Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués (...)

Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

mardi 27 avril 2021, par Jean-Philippe Delsol

Santé publique France a comptabilisé 65.000 morts du Covid pour 2020, auxquels il faudrait peut-être ajouter les décès à domicile représentant « environ 5 % des décès si on s’aligne sur les taux observés à l’étranger » estime l’Institut national d’études démographiques –INED-, soit un peu plus de 68.000 personnes décédées du Covid l’an dernier.

Pourtant, selon une note de l’Insee établie au regard des donnée disponibles au 15 janvier 2021, 667 400 décès toutes causes confondues ont été enregistrés en 2020 en France. En 2019, le nombre de décès était de 613 243 décès, soit 54 157 de moins qu’en 2020.

Du 1er janvier au 29 mars 2021 note encore l’Insee dans un relevé provisoire, 176 312 décès, toutes causes confondues, sont enregistrés en France à la date du 9 avril 2021, soit 6 % de plus qu’en 2019 (+ 9 656 décès, soit une hausse de 40 000 ramenée à une année !).

Ces chiffres confirment que la hausse de la mortalité n’a pas été aussi importante que les autorités de santé le claironnent. D’autant moins qu’il faut tempérer l’analyse par trois observations majeures :

1. La tendance naturelle de la mortalité est à la hausse

La réalité est que le nombre de décès augmente significativement en France depuis l’arrivée à l’âge de 65 ans de la génération du baby-boom d’après-guerre. Le nombre de décès était resté stable entre 1996 (544 604 décès) et 2008 (542 575 décès) avant de connaitre quelques augmentations erratiques puis de s’emballer à partir de 2011 (545 057 décès) jusqu’en 2019 (613 243 décès). Entre 2011 et 2019, la France a connu en moyenne 8523 décès de plus chaque année.

Selon une étude réalisée par l’INED, ce sont environ 13.000 décès qui, en 2020, sont statiquement imputables au vieillissement de la population. Celui-ci « s’observe chaque année en l’absence de gain d’espérance de vie », ce qui entraîne mécaniquement une hausse annuelle du nombre de décès. Indépendamment de tout contexte épidémique, une partie des personnes mortes du Covid en 2020 « seraient de toute façon décédées », soit d’une autre pathologie, soit de vieillesse. Pour l’INED, en 2020, le Covid-19 n’aurait causé « que » 42.000 décès supplémentaires en France.

2. L’âge moyen élevé de décès « Covid »

Sur l’ensemble de l’année 2020, note encore l’Insee, la hausse de mortalité a concerné uniquement les personnes âgées de 65 ans et plus et de manière homogène (+ 10 % quelle que soit la tranche d’âge). Elle est un peu plus marquée pour les hommes (+ 10 %) que pour les femmes (+ 8 %). Elle est négligeable en deçà de 65 ans (+ 2 % entre 50 et 64 ans, - 1 % entre 25 et 49 ans et - 6 % pour les moins de 25 ans).

Le constat est le même pour le début d’année 2021. Si le nombre de décès est supérieur de 6 % en France sur la période du 1er janvier au 29 mars 2021 par rapport à la même période de 2019, il n’augmente que pour les personnes âgées de plus de 65 ans. En effet, le nombre de décès enregistré entre le 1er janvier et le 29 mars 2021 est inférieur à celui constaté sur la même période en 2019 pour les jeunes (- 16 % pour les moins de 25 ans) mais aussi pour les personnes âgées de 25 à 49 ans (- 9 %) et celles ayant entre 50 et 64 ans (- 4 %) qui avaient, à l’opposé, connu une hausse de mortalité en 2020.

Les décès sont en revanche supérieurs à 2019 pour les 65 à 74 ans (+ 7,5 %) et surtout pour les plus de 75 ans (+ 11,5 % entre 75 et 84 ans). La surmortalité est désormais moins marquée pour les plus de 85 ans (+ 6 %). Au cours du dernier mois toutefois, entre le 1er et le 29 mars, la mortalité des 85 ans et plus n’augmente que de 3 % par rapport à la même période en 2019, ce qui pourrait être le signe des premiers effets de la vaccination, mais pourrait aussi s’expliquer par un effet « moisson ». Celle des 75 à 84 ans reste en revanche encore élevée à + 12 %.

Selon Santé publique France, entre mai 2020 et avril 2021, l’âge moyen du décès se situe entre 84 et 85 ans et 93 % des personnes décédées avaient 65 ans et plus. Parmi les plus jeunes (moins de 20 ans), seules douze personnes sont mortes de la maladie en France.

3. Les comorbidités jouent un rôle important

Mais l’âge n’est pas le seul facteur à prendre en compte, comme le rappelle Catherine Hill, épidémiologiste et bio statisticienne : « l’âge et les comorbidités jouent tous les deux un rôle dans les formes graves du Covid-19 ». Selon Santé publique France, sur 43.000 certificats de décès reçus par le CépiDc, 65 % des personnes décédées étaient déjà fragilisées par une ou plusieurs pathologies. L’hypertension artérielle et les pathologies cardiaques sont les plus mentionnées sur les certificats électroniques.

Conclusion

Nous n’imaginons pas un seul instant que les chiffres puissent être truqués. Mais ils sont livrés au public sans précaution et sans analyse, dans l’esprit des autorités publiques et sanitaires, qui, par nature, par idéologie ou par intérêt, élèvent la peur en mode de gouvernement. Comme l’observe Anne Fagot-Largeault dans son dernier ouvrage (Ontologie du devenir, Odile Jacob), la grippe espagnole a fait au début du XXème siècle 50 millions de morts dans le monde alors que la population était 4 fois moindre. Notre seuil de tolérance à la mort s’est effondré. N’est-ce pas vanité ?

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Les-chiffres-de-la-mortalite-liee-au-Covid-19-sont-ils-truques

Vos commentaires

  • Le 28 avril à 02:17, par Roland Morice En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    Voilà enfin une étude pragmatique et réaliste qui tient compte du vieillissement de la population. En montrant que tout à fait naturellement et même sans pandémie qu´il y a plus de 50.000 morts PAR MOIS. Les français vont pouvoir comprendre que le nombre de malades nécessitant une hospitalisation a déjà et va continuer d´augmenter. Donc SVP DONNEZ DES MOYENS aux hôpitaux merci

  • Le 28 avril à 03:17, par Thierry En réponse à : Épidémie de corruption.

    "Nous n’imaginons pas un seul instant que les chiffres puissent être truqués" Merci pour ce trait d’humour.

    À propos, pourquoi les médecins de plateau ne donnent jamais leurs liens d’intérêt comme la loi leur en fait l’obligation ? Vous savez, la loi, ce joug des petites gens.

    La crise des opioïdes aux USA a tué des dizaines de milliers d’Étasuniens. En 2009, Pfizer versa une amende de 2,3 milliards de dollars pour vente frauduleuse de médicaments.

    Nous devons constater, avec horreur, presque dégoût, que même la médecine est touchée par la corruption de ses élites. La corruption, trahison du bien commun, ce virus mortel des civilisations.

  • Le 28 avril à 05:14, par serge En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    Il faut ajouter que les malades n’ont pas été soignés au début de la maladie et que certaines personnes âgées ont été sédatées !!!

  • Le 28 avril à 05:29, par Martinie En réponse à : Pourquoi tant de précautions ?

    Article bien documenté et...sobre !
    Un seul exemple : Pourquoi « Nous n’imaginons pas que les chiffres soient truqués «  ?
    Macron - narcissique et pervers- (avec ses p’tits artilleurs menteurs), nous raconte des fariboles : épargnez-moi la liste des mensonges que ce gamin raconte depuis 2016/2017 avec une production quasi hebdomadaire depuis son élection ...
    Non, Cher Jean-Philippe, l’état de déliquescence du pays qui, certes ne date pas de son avènement, n’autorise plus de telle précaution !
    La parole publique est discréditée pour une majorité de citoyens mais j’admets bien volontiers - et « en même temps » seule concession à la semantique macronienne - que beaucoup trop de nos compatriotes ne sont plus en situation d’entendre la vérité sur l’étendue et la profondeur des réformes à conduire...

  • Le 28 avril à 06:18, par Philippe En réponse à : Si, les chiffres sont bien truqués !

    Nous connaissons tous (j’en ai dénombré 7 dans mes relations directes et indirectes) des décès qui ont été catalogués "covid" alors qu’ils n’avaient rien à voir. Et dans certains cas, la famille a dû protester pour que le médecin qui a constaté le décès retire cette mention du certificat, pour éviter l’inhumation spécifique et dégradante pour les familles.
    Dans les hôpitaux, pareil, ils confondent "mort de la covid" et "mort avec la covid" parce qu’il y a de l’argent en jeu. Tout comme les médecins.

    Un article de Nice Matin a dénoncé ce trucage des chiffres :

    https://www.nicematin.com/sante/pourquoi-le-nombre-de-malades-entre-les-donnees-de-sante-publique-france-et-celles-des-hopitaux-est-si-different-notre-decryptage-630970

    https://www.lavoixdunord.fr/921755/article/2021-01-18/covid-19-le-mic-mac-des-chiffres-de-l-epidemie-dans-les-alpes-maritimes-fait

  • Le 28 avril à 06:57, par François MARTIN En réponse à : Dramatiser pour s’immiscer

    Dans nos “démocraties représentatives“ (des dictatures des élus, en fait), les philanthropes avisés qui sont au pouvoir dramatisent toutes les crises pour avoir un prétexte pour intervenir (subprimes, canicule, covid etc).
    Dans le cas du virus, le gouvernement a exploité deux crises superposées : la crise de l’hôpital massacré par la bureaucratie et l’épidémie. Il suffisait d’énoncer les chiffres bruts de mortalité et de déposer quelques morts sur le trottoir pour impressionner les Français et justifier un interventionnisme tous azimuts (en fait inutile et peut être, même, contre productif).

    Pourquoi font-ils çà ?

    Une crise donne aux gouvernants l’occasion de dégager d’énormes budgets d’aide à des secteurs sinistrés. Cela justifie des prélèvements étatiques supplémentaires ou un endettement étatique supplémentaire.

    Ces milliards supplémentaires qui passent entre les mains de nos oncles PICSOU, que d’occasions supplémentaires de gaspillages et de détournements !

    Merci, en tous cas à Mr DELSOL pour avoir réuni des informations qui nous donnent la juste mesure de l’effet covid.

  • Le 28 avril à 07:16, par Pat En réponse à : Surprenant de lire les vrais chiffres des décés en 14 mois

    Je vous fait part de ce que j’arrive à penser tranquillement dans mon coin de village de campagne.

    On vient de passer les 3600 de décès en 14 mois à l’hôpital dans les tranches d’âge de 00 à 60 ans dus au Covid, ce qui ne représente que peu par rapport aux décès dus aux accidents ménagers par exemple et ne nécessite donc pas de mettre le pays en émoi et l’économie à l’arrêt.

    Se servir des décès des anciens au dessus de 60 ans dont une majorité d’entre eux de grand âge et avec des pb de santé est subjectif et on devrait se poser la question de savoir pourquoi le gouvernement se conduit ainsi ?

    Voir les chiffres de "santé publique France" dans la fenêtre en bas à droite de la page suivante :
    https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/5df19abcf8714bc590a3b143e14a548c

    Je récapitule donc les chiffres au 24/4/21 soit 14 mois après le 1er décès survenu en France (un vieux Chinois arrivant de Wuhan par le dernier avion).
    Donc décès pour les tranches d’âge entre 00 et 60 ans survenus à l’hôpital marqués dans les archives "décès dû au COVID" des 14 mois passés (chiffres officiels émis par France Santé Publique) :
    00/09 : 5
    10/19 : 14
    20/29 : 72
    30/39 : 220
    40/49 : 711
    50/59 : 2579
    soit 3601 de moins de 60ans en 14 mois du 24/02/20 au 24/04/21, c’est bien sûr surprenant et m’interpelle...
    Ceux au dessus de 60ans décédés en hôpital et non pas en EHPAD (qui est un compte différent) vu que là tous les décès en maison de retraite ont systématiquement été notés COVID, qu’ils soient partis de leur mort naturelle en fonction de leur grand âge, de leurs pathologies plus ou moins prononcées, le système les a notés ainsi, subjectivement. :
    60/69 : 8071
    70/79 : 16986
    80/89 : 30070
    90/99 : 17375.
    Tous décédés pour la grande majorité ayant des PB de santé antérieurs.
    Sachant aussi que la moitié des décès concernent des gens du sud de la Méditerranée, c’est à dire Maghrébins et Sahéliens suivis par une minorité d’asiatiques et moins de 10/100 d’originaires d’Européens vivant en France, ayant décédé dans nos hôpitaux. Bizarre n’est ce pas ? une question de chromosomes bien probablement.

    Donc l’analyse primaire que je fais, sans rien y connaître en épidémiologie, je recense les chiffres et tente de les analyser et les comprendre est qu’il y a peu de gens actifs de moins de 60 ans décédés (3600) soit moins que décès par accidents domestiques qui sont en France la 1ère cause de décès.
    Doit on alors :
    - Bloquer toute l’économie d’un pays ?
    - Bloquer toute la population active et lui imposer des mesures coercitives à mauvais escient ?
    - Quelle est la raison exacte de ce que fait et nous impose notre gouvernement ?

    Ne pourrait on pas plutôt et préférentiellement protéger tout d’abord ceux qui sont les plus sujets à attraper le COVID qui les affaiblit jusqu’à en décéder ? c’est à dire les anciens tout d’abord avant de faire fermer et tourner au ralenti toute l’économie du pays...

  • Le 28 avril à 07:28, par Trasym En réponse à : Il faut évaluer tous les paramètres

    Article parfaitement documenté :
    L’arrivée de la génération du baby boom à l’âge de la retraite et au-delà fait mécaniquement monter le nb des décès naturels ou par ou avec covid.
    Les comorbidités sont sans doute plus nombreuses également du fait qu’elles sont prises en charge souvent bien avant l’âge de la retraite, mais vont s’exprimer plus létalement avec le covid et le vieillissement.
    Enfin, il faut également noter que la population augmente aussi mécaniquement chaque année ( bilan naissances/décès positif, ou/et immigration). Et donc le nombre de décès potentiels augmente aussi.

  • Le 28 avril à 07:37, par Gaillet En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    En sens inverse
    Il y a eu moins de décès suite aux mesures prises pour réduire l’épidémie de Covid19 :
    Moins de grippes
    Moins d’accident de la route.
    Difficile donc de connaître l’incidence réelle de la pandémie sur la mortalité.

  • Le 28 avril à 07:37, par E.D En réponse à : Vous répondez non, pourquoi ce titre trompeur ?

    Il y a eu aussi une réduction importante des accidents de voiture pendant toute cette année épidémique.
    Par ailleurs il faut se réjouir du nombre considérable de morts évités par les mesures telles que les gestes barrière, les confinements... Mais surtout par les moyens hospitaliers déployés contre ce virus.
    Je ne comprends cette suspicion envers ces chiffres comme si on voulait minorer la dangerosité de cette pandémie et son coût pour la société.

  • Le 28 avril à 08:46, par Benoit En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    Bonjour,
    Pas besoin d’avoir fait des grandes études, il suffit d’un minimum d’intelligence, pour voir que comme la télé, Santé Publique France est la voix de nos maitres.
    On saura jamais le nombre de morts de covid.
    Par contre le nombre de décès est bien répertorié dans beaucoup de pays. En France avec INSEE on peut voir les évolutions par an. En traçant une ligne sur mon écran j’ai trouvé un excès de 30000 morts en 2020.
    Plus sérieusement ici, en préprint on trouve 23046 ou 16309 décès en excès sur un total de 650mille. http://recherche.irsan.fr/tmp/La%20mortalite%20de%20coronavirus%20France_Preprint2021-04-03.pdf

  • Le 28 avril à 13:02, par M.Louis Julien SOURD En réponse à : L’évolution de la mortalité

    Comme la population française vieillit , il est logique que le taux de mortalité augmente ...Mais les personnes décédées en 2020, en partie en raison du VIRUS, seraient sans doute mortes en 2021 ou les années suivantes ; Donc il va falloir regarder la mortalité sur les années 2021 et la suite . ! Il faudrait avoir des moyennes sur trois ans ...

  • Le 28 avril à 15:11, par M.Louis Julien SOURD En réponse à : L’évolution de la mortalité

    Comme la population française vieillit , il est logique que le taux de mortalité augmente ...Mais les personnes décédées en 2020, en partie en raison du VIRUS, seraient sans doute mortes en 2021 ou les années suivantes ; Donc il va falloir regarder la mortalité sur les années 2021 et la suite . ! Il faudrait avoir des moyennes sur trois ans ...

  • Le 29 avril à 13:02, par jean-loup msika En réponse à : Une manipulation politique éhontée et criminelle !

    Les organes de propagande des gouvernements se gardent de comparer la mortalité "Covid" avec celle des années précédentes, qui est pratiquement du même ordre de grandeur.
    Car il n’y a pas de surmortalité "Covid" réelle !
    il s’agit d’une grande manipulation politique visant à instaurer une peur panique dans la population, pour la contrôler (destruction de la petite et moyenne entreprise privée...) et la contraindre à une vaccination massive, inutile et dangereuse, mais source de profits extravagants (des centaines de milliards) pour les labos qui vont pouvoir acheter tout le personnel politique (déjà vendu au Big Tech, à la Chine communiste, au Qatar, etc...) et exercer un pouvoir sans limites.
    Il s’agit en fait d’établir en France les conditions favorables à une réélection de Macron en 2022.
    Il s’est agit aux USA d’empêcher la réélection d’un Trump très populaire, au bénéfice de Biden qui est le sinistre pantin d’Obama.
    etc...etc...
    La manipulation s’étend aussi dans l’impasse sur la prévention (vitamine D, Zinc, etc..) et l’interdiction des traitements précoces (Hydroxychloroquine, Azythromycine, Ivermectine, etc..), cela afin d’envenimer la prétendue "pandémie" qui terrorise la population.
    Il s’agit d’une manipulation politique éhontée et criminelle !

  • Le 2 mai à 07:16, par BEAU En réponse à : Mortalité liée au Covid

    Je partage le commentaire de J L Msika, il y a lieu de considérer les chiffres avec beaucoup de prudence, que ce soit le nombre de morts dû au Covid et même celui de la contamination.
    Depuis que Macron a fait annoncer le calendrier du déconfinement le nombre de contaminés est en train de passer nettement au dessous des 30000/j et les décès moins de la moitié (par Ex les chiffres de ce jour 2 mai). Est ce sa stratégie de campagne présidentielle ?
    Fin novembre 2020 le nombre de nouveaux cas était de l’ordre de 10000/j (sans vaccination) la semaine dernière on en était à + de 30000/j (avant publication du futur déconfinement).

  • Le 2 mai à 07:31, par Jean Marie BRION En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    Les chiffres annoncés par le gouvernement sont faux pour les raisons suivantes :

    Comme pour les chiffres de l’emploi, l’INSEE doit donner des chiffres au gouvernement qui ne sont pas les chiffres annoncés aux médias. Pour l’emploi, cette fraude a commencé avec François Mitterrand. Dixit un cadre de l’INSEE !!

    La plus part des décès comptabilisés dans les hôpitaux sont déclarés suite au covid. Dans ce cas l’hôpital touche quelques milliers d’euros qu’il n’a pas si le décès est provoqué par une autre cause. Cela permet aux hôpitaux d’avoir un peu de budget. Dixit un personnel soignant d’un hôpital

    Lorsque l’on compare le nombre de décès de 2018, 2019, 2020 celui ci est sensiblement constant .

  • Le 2 mai à 15:26, par Gerard En réponse à : Seule la surmortalité à du sens.

    Sachant que l’étiquette covid-19 a été collée a des décédés sans aucun test lors de la première vague et sur des décédés affectés d’autres maladies mortelles qui seraient de toute façon décédés à très court terme, seule la surmortalité à du sens.
    Les constats sur un décompte calendaire sont faux puisque la Pandémie n’a affecté la France qu’à partir de Mars 2020 alors que la mortalité était exceptionnellement faible les mois précédents.
    L’IRSAN à publiée une étude statistique poussée réalisée par des spécialistes du l’INSEE, du CNRS et d’autres instituts qui démontre que la surmortalité en 2020 n’existe pas en dessous de 65 ans et qu’au dessus de 65 elle n’est que de 16000 à 23000 décès, soit environ 1/4 à 1/3 du nombre de décès étiquetés COVID-19 en 2020.
    La mortalité quelque soit le pays ne justifie en aucun cas les mesures extravagantes passées par les gouvernants. C’est en réalité une crise de soins et d’ignorance.
    http://recherche.irsan.fr/fr/documentation/index/voir/154-

  • Le 2 mai à 16:53, par Francis En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    La grand mère de l’une de mes belle-filles vient de décéder d’un quatrième AVC à l’âge de 82 ans. Comme elle fut contaminée par le coronavirus à l’ hôpital, son décès fut classé.....covid !!!!!

  • Le 5 mai à 21:27, par Martin En réponse à : Les chiffres de la mortalité liée au Covid-19 sont-ils truqués ?

    Selon les statistiques, la France avait le 01/01/2020 une population de 67 millions d’habitants. En 2019, l’espérance de vie à la naissance est de 85,6 ans pour les femmes et de 79,7 ans pour les hommes. Ce qui correspond à une moyenne d’espérance de vie à la naissance d’environ 83 ans.
    Étant considéré l’espérance de vie à la naissance comme constante et à ramener à la population de 67 millions d’habitants me donne une mortalité de 807.229 personnes par an. Ce chiffre correspond à la moyenne annuelle d’un cycle d’espérance de vie à la naissance de 83 ans pour une population de 67 millions d’habitants.
    667.400 décès toutes causes confondues ont été enregistrés en 2020 en France. Le nombre de décès en 2020 est donc de 139.829 inférieur à la mortalité calculée d’une moyenne d’âge de 83 ans. Sur un cycle de 83 ans, la moyenne des décès annuels varie autour du chiffre annuel calculé, il y a des années avec un nombre inférieur, comme il y aura des années avec un nombre supérieur.
    En relisant ces notes, je ne comprends pas, où se trouve une éventuelle hausse de mortalité...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière