Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

dimanche 26 septembre 2021, par Adélaïde Motte

Petite-fille de Pieds Noirs, j’ai baigné dans leur mémoire meurtrie, mais fière. Une mémoire que le lycée, puis les études, n’ont cessé de salir, faisant de mes grands-parents des racistes tortionnaires et responsables d’un génocide.

Comme ses prédécesseurs, Emmanuel Macron travaille à restaurer la mémoire des harkis. Cette mémoire, celle de ceux qui ont combattu pour la France et les Français, est légitime. Emmanuel Macron est aussi ce président qui, alors qu’il n’était encore que candidat, a qualifié la colonisation de crime contre l’humanité. Quel crachat au visage de ces Algérois qui ont tant fait pour l’Algérie française !

On m’a plusieurs fois dit, au cours de mes études, que les Français torturaient les Algériens, mais ce sont mes grands-parents qui m’ont appris que ces Algériens arrêtaient des voitures et égorgeaient leurs occupants, ou posaient des bombes dans les marchés. Ce sont eux qui m’ont raconté les fermes modernes, les exploitations, les maisons, les immeubles que leurs familles construisirent. Ce sont eux et leurs amis qui m’ont raconté que là-bas, les Pieds-Noirs payaient l’école de leurs enfants, mais aussi celle des enfants algériens.

Malgré la sueur et le sang versé, on s’obstine, en politique, dans nombre d’ouvrages d’histories et dans leurs prolongements que sont les manuels scolaires, à peindre les Pieds-Noirs dans des couleurs sombres et sans nuances. Un tel mensonge serait déjà inacceptable si ces derniers n’existaient plus. Or, ils sont toujours là. Ils souffrent quand on les accuse d’avoir commis un génocide, ou quand leurs petits-enfants leur expliquent ce qu’ils ont appris à l’école. Alors ils parlent, parce qu’ils ne peuvent supporter de voir leur mémoire souillée, et ces petits-enfants deviennent détenteurs d’une histoire interdite.

Il ne faut pas, selon Mme Taubira, accabler les jeunes de banlieue avec le récit l’esclavagisme pratiqué par les Arabes pendant des siècles. Pour l’esclavage comme pour la colonisation, les blancs semblent toujours avoir les épaules plus solides, puisqu’on accepte de les accuser de tous les méfaits de leurs ancêtres, et qu’on en invente même de nouveaux. Car la colonisation de l’Algérie n’a pas été un méfait, et la guerre d’Algérie n’était pas un crime. C’était une guerre, avec ce qu’elle compte de douleurs et de violences, dans un camp comme dans l’autre. Ma grand-tante me l’enseigne, elle dont le mari a été égorgé, et dont la robe de mariée a ensuite été perdue parce que les Algériens forçaient les Pieds-Noirs à plonger leurs valises dans la mer avant de prendre le bateau pour le « rapatriement », comme elle appelle ce que je connais sous le nom de décolonisation. Si la France veut condamner la torture pratiquée sur les membres du FLN, alors elle doit condamner, au moins avec la même force, tous ceux d’entre eux qui ne se préoccupaient pas de la culpabilité des femmes et des enfants qu’ils faisaient sauter. Il est absolument inconcevable qu’aujourd’hui, dans notre pays, un élu comme Julien Bayou puisse se réclamer d’être le fils d’une telle terroriste. Car lorsqu’on tue des femmes, des enfants, des vieillards désarmés, on n’est pas un combattant.

Nous, descendants des Pieds-Noirs, sommes moins bruyants que les descendants des militants du FLN. Peut-être avons-nous tort. Nous avons perdu la terre de nos ancêtres, les maisons familiales, les tombeaux de nos aïeux. Nous avons perdu des grands-parents, et ceux qui restent sont marqués à vie. Ils racontent, souvent avec des tremblements dans la voix, la perte d’un frère, d’une mère ou d’un époux, l’abandon de l’ouvrage de leur vie, le rapatriement douloureux et souvent misérable. Oui, peut-être avons-nous tort, nous qui avons tant perdu, de ne pas nous battre pour conserver ce qui nous reste : la mémoire. Cette mémoire mérite d’être enseignée, pas d’être souillée.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Memoire-de-la-guerre-d-Algerie-les-Pieds-Noirs-grands-oublies

Vos commentaires

  • Le 27 septembre à 04:49, par Philippe Odouard En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo pour oser dire ce que le wokisme interdit. Vos grand parents et leurs ancetres ont mis en valeur une Algerie moyen ageuse. Meme si la colonisation n’a pas ete parfaite, elle a permis d’eduquer et de sortir un grand nombre de la misere. Il serait temps d’enfin rehabiliter les Pieds Noirs comme l’ont ete les Harkis. Les Pieds Noirs ont grandement contribue aux 30 ans de croissance d’apres guerre avec leur courage et leur succes de construire et de se reconstruire apres le rapatriement ou ils ont du repartir de rien.

  • Le 27 septembre à 05:04, par Francois VAUCHOT En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Merci pour ce texte. Nous n’oublierons jamais les exactions des fellouzes.

  • Le 27 septembre à 05:12, par Granboulan En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Madame
    Vous touchez du doigt le problème des honnêtes gens
    Ils ne parlent pas ne réclament pas, ne font pas de bruit, pas de désinformation

    Réveillez vous et faîtes connaître la réalité de la colonisation
    D abord un objectif de la gauche française puis de la droite pour améliorer le sort des peuples

    Et faites témoigner les pieds noirs encore vivants dans des ouvrages afin que l histoire réécrite par des faussaires ne reste pas la seule sur la guerre d Algérie

    Ne laissez pas une minorité endocriner notre jeunesse et la tromper

  • Le 27 septembre à 05:23, par Francoise Favre En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Hélas
    Il faut mieux être algériens descendants de fln avec macron
    Il est allé chez audoin porteur de valise pour le fln avec villani
    Honte honte
    Puis il a dit le genoccide de la France en Algérie
    Honte honte
    Puis il a demandé à stora juif bénéficiant du statut de crémeux pour être français pour un rapport honteux
    Les musulmans n ont jamais voulu que la loi civile dans l Algérie pour eux donc devant ce refus ils n ont eu la nationalité française
    On change la nature du refus par ignorance ou volonté de ne pas les heurter

    Enfin camus était un pied noir
    Jules royaussi
    Ils étaient pauvres ou petits fonctionnaires
    Honte à macron girouette manipulée par sa vieille pour se penser le plus grand
    Honte à eux

  • Le 27 septembre à 05:32, par degroote En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo pour votre article qui restitue la vérité !

  • Le 27 septembre à 05:59, par adolphe anté kankosa En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    J’ai grandi avec les pieds-noirs ! du soleil dans leur accent
    Merci pour votre article
    Cordialement anté kankosa

  • Le 27 septembre à 06:33, par Marco En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Le fait de l’indépendance algérienne, ce fut bien la valise ou le cercueil alors qu’il aurait pu en être tout autrement de la part des vainqueurs. Il est bon de s’en souvenir.

  • Le 27 septembre à 06:35, par Marco En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Le fait de l’indépendance algérienne, ce fut bien la valise ou le cercueil, alors qu’il aurait pu en être tout autrement de la part des vainqueurs. Il est bon de s’en souvenir.

  • Le 27 septembre à 07:24, par GARCIA En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    "Ce sont eux et leurs amis qui m’ont raconté que là-bas, les Pieds-Noirs payaient l’école de leurs enfants, mais aussi celle des enfants algériens".
    Pour avoir fréquenter l’école de la république, en Algérie (Française) jusqu’en seconde, je ne comprends pas le sens de cette phrase . L’école était gratuite, comme en Métropole, pour TOUS, alors......

  • Le 27 septembre à 07:34, par MARRON En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo pour ce rappel à la réalité. Malheureusement ceux qui vous lisent n’ont pas besoin d’être convaincus. C’est la grande majorité des français qu’ils faudrait parvenir à éclairer. Comment, si les politiques n’ont pas le courage de s’en mêler ?
    Mais je crois que nous aimons trop endosser des responsabilités qui ne sont pas les notres. Cette tendance a l’auto flagellation sera peut être bientôt tout ce qui nous restera de notre culture chrétienne ?
    Bon courage !

  • Le 27 septembre à 07:54, par Adélaïde Motte En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Si mes souvenirs sont bons, et ils ne sont pas si vieux, il s’agissait d’une école de jésuites.

  • Le 27 septembre à 08:00, par Ninon En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Macron méconnait l’Histoire, ou plutôt la réécrit (dans certains cas, ça s’appelle du négationnisme) : il oublie que l’intervention de l’armée française, qui débarque à Sidi Ferruch en 1830 (initialement, les italiens devaient s’en occuper, mais ils se sont déballonnés) avait pour but de mettre fin aux exactions des barbaresques. Après une semaine de combat, les troupes françaises arrivent à Alger et libèrent 30000 esclaves et otages européens. Et si en 1962, les algériens ont signifié qu’ils ne voulaient plus de français sur "leur" territoire, pourquoi sont-ils si nombreux à venir sur le territoire des français ?

  • Le 27 septembre à 08:10, par Mesnil En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Oui, tout cela est parfaitement juste. Il faut aussi rappeler qu’à l’issue des négociations et du départ des Pieds-Noirs qui ont effectivement tout perdu, un accord était intervenu avec le FLN selon lequel les "Harkis" ne seraient pas poursuivis ni pourchassés. Si le FLN et les Algériens n’ont pas tenu parole, doit-on en accuser la France ? Quand on parle de colonisation, comme par hasard il est toujours question de l’Europe. Mais la colonisation est une histoire aussi vieille que le Monde car de tous temps des hommes de guerre ou des nations ont cherché à en conquérir d’autres.
    Et je rappellerai que tous les pays d’Afrique du nord (Egypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc) sont depuis le 7ème/8ème siècle sous colonisation arabe, que les peuples de ces pays ont dû changer de religion, ont dû adopter la langue arabe à de rares exceptions près ainsi que la culture arabe au détriment de leur propre culture. Et si l’Espagne et la France actuelles ne sont pas arabes, c’est bien grâce au courage de nos aïeux et à quelques figures historiques (le Cid, Charles Martel pour ne citer que les deux plus connus) qu’on le doit.
    J’ai passé 6 mois en Algérie en 1980 et ai beaucoup sillonné le pays. Lors de conversations avec des Algériens, il ressortait que nombre d’entre eux disaient ouvertement que l’Algérie était mieux administrée du temps des Français et sur le terrain on pouvait fréquemment voir des fermes qui avaient visiblement été prospères mais qui étaient laissées à l’abandon et dont les terres étaient en friche. Très nombreux étaient aussi ceux qui avouaient ouvertement que le gouvernement algérien était un gouvernement pourri et corrompu. Bravo le FLN ! Je me rappelle d’ailleurs qu’à l’époque, la police arrêtait des voitures dans le but de leur extorquer de l’argent qu’il fallait leur donner sans en avoir l’air ; c’est à dire glisser dans les papiers (identité, permis de conduire...) un billet qu’ils prenaient avant de vous laisser partir.
    1980, c’était encore le début des Frères Musulmans en Algérie et nombre d’Algériens qui s’en prennent à la France se sont jetés dans les bras des Frères Musulmans qui est aussi une forme de colonialisme.
    Lorsque Chaadli ou Bouteflika clament haut et fort que la France devrait faire acte de contrition, c’est surtout pour obtenir de l’argent de la part de la France (sous forme numéraire ou de marchés, etc) et pour masquer leur propre incompétence et turpitude.
    Alors, quand je vois que Mr Macron en rajoute sur la culpabilité de la France, je constate qu’il ne connaît tout simplement rien à l’histoire et n’a pas le sens des réalités. La seule chose qui le motive est la façon dont il pourra récupérer quelques votes supplémentaires quitte à tordre le cou à l’histoire de notre pays. Mais cela n’est pas sans conséquences et celles-ci peuvent être très graves. Avant de se lancer dans de telles diatribes, il ferait mieux de tourner 7 fois sa langue dans sa bouche.

  • Le 27 septembre à 08:23, par Gerard A HUSSON En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Il suffit de regarder la situation totalement délabrée de l’Algérie d’aujourd’hui pour en conclure que ces Pieds-Noirs "racistes tortionnaires et responsables d’un génocide" avaient au final joué un rôle moteur dans la construction et la modernisation de ce pays, qu’il s’agisse de ses institutions, de ses infrastructures, de son système éducatif, de santé et judiciaire, de son agriculture.
    Mes grands-parents ont vécu au Maroc dans les années 1920-1935. Lui médecin, elle infirmière. Combien de marocains ont-ils soignés gratuitement lorsqu’ils allaient dans les souks !

  • Le 27 septembre à 09:27, par Obeguyx En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo Adélaïde. Pour tous ceux qui veulent connaître une grande, très grande part de vérité sur cette guerre il y a sur internet un site qui dispose de 154 diaporamas uniquement sur la guerre d’Algérie avec une documentation incroyable. Ce site : http://www.aviation-algerie.com. Me contacter pour d’autres informations.

  • Le 27 septembre à 09:31, par SERRAT En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo Madame pour votre excellent texte.
    Je me permettrai de rajouter que ce n’est pas seulement les algériens qui trempaient les valises des Pieds Noirs en partance dans les ports, mais aussi et surtout les dockers CGT du port de Marseille qui, en déchargeant les cadres contenant les meubles et affaires que certains avaient pu sauver, trempaient dans l’eau les containers avant de les déposer sur les quais ! Cela a été le cas pour mes parents, affreux colonialistes !!!
    Il ne vous aura pas échappé que Macron dans son discours aux Harkis n’a à aucun moment pointé la responsabilité les dirigeants algériens dans le massacre de milliers de Harkis, il ne fallait pas indisposer ceux devant lesquels il s’est prosterné.

  • Le 27 septembre à 09:42, par Guy-André Pelouze En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Témoigner, écrire, conserver.
    La situation s’y prête car nous sommes dans un angle mort où la pensée dominante tente d’effacer, réduire au silence et ainsi actionner un révisionnisme historique qu’elle voudrait définitif. C’eût été possible sans la migration massive qui vient de rappeler aux Français qu’ils sont peut être dans la situation des PN en 1958. Ceux qui ont cru aux promesses politiciennes ont tout perdu parfois même la vie.
    Mais en France la situation est préoccupante.
    L’exil a commencé par une contre migration dans l’hexagone puisque les départs des zones où ne règne plus l’état de droit est amorcé depuis longtemps. Ensuite a commencé la vente de biens immobiliers en bordure de ces zones (souvent à perte lorsque la vente est tardive). Après il s’est agi des départs des Juifs qui ne voulant pas faire des étapes sont allés se réfugier en Israël.
    L’étape suivante est aussi bien avancée. Il s’agit de l’effondrement économique à cause de l’état providence surdimensionné que nous avons créé et que tous les politiciens ont développé au motif que le social et ses milliards allait résoudre tous les problèmes. Cette politique suicidaire est basée sur la dette et l’entrée dans l’euro a solvabilisé les politiciens français comme jamais. C’est pourquoi les milliards continuent à être déversés dans les banlieues pour réparer le rideau du politiquement correct qui cache la réalité du trafic, de l’islamisme et de l’hostilité farouche à toute intégration.
    Une fois de plus les PN sont extrêmement utiles à la société française car ils sont les lanceurs de l’alerte terminale, celle qu’ils ont éprouvé eux mêmes ou leurs parents il y a un demi siècle. Les Français attendent le dernier moment pour changer de politique. C’est un jeu dangereux.

  • Le 27 septembre à 11:50, par Arlet En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    @garcia
    Je confirme , les écoles , collèges et lycées étaient bien gratuits en Algérie , puisque départements français .
    Dans les années 40/50 , pour entrer aux collèges /lycées , il fallait réussir un concours , remplacé très vite par un examen ( DEPP ) .
    Raison pour laquelle les élèves qui n’étaient pas reçus à ces examens allaient dans des écoles privées - souvent catholiques - et effectivement payantes .
    i
    PS : Merci me dire pourquoi refuser mes mails de ces derniers jours , alors que @ n’es pas
    encadré par le caractère " " .
    Courtoisement ,

  • Le 27 septembre à 12:21, par LOMBLED En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Comment peut on parler de génocide quand en 1830 à l’arrivée de la France sur ce territoire colonisé par l’Empire ottoman la population était d’à peine de 2 millions d’habitants, et au départ de la France en 1962 elle était de 9 millions d’habitants.
    Pour le reste l’Algérie a été effectivement mise en valeur par la France (son pognon, c’est à dire celui des contribuables français) et grâce au courage de tous ceux qui y ont travaillé, parfois en y laissant leur vie (paludisme etc..), Les PN sont fiers de leur passé, et on peut les insulter ils n ’en ont rien à foutre, vive l’Algérie Française, honneur et gloire à nos ancêtres.

  • Le 27 septembre à 15:15, par Jean-François LEVIER En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    J’ai été mobilisé à Colomb-Béchar pendant la guerre d’Algérie puis j’a travaillé pour SCHLUMBERGER à Edjéleh..Tous les employés étaient Algériens ou Kabyles et
    aimaient la France. Les pères avaient combattu pour elle en 14, 45 et en Indochine Un d’eux L’un L’un d’eux, Kabyle a été fière quand sa fille a eu son bac. Il a été tué à Alger par
    le FLN. J’ai assisté à la reddition de Lagaillarde dans le quartier des facs. En 62 le
    FLN a hérité d’un beau pays développé par les Pieds noirs. Avec le pétrole et une
    nombreuse jeunesse éduquée on voit ce qu’il en a fait de nos jours, après l’exil
    d’un million de Pieds noirs. . 500 000 Algériens vivaient paisiblement en France en 1954. Ils sont 1954. Ils sont deux millions à présent. Le gouvernement noir sud-africain a su
    garder ses Européens d’origine. et prospérer. Je ne voterai jamais pour MACRON,
    le président qui insulte son pays devant Bouteflika, l’assassin de milliers de
    compatriotes bien plus que l’armée française. Certes les gouvernements français
    successifs ont eu le tort de considérer les Algériens comme citoyens de seconde
    zone, alors qu’ils avaient donné la citoyenneté française à l’importante communauté juive.

  • Le 27 septembre à 15:17, par Jean-François LEVIER En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    " communauté juive" à la fin de mon texte.

  • Le 27 septembre à 16:13, par Emile En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    un seul mot, Madame :
    merci pour notre mémoire et nos héros !

  • Le 27 septembre à 17:49, par cendu En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo de rectifier, malheureusement partiellement faute de place j’imagine, les réalités d’une petite partie de l’histoire de l’Algérie.
    Je ne suis pas pied noir, mais j’ai habité Oran de 1958 à 1961 (j’avais 9 ans en 1958) car mon père, aviateur de l’Aéronavale et basé à Lartigue (Base aéronavale située près d’Oran) était chargé d’empêcher les navire russes d’apporter des armes à ce qui restait du FLN (15000 personnes sur une population FRANCAISE de 5,5 millions d’habitants, même si elle était un mixte de chrétiens, de musulmans, de juif, ... d’origine française, espagnole ou autres).
    Pour commencer, l’Algérie n’a JAMAIS été une colonie.
    En effet, les russes avaient besoin d’une base navale en Méditerranée et les américains, intéressés par le pétrole et le gaz que la France avait découvert dans le Sahara, faisaient tout auprès de l’ONU pour nous mettre dehors et prendre notre place (ou plutôt, mettre un gouvernement à leurs bottes comme les USA font partout où ils le peuvent).
    Pour faire court, Alger a été occupée par les Turc de 1516 à 1830, date à laquelle les français, lassés des razzias dirigées par le Bey d’Alger pour mettre en esclavage 2,5 millions d’européens (hommes aux galères avec 3 mois d’espérance de vie, femme en esclavage sexuel, enfants castrés et mis en esclavage, vieillards inutiles égorgés) ont vaincu les turcs et les ont renvoyés en Turquie.
    Puis la France a donné un nom à ces terres quasi-désertiques et pleines de marais malsains sur un littoral très étroit (les Sahara n’est pas loin de la côte) : L’ALGERIE.
    A part quelques tribus éparses et très arriérées, il n’y avait RIEN.
    La France a divisé ces territoires en trois DEPARTEMENTS (l’Algérie n’a JAMAIS été une colonie) et proposé aux métropolitains de s’y installer. 2,5 millions de gens y sont allé et ont assainis les marais, construit des ports, des immeubles, des hôpitaux, des écoles, des exploitations agricoles, etc., etc.
    1,5 millions sont morts de malaria et autres maladies lors de ces travaux gigantesques, mais qui ont fait dire au gouvernement japonais que l’Algérie est "l’endroit le plus moderne du monde".
    Ferhat Abbas, premier président du GPRA, disait que « La France n’a pas colonisé l’Algérie. Elle l’a fondée » et aussi que la France avait fait faire un bond de 1000 ans aux peuplades qui habitaient ces terres qui allaient devenir l’Algérie.
    J’arrête là, car ce serait trop long de tout raconter. Mais je suggère à ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Algérie du début jusqu’à son indépendance, à se procurer le film "La Valise ou le Cercueil". Il est très bien fait et avec des documents officiels. Je l’ai prêté à des gens peu motivés ; Dès le début, il n’ont plus pu s’en détacher jusqu’à la fin tellement c’est passionnant et instructif.

  • Le 28 septembre à 11:03, par Dudufe En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Appelé en Algérie en mars 60 j’ai passé 21 mois dans un camp militaire situé au dessus du barrage hydro électrique de Beni Bahdel à 40km au sud de Tlemcen. Barrage voute construit par la France et qui alimentait, je crois encore maintenant,cette ville et la région en électricité.
    Le lac de retenue est utilisé actuellement par les habitants du secteur comme lac de loisirs.
    Ce pays n’aurait jamais pu,ni su, construire un tel ouvrage ! Merci pour la reconnaissance !

  • Le 3 octobre à 09:17, par Jean-Pierre RONDEAU En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Très heureux de savoir qu’une brillante jeune femme comme vous continuera à protéger notre Mémoire. Une petite erreur, ce sont les dockers grutiers CGT marseillais qui plongeaient les valises dans le port. Et puis, il ne faut pas mettre sur le même plan tortures françaises qui étaient faites pour faire parler des réseaux terroristes et les abominations FLN sur des civils dont femmes et enfants. Idem pour les crimes des uns et des autres, sans parler de la durée et du fait qu’il ne s’est agi que de ripostes pour nous.

  • Le 3 octobre à 09:23, par Jacques Garello En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    A nouveau bravo chère Adelaïde. J’ai la double nationalité Provençal et Pied Noir. Arrivé à Alger à l’âge de 18 ans j’y ai vécu pendant 11 ans, j’ai épousé Gisèle Pied noir de la 5ème génération (vosgiens expatriés en 1879) Mes deux fils aînés y sont nés. Mais une leçon importante : les Pieds Noirs si entreprenants et si conviviaux n’ont jamais cru qu’ils allaient être lâchement abandonnés par la République Française gaulliste. Pour ceux qui veulent en finir avec la crise actuelle de notre pays ils ont à s’engager aux côtés des libéraux pour éviter le désastre.

  • Le 3 octobre à 13:35, par furnari En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Bravo Chère madame... Votre message m’a emu aux larmes.. Reprenez le flambeau c’est continuer à vouloir et devoir rétablir la VERITE sur l’histoire des Français d’Algérie. C’est aussi rétablir l’Histoire de France tout simplement ... Vous dire aussi que la guerre d’Algérie a été plus une guerre de Religion qu’une guerre d’indépendance ... et cela remet l’actualité Française actuelle : La DEMOGRAPHIE ... Ce problème mathématique a été subi par nous en Algérie ... Un million de judéo Chrétiens contre 9 Millions de Musulmans .. Ces simples chiffres annonçaient la fin tragique de Notre Histoire ... Ces chiffres doivent interpellés tous les Français Européens s’ils ne veulent pas vivre le même drame que nous ... Encore Merci pour votre témoignage si bouleversant et je vous souhaite tous le bonheur du Monde.. Je vous embrasse...

  • Le 4 octobre à 12:38, par Marcelle Macquet En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Merci pour cette jeune fille d’avoir si bien exprimé notre vie et le grand déchirement de notre départ

  • Le 4 octobre à 13:42, par René En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Merci pour ce texte....vos parents peuvent être fiers de vous
    J’aimerais bien que ma fille ,pourtant enseignante,réagisse comme vous.

  • Le 5 octobre à 19:03, par BRU Jean Claude En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Quel plaisir de savoir qu’une jeune prenne la relève ,tous les Pieds Noirs ont vécus ces événements ,et cette arrivée en métropole qu’elle honte....mais nous sommes toujours la pour faire connaitre nos douleurs et nos peines .....NI PARDON NI OUBLI.....

  • Le 6 octobre à 09:26, par Adélaïde Motte En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Merci à tous pour vos messages et vos témoignages.
    Un jour, je l’espère, cette part de l’histoire de notre pays, qui en représente tout de même près d’un siècle et demi, sera enseignée avec justesse. Car les journalistes et les écrivains ont infiniment moins d’impact que les enseignants.

  • Le 9 octobre à 23:09, par Alexandre LUBRANO En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Badinter dit que la peine de mort est une honte pour la France ; ;
    si sa petite fille se faisait assassinée après avoir été violée pour qui serait la honte ?

  • Le 10 octobre à 14:32, par Jourdes En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Superbe votre texte relatant si bien notre histoire. Vs écrivez merveilleusement bien continuez ds cette voie et merci. Amitiés Corinne

  • Le 10 octobre à 14:34, par Jourdes Corinne En réponse à : Mémoire de la guerre d’Algérie : les Pieds-Noirs, grands oubliés

    Merci pr ce très beau texte relatant notre histoire de PN. Vs écrivez merveilleusement bien ..continuez ds cette voie votre talent est grand . Amitiés Corinne 😘

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière