cour des comptes indique une hausse des dépenses des ministères de 4.8 % (10.6 Mds d’euros) en 2017.

Au niveau des collectivités locales, la situation est tout aussi inquiétante. Selon le rapport de la Cour des comptes 2015, entre 2008 et 2015, les effectifs des fonctionnaires territoriaux ont augmenté de 23 % et plus de 80 % des collectivités locales sont au-dessous de la durée légale de travail de 35 heures.

En plus du nombre et d’un temps de travail plus faible (35.5 heures/semaine en moyenne contre 41 heures en Allemagne), les fonctionnaires français bénéficient de salaires tout à fait corrects : 2 495 euros/mois en moyenne contre 2 225 euros/mois dans le privé. Contrairement à ce que soutiennent les syndicats et les manifestants, leur salaire n’a pas diminué car les carrières et l’avancement se font automatiquement et les primes compensent le gel du point d’indice. Ils bénéficient aussi de l’Indemnité individuelle de garantie de pouvoir d’achat instaurée en 2008, qui, comme son intitulé l’indique, garantit le pouvoir d’achat des agents. Si le traitement effectivement perçu par un agent au terme de la période a évolué moins vite que l’inflation, un montant indemnitaire brut équivalent à la perte de pouvoir d’achat ainsi constatée lui est versé.

De plus, les fonctionnaires partent à la retraite plus tôt (en moyenne à 57 ans contre 62 ans dans le privé), avec une pension calculée (75 %) sur les 6 derniers mois du salaire contre 20 ans dans le privé. Les retraites ne sont pas provisionnées (50 Mds d’euros par an en moyenne) et ce sont les contribuables qui les payent : quand un fonctionnaire verse 1 euro pour sa retraite, l’Etat, lui, en verse 9.

Il n’y a donc aucune raison de faire grève et de manifester. Les fonctionnaires français sont toujours les enfants gâtés de la République et seules de vraies réformes – privatisations, ouverture à la concurrence, suppression du statut – guériront la France.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Notre argent et le grand exploit d’Emmanuel Macron

Police et gendarmerie : + 25 % d’augmentation du coût moyen/emploi (2006-2016)
Malgré 10 000 postes supprimés


Cette caste qui coule la France

Fonctionnaire : une situation vraiment peu enviable ?



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (5)

Salariés publics & privés.

le 30 mai, 09:41 par Addict

Dans ma carrière j'ai travaillé 26 ans dans le privé et 16 ans dans la fonction publique d'état. Les avantages dans la fonction publique sont énormes. Moins d'heures en moyenne 32 heures, plus les congés, rtt, au total 53 jours de congés plus si vous avez des bambins 12 jours accordés pour enfants malades. Je ne vais pas m'arrêter en si bon chemin il faut ajouter 15 jours de formation par année,plus si vous êtes syndiqué quelques journées de représentation syndicale et de formation et je ne vous raconte pas les crises de réunionites aigues au moins 3 à 4 fois par mois. J'allais oublier le jour de carence dans le privé 3 jours. Effectivement les salaires sont très confortables et la retraite aussi en comparaison aux privés. Plus la garantie de l'emploi à vie.Au fait la retraite du privé est calculé sur 25 années une moyenne en ressort. Pour les polypensionnés la perte et de 20 %. Des réformes en profondeur s'imposent. Je ne suis pas pour une égalité totale mais juste pour un équilibre. Je suis un citoyen qui s'interroge.

31 mai, 09:31 - Baurasito

N exagérez rien surtout !tous les fonctionnaires ne sont pas logés à la même enseigne,si vous y étiez vous devriez le reconnaître.sachez que dans de grands groupes les situations sont très enviables avec dès avantages conséquents surtout selon le niveau socio professionnel.ne caricaturez pas certains agents sont payés une misère !

- Répondre -

Une Dictature ?

le 30 mai, 10:19 par Laurent46

Une belle dictature politico-Administrative en quelques sorte, ou un régime communiste !
Hélas cela s'empire chaque année, pire encore le privé ne trouve pas de salariés et la file d'attente s'allonge toutes les années aux portes des administrations. Et pour bien maîtriser le système ils ont créé les emplois aidé et le service civique pour former un maximum de jeunes à l'esprit administratif et à ses avantages, car il y en a bien d'autres que ceux cités, cantine à vil prix, camps de vacance, RTT et primes en surnombre, etc. Inconvénient, le stress des fonctionnaires dès lors qu'il faut travailler et pour certains le simple fait d'aller au bureau est un stress permanent.

- Répondre -

Colonisés

le 30 mai, 10:24 par Picot

Les Français sont colonisés par l'Etat qui n'est là que pour les mettre en esclavage. Malheureusement la prise de conscience n'est pas pour demain puisqu'ils attendent encore tout de lui. Comme des enfants.

- Répondre -

Il faut savoir ce que l'on veut.

le 30 mai, 15:19 par John Sheppard

"Supprimer le statut des fonctionnaires, privatiser et ouvrir à la concurrence" (sic), voilà une excellente idée pour ouvrir grand les portes au retour du spectre de la corruption, que les statuts et des rémunérations correctes avaient éradiqué. Il suffit d'observer les pays où les fonctionnaires sont sous-payés pour voir à l'oeuvre la déliquescence de l'état.
Est-ce vraiment ce que l'on veut ?
Le raisonnement purement économique, sans considérations d'éthique, glisse sous le tapis une partie majeure de la problématique.

30 mai, 22:06 - DNAMOJY

OUI effectivement si on prone l'inégalité en valeur sûre

- Répondre -

La calamité française !

le 3 juin, 09:06 par Astérix

Merci M. Nicolas LECAUSSIN pour cet article et son titre.
En parfait accord.
Mais le Français n'a toujours pas compris qu'il vivrait nettement mieux si tous ces fonctionnaires ne ruinaient pas notre Pays par leur nombre, par leur coût exorbitant et leur passion permanente pour nous faire ch... toute la journée avec des normes imbéciles sans nous rendre le moindre service.
Comment faire pour paralyser une entreprise ?
demandez aux fonctionnaires !
Rien que ces normes mériteraient une véritable révolution du peuple.

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies