Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4872

par ,

Guérir les banlieues françaises sans l’Etat providence
Le Plan banlieues de Borloo ou la preuve de l’échec de l’Etat

Parmi les nombreux maux dont souffre la politique française figurent le come-back des politiques et la maladie des rapports et autres plans de relance. Il ne faut pas être un grand politologue pour remarquer que dans d’autres pays – comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis – il est très rare que les responsables politiques reviennent sur le devant de la scène, surtout après avoir perdu des élections.

Même les « sinécures » d’Etat (différents postes plus ou moins utiles financés avec l’argent des contribuables : ambassadeur au Pôle nord par exemple…) qu’on leur accorde sont loin d’être aussi fréquentes qu’en France. Le nombre de rapports à l’adresse du Premier ministre ou du Président sont aussi une vraie caractéristique française dont le but est le plus souvent de permettre à un « oublié » de la politique de faire son retour, éventuellement d’obtenir un poste, en tout cas, d’essayer de dépenser l’argent des contribuables. Si l’économie et la société française s’étaient améliorées proportionnellement à la quantité de rapports et de plans réalisés depuis environ 30 ans, alors la France serait à coup sûr le Paradis sur terre !

Une police politique et encore des milliards déversés sur les banlieues

Jean-Louis Borloo, ancien maire et ministre déchu et qui a perdu sa fraîcheur et sa jeunesse, fait partie de ces politiques français. Après avoir dirigé une fondation pour l’électricité en Afrique, dont les résultats semblent plutôt contestés malgré les milliards (au moins 4 Mds d’euros par an) de subventions publiques investis, le revoici avec un nouveau (un énième) plan pour les banlieues françaises. M. Borloo devrait faire un effort de mémoire : depuis 1990, il y a eu : le plan Delebarre, le plan Tapie, le plan Raoult en 1995, le plan Sueur, le plan Bartolone en 1998 et le plan Borloo ( !) en 2004. Des milliards de francs et d’euros ont été déversés sur les « zones urbaines sensibles ». En pure perte, puisque la délinquance n’a cessé d’augmenter. En janvier 2008, le président Nicolas Sarkozy avait présenté un « plan Marshall en banlieue » (après le vote du budget par les députés). Et ainsi de suite…
Les propositions de l’ancien ministre de la Ville - il devrait donc savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas – ressemblent énormément à ce qui a déjà été fait : des milliards et encore des milliards de dépenses. Au total, 48 Mds d’euros sur 5 ans. Leur objet : rénovation des quartiers, dédoublement des classes de CP et CE1, création de 30 000 places en crèche, « pass culture », ciblage de la formation professionnelle, création d’une « cour d’équité territoriale » et d’une académie des leaders (une sorte d’ENA des quartiers) … De l’interventionnisme et de l’étatisme. De l’inquiétude aussi. La cour d’équité, qui « pourra condamner tout gestionnaire public ayant failli à l’obligation de moyens qui s’impose à lui pour contribuer à l’équité territoriale des citoyens au regard du service public, ou fait obstruction à sa mise en œuvre », fait penser à une véritable police politique. L’ENA des quartiers augmentera à coup sûr le sentiment de discrimination alors qu’il faudrait, au contraire, faire sortir des quartiers ceux qui veulent vraiment réussir. De plus, il existe déjà à Sciences po des classes pour ceux qui proviennent des quartiers en difficulté.

Et si l‘on mettait fin à l’Etat providence ?

Jean-Louis Borloo le sait parfaitement. En France, entre 2000 et 2015, on a distribué plus de 100 milliards d’euros dans les banlieues où 15 000 associations d’insertion ont été créées. Et pourtant, les violences n’ont pas cessé… Le chômage a continué à augmenter aussi. Les faits montrent que les banlieues n’ont pas besoin de plus d’Etat mais de moins d’Etat. Ou plutôt, que l’Etat se recentre sur sa mission essentielle qui est d’y faire régner l’ordre et le droit. Les problèmes d’immigration et d’intégration ne peuvent pas être réglés par l’Etat Providence mais par le marché du travail et la fin des aides. Pourquoi élaborer un énième plan au lieu de lire Thomas Sowell, un économiste de l’université de Stanford et enfant de Harlem, qui explique que l’intégration aux Etats Unis n’a pas posé de problème là où le marché du travail a été ouvert et libre. L’intégration a tourné au désastre dans les villes et les régions où se multipliaient les initiatives « sociales ».
Ou pourquoi ne pas lire le sociologue français Christian Jelen qui avait montré (1999) qu’il n’existait pas de relation de cause à effet entre le chômage, la misère et les phénomènes d’insécurité et de violence. Après avoir enquêté sur place pendant plusieurs années, il avait rassemblé suffisamment de données pour affirmer que des zones moins touchées par le chômage que la moyenne nationale et mieux entretenues (la banlieue de Strasbourg, les Yvelines dans la région parisienne) subissaient un taux de violence beaucoup plus élevé que d’autres régions comme le Nord de la France (Roubaix et sa banlieue) frappées de plein fouet par la désindustrialisation et la misère. C’est donc bien le communautarisme et l’intégrisme qui poussent ces jeunes à la violence et pas la misère sociale.

Dans ces conditions, si le diagnostic est toujours mal fait, un énième plan et des dizaines de milliards d’euros ne serviront strictement à rien, sauf à gaspiller l’argent des contribuables.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Notre argent et le grand exploit d’Emmanuel Macron

« Notre administration est la fille du gouvernement de Vichy »


Discours du Trône : vers un Etat providence du XXIème siècle

Étatisme : toujours plus !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

question

le 2 mai, 08:07 par Michel A

Merci de donner vos sources pour cette affirmation "15 000 associations d’insertion ont été créées"

# Re : question

2 mai, 10:56 - Nicolas Lecaussin

Rapport Cour des comptes (2002)

- Répondre -

Banlieues :Unanimité Macron /Borloo = Aveuglement : Nier l'intégrisme !

le 2 mai, 10:20 par Arlet

La lucidité de N.Lecaussin m'a confortée dans le jugement que je porte sur l'appel à Borloo pour un énième plan banlieues .( le come back des politiques , les "sinécures " d'Etat etc....)
Comment , en 2018 , peut-on encore vouloir déverser des milliards à fonds perdus , alors que l'argent de la drogue coule à flots et que le
mal enraciné est , certes , le chômage , mais soyons lucides l'intégrisme et la haine de la France .

- Répondre -

Banlieues et islam

le 2 mai, 10:48 par Jacques Peter

Et si on se posait la question de savoir s'il y a ou non un rapport entre insécurité et islam ?

2 mai, 13:04 - Arlet

@ J.Peter ,
De plus en plus de rares médias , hommes politiques , philosophes , penseurs , etc...s'acharnent à démontrer le " rapport entre insécurité et islam " , toutefois, soit ils ne sont pas assez nombreux , soit ils n'ont pas droit à l'audience des journaux , télés etc ... . et surtout ils se heurtent à l'affirmation de Macron , qui n'y voit qu'une "misère sociale " , d'où son appel saugrenu à Borloo pour un nouveau plan ,financièrement désastreux , en faveur des banlieues , au lieu de donner des instructions précises aux forces de l'ordre , afin de remettre les "guetteurs au travail " .....

- Répondre -

La Justice

le 3 mai, 15:45 par Guy CHAPLAIN

Pour moraliser la vie politique Il faut avant tout MORALISER LA JUSTICE tout en découle
Quant au pays Des Droits de l'Homme des magistrats entretiennent un MUR DES CONS
23/123 em dans le classement de la corruption des pays
C'est logique ! ! ! ! !

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies