IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


Flashcode 2 url IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/5927



Dites non à l’impôt volontaire, il conduit à la servitude volontaire
Les locataires doivent s’en prendre à l’Etat, pas aux bailleurs !

Commerçants, artisans, entrepreneurs, propriétaires bailleurs, ne tombez pas dans le piège de l’impôt volontaire. C’est ce que vous propose le gouvernement avec les yeux doux de M. Le Maire. Reprenant une proposition déjà présentée fin octobre, il a promis ce 12 novembre de mettre en place dans le Budget 2021 « un crédit d’impôt de 50% du montant du loyer abandonné pour tous les bailleurs qui renoncent au loyer du mois de novembre pour les entreprises qui ont jusqu’à 250 salariés ».

Pour les entreprises locataires de 250 à 5.000 salariés, le crédit d’impôt sera limité à 33%. Dans tous les cas, ce que fait le gouvernement, c’est d’inciter les locataires à exiger de leur bailleur un abandon de loyer qui exigera de leur part un effort financier. Certes, la contribution du bailleur sera réduite du crédit d’impôt obtenu, mais il y aura un reste à charge du bailleur.

Pourtant, le gouvernement seul est responsable de la décision de confinement. M. Macron seul a dit en mars et redit en octobre que personne n’en subirait les conséquences financières « quoiqu’il en coûte » et qu’aucune entreprise ne serait « livrée au risque de faillite ». C’est donc à l’Etat seul d’en supporter les conséquences, toutes les conséquences. Il n’y a aucune raison de demander aux propriétaires d’en subir à leur tour les dommages, de partager avec leurs locataires la réparation d’un préjudice dont ils ne sont pas coupables. En fait le gouvernement demande aux bailleurs de payer un impôt volontaire comme contribution à la crise sanitaire et fait en sorte que ceux qui refuseront soient d’ores et déjà considérés comme des parias, des « salauds », des gens non solidaires, les moutons noirs de la société.

Pourtant les locataires mis en difficulté par des mesures gouvernementales n’ont pas à s’en prendre à leurs propriétaires mais à l’Etat qui les a mis dans cette situation pour remédier à sa propre impéritie et à son imprévoyance. Comme je l’ai déjà suggéré dans le Figaro en mai dernier lors du premier confinement ( https://www.lefigaro.fr/vox/economi ... ), c’est la responsabilité de l’Etat qui est engagée et c’est lui qui doit en supporter la charge.

Accepter qu’un impôt déguisé soit mis à la charge de quelques-uns pour compenser les autres serait une manière de se livrer à l’arbitraire. Mais tous en souffriraient à terme car c’est la société tout entière qui n’aurait plus pour loi que la règle despotique de l’Etat. L’impôt volontaire est le signe de la servitude volontaire que dénoncait déjà Etienne de la Boétie (1530-1563) dont le texte est toujours pertinent :
« Pauvres gens misérables, peuples insensés, nations opiniâtres à votre mal et aveugles à votre bien ! écrivait-il. Vous vous laissez enlever sous vos yeux le plus beau et le plus clair de votre revenu, vous laissez piller vos champs, voler et dépouiller vos maisons des vieux meubles de vos ancêtres ! Vous vivez de telle sorte que rien n’est plus à vous. Il semble que vous regarderiez désormais comme un grand bonheur qu’on vous laissât seulement la moitié de vos biens, de vos familles, de vos vies. Et tous ces dégâts, ces malheurs, cette ruine, ne vous viennent pas des ennemis, mais certes bien de l’ennemi… », c’est-à-dire de l’Etat qui vous gouverne, qui n’a aucun pouvoir sur vous « qui ne soit de vous-mêmes ? Comment oserait-il vous assaillir, s’il n’était d’intelligence avec vous ? Quel mal pourrait-il vous faire, si vous n’étiez les receleurs du larron qui vous pille, les complices du meurtrier qui vous tue et les traîtres de vous-mêmes ? Vous semez vos champs pour qu’il les dévaste, vous meublez et remplissez vos maisons pour fournir ses pilleries… ».

Il nous faut conclure comme La Boétie : « Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres ». Parlant du Pouvoir excessif, il disait : « Je ne vous demande pas de le pousser, de l’ébranler, mais seulement de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre ».

Partager cet article :

Autres lectures ...

La politique fiscale d’Emmanuel Macron est-elle faite pour les « riches » ?
Victor Fouquet,

La politique fiscale d’Emmanuel Macron est-elle faite pour les « riches » ?

Taxe foncière : + 34.7 % en dix ans !
Nicolas Lecaussin,

Taxe foncière : + 34.7 % en dix ans !


Les nouvelles pratiques du fisc ou la société de suspicion
Jean-Philippe Delsol,

Les nouvelles pratiques du fisc ou la société de suspicion

Augmenter les impôts des riches ne fait pas augmenter les recettes
Nicolas Lecaussin,

Augmenter les impôts des riches ne fait pas augmenter les recettes



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

Impôt volontaire non

le 16 novembre, 07:12 par Jean im

Je m'interrogeais pour profiter de cette opportunité fiscale qui m'apparaît maintenant comme une basse manoeuvre à rejeter sauf peut-être si le locataire a depuis quelque temps déjà arrêté de payer son dû. C'était 100% qu'il fallait accorder ! Et pendant ce temps les pays asiatiques créent leur propre zone de libre-échange...

- Répondre -

Une solution...

le 16 novembre, 08:49 par chris

...que tous ces politico-mafieux et hauts fonctionnaires ayant mis en place ces 2 confinements absurdes et inutiles ne soient plus payés qu'au smic afin qu'ils constater les dégats qu'ils ont commis !

- Répondre -

Un pays dirigé par des émasculés ayant par pleutrerie fait le choix de tuer la France.

le 16 novembre, 16:08 par Michel

Pour résoudre le problème du Covid il suffisait tout simplement de prendre des mesures d'une très grande simplicité sans fermer aucun commerce administration ou industrie.

> Toute personne pour pouvoir sortir doit avoir fait un test de moins de 15 jours. Cela signifie qu'une personne pour avoir le droit de sortir doit faire un test au moins toutes les 15 jours et dont le résultat doit être bien entendu négatif.

> Tous les résultats des tests doivent être enregistrés par les laboratoires sur une base de données centralisés consultable par des agents assermentés comme les forces de l'ordre ou autres et ceci à partir d'une application smartphone. D'ailleurs pourquoi ne pas mettre cette consultation en libre accès au public qui a le droit de savoir si les personnes qu'il fréquente sont dangereuses.

> Tout contrevenant se voit appliquer une amende dissuasive et immédiate de 1000€ la première fois et multipliée par elle-même en cas de récidive.

Au lieu de mettre en place ces mesures très simples on préfère tuer l'économie du pays et entrainer avec elle des milliers de morts dont le nombre sera sans commune mesure avec celle du Covid. Mais nos émasculés, grands commémorators devant l'éternel préfèrent aller faire des marches blanches, des commémorations honteuses pour soi-disant honorer nos millions de morts qui y ont laissé leur vie pour sauver leur pays, alors que nos incompétents sacrifient nos pays en tuant notre économie et en laissant des centaines de milliers de migrants inintégrables venir s’y installer en toute simplicité. Lorsque je vois un Macron osez aller sur la tombe de nos soldats ou de nos victimes pour y faire un discours de pleutre j’ai tout simplement envie de vomir.

- Répondre -

Chinoiseries

le 16 novembre, 17:51 par PICOT

Vis à vis de nos "politiques" nous devrions faire comme les Chinois autrefois. Ils payaient leur médecin en permanence lorsqu'ils étaient en bonne santé, et quand ils tombaient malades ils suspendaient les versements d'honoraires. Le médecin était donc obliger de se remuer sérieusement pour trouver un bon traitement. Faisons la même chose avec nos dirigeants et gageons que la résolution des soucis arriverait beaucoup plus vite. On peut toujours rêver, cela fait du bien !

- Répondre -

 css js



FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies