Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
Banner
Home » Cette Amérique contre le progressisme

Cette Amérique contre le progressisme

par Nicolas Lecaussin

Oui, le gauchisme et le progressisme peuvent être vaincus. Même dans le pays où ils sont le plus à la mode en ce moment : l’Amérique. Les élections qui ont eu lieu récemment là-bas ont prouvé que l’électorat peut agir de manière rationnelle, faire tomber les représentants politiques de la gauche marxisante, voire rejeter des lois et des réglementations qui vont à l’encontre du bon sens. La preuve par les faits.

Le candidat républicain n’a pas reculé pour contester la culture « woke » et les théories racialistes et identitaires

Déjà, la victoire du candidat républicain en Virginie pour le poste de gouverneur a été un bel exploit, dans un État que Joe Biden a remporté en 2020 par 10 points d’écart. Cependant le signe le plus fort a été donné par le New Jersey, un bastion démocrate où Jack Ciattarelli, le républicain sans grand soutien, a été à deux doigts de battre le gouverneur sortant Phil Murphy.

En Virginie, le parti républicain n’avait pas gagné depuis plus d’une décennie. Son candidat, Glenn Youngkin, a remporté des élections importantes dans les banlieues autour de Washington, DC, Richmond et Virginia Beach. Il a su faire revenir cet électorat dans le giron des républicains, ce que n’avait pas pu faire Trump en novembre 2020. M. Youngkin a fait campagne sur les thèmes de l’éducation, de la sécurité publique et du coût de la vie. Il n’a pas reculé pour contester la culture « woke » et les programmes scolaires infectés par l’idéologie racialiste et identitaire. Il a soutenu les parents qui veulent que leurs enfants soient éduqués correctement et de manière neutre, il a aussi soutenu la liberté fondamentale de choisir son école.
Son adversaire, le démocrate et ancien gouverneur Terry McAuliffe, un centriste lorsqu’il collectait des fonds pour Bill et Hillary Clinton, a cédé à l’aile progressiste dominante de son parti. Il a traité par le mépris les objections des parents à l’enseignement de la théorie critique de la race dans les écoles et appelé M. Youngkin un «Trumpkin» ayant de la sympathie pour les suprémacistes blancs. Les électeurs ne sont pas tombés dans le panneau. Le message envoyé par la Virginie est qu’ils ne veulent pas du programme de la gauche progressiste. Ils ont préféré écouter un républicain qui aborde franchement les problèmes qui leur tiennent à cœur et leur parle comme un être humain normal à d’autres êtres humains normaux, sans leur faire des promesses irréalisables, sans leur dire comment ils doivent éduquer leurs enfants.

À Minneapolis et Seattle, les électeurs ont voté pour arrêter l’idiotie de démantèlement de la police

D’autres résultats sont dans la même ligne. À Buffalo, les citoyens ont fait comprendre à leurs dirigeants démocrates que le socialisme n’était pas la solution. À Minneapolis et Seattle, les électeurs ont voté pour arrêter l’idiotie de démantèlement de la police. A New York, c’est un ancien policier qui a été élu. Démocrate certes, mais il a promis de restaurer l’ordre dans la ville. A Buffalo, la candidate India Walton, socialiste déclarée, a fait campagne avec des propositions concernant surtout la hausse de la taxe foncière et de nouvelles aides sociales pour la population de la ville. Ville assez pauvre, avec une population noire à plus de 37 %, Buffalo pouvait être le terrain idéal pour les idées socialistes. Or, c’est bien l’ancien maire démocrate, Byron Brown, qui a été réélu avec plus de 60 % des voix. Il a fait campagne, lui, pour plus de libertés entrepreneuriales afin de créer massivement des emplois. Augmenter les taxes et les aides sociales ne fait pas sortir les gens de la pauvreté, a soutenu Byron Brown. Il a eu raison.

La fièvre « woke », les discours racialistes, la haine de la police ne sont pas encore, et de loin, devenus une pandémie. L’électorat américain semble garder une robuste santé mentale. Le discours rationnel, argumenté et constructif a toutes ses chances face aux promesses utopiques et les accusations démagogiques. Il existe un palier que les politiciens ne devraient pas franchir. Les électeurs l’ont fait savoir.

You may also like

1 commenter

zelectron novembre 17, 2021 - 6:22

Cette Amérique contre le progressisme
Espérons que ce mouvement continue !

Répondre

Laissez un commentaire