Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Ce que nous prépare l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de (...)

Ce que nous prépare l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir

mercredi 31 mars 2021, par Philbert Carbon

Toujours avide de taxer et de réglementer afin de restreindre la concurrence entre les États membres et dicter aux citoyens la bonne conduite, la Commission européenne a dans ses tiroirs quelques projets – portant sur l’alcool, l’alimentation et la cigarette [1] – dangereux pour nos libertés.

Réduire la consommation d’alcool

Bruxelles souhaite réexaminer la législation européenne « relative à la taxation de l’alcool et aux achats transfrontaliers d’alcool par des particuliers ». En gros, il s’agit d’une part d’augmenter la taxation minimale fixée par l’UE pour pénaliser les États qui ont choisi de ne pas trop surtaxer les boissons alcoolisées comme le Luxembourg, l’Allemagne, l’Espagne ou la République tchèque, et d’autre part de limiter la possibilité pour les Européens – et principalement les frontaliers – d’effectuer des achats dans ces pays à fiscalité douce.

La Commission européenne déclare également qu’elle « suivra de près la mise en œuvre des dispositions de la directive sur les services de médias audiovisuels relatives aux communications commerciales pour les boissons alcoolisées, y compris sur les plateformes de partage de vidéos en ligne. Elle travaillera avec les États membres, le groupe des régulateurs européens des services de médias audiovisuels (ERGA) et les parties prenantes pour encourager les initiatives d’autorégulation et de corégulation ». Derrière ce charabia, il faut comprendre que la Commission va faire pression sur les États, notamment à travers des lobbys anti-alcool qu’elle va subventionner, pour qu’il y ait toujours moins de publicité pour les boissons alcoolisées et toujours plus de messages de prévention infantilisants.

Enfin, les commissaires bruxellois veulent rendre obligatoire l’indication « de la liste des ingrédients et de leur valeur nutritionnelle sur les étiquettes des boissons alcoolisées avant la fin de l’année 2022 » et celle des avertissements relatifs à la santé avant la fin de l’année 2023. Que les consommateurs soient davantage informés, pourquoi pas ? Mais qui ne sait pas encore que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé ? Faut-il encore réglementer à ce sujet ?

Surtout que, globalement, la consommation d’alcool est en recul très net dans la plupart des pays d’Europe depuis les années 1960. Les Français, par exemple, ont divisé leur consommation de boissons alcoolisées par 2,5 entre 1960 et 2018 selon une étude de l’INSEE. Mais cela n’est jamais assez pour les hygiénistes qui rêvent d’un monde sans alcool.

Taxer le sucre

La Commission se mobilise également pour réduire l’obésité chez les Européens. Pour cela, elle envisage de nouvelles taxes et restrictions en matière de publicité. Elle dit préparer, pour 2022, un rapport portant sur les « communications commerciales sur les aliments et les boissons malsains ». Ces aliments et boissons malsains ne sont pas définis, mais on imagine qu’il s’agit là de ceux considérés comme étant riches en graisses, en sucre ou en sel. L’Union européenne a le pouvoir d’interdire la publicité sur tout support pouvant traverser les frontières – elle le fait déjà pour le tabac, par exemple. Le fait qu’elle puisse l’envisager pour d’autres produits est particulièrement inquiétant.

Par ailleurs, l’exécutif européen indique qu’il va réaliser une étude sur les mesures fiscales et les politiques de prix et qu’il examine la « possibilité de proposer de nouvelles mesures fiscales sur les sucres et les boissons non alcoolisées ». On s’étonne qu’il soit envisagé des mesures fiscales avant même que l’étude soit réalisée ! Celle-ci ne servirait donc qu’à justifier de nouvelles taxes. Nul doute qu’elle sera produite par des « experts » favorables aux taxes sur le sucre.

Dans une étude qui sera publiée prochainement, l’IREF fait le point sur la fiscalité comportementale et révèle la faible efficacité de celle-ci pour faire changer les comportements. Les pays qui ont essayé de taxer le gras (comme le Danemark), ou qui taxent le sucre (comme la Hongrie ou la France) ne présentent pas de résultats significatifs en matière de réduction de l’obésité.

Bannir le tabac du continent européen

Les commissaires européens rêvent aussi d’un continent sans tabac où moins de 5 % de la population en consommerait. Pour cela, la Commission entend œuvrer « en faveur d’un emballage neutre et d’une interdiction totale des arômes ». Ce dernier point concerne probablement les cigarettes électroniques – qui ne contiennent pas de tabac – puisque les cigarettes aromatisées sont déjà interdites.

La commission souhaite également « actualiser la recommandation du Conseil relative aux environnements sans tabac » en élargissant ceux-ci aux espaces extérieurs. Elle veut aussi que les nouveaux produits, comme les cigarettes électroniques et le tabac à chauffer soient concernés par ces interdictions.

L’IREF a pourtant montré dans une étude récente que les produits à risques réduits que sont l’e-cigarette et le tabac à chauffer – auxquels on pourrait adjoindre le snus suédois, interdit dans les autres pays par l’UE – sont des moyens efficaces pour lutter contre le tabagisme. Il faudrait au contraire favoriser l’utilisation de ces nouveaux produits en assouplissant la réglementation et en baissant les taxes.

Une Union européenne tentaculaire

Tous ces projets de la Commission européenne sont particulièrement inquiétants pour plusieurs raisons. Premièrement, ils traduisent la volonté de l’UE de s’immiscer toujours plus dans la vie quotidienne des Européens et de leur dicter, en quelque sorte, un mode de vie unique et donc attentatoire aux libertés individuelles.

Deuxièmement, l’UE ne semble pas tenir compte de ce qui se passe dans les pays membres. Une étude comparée des différentes législations, comme celle qu’a conduite l’IREF, montre que la taxation et la règlementation comportementales produisent rarement les effets escomptés.

Troisièmement, en voulant harmoniser toujours davantage les règles et les taxes, l’UE empêche d’expérimenter de nouvelles voies et, par conséquent, de trouver des solutions innovantes et originales.

Quatrièmement, les lobbys hygiénistes semblent avoir l’oreille des fonctionnaires bruxellois qui ont le désir d’étendre les compétences de l’UE au-delà ce que prévoient les traités. De fait, l’UE s’éloigne toujours plus de l’Europe des origines : entraves aux achats transfrontaliers et donc remise en cause du marché unique, censure (avec l’interdiction de la publicité), oubli de la subsidiarité et volonté de se substituer aux États membres, etc.

Sous couvert de vouloir nous empêcher de mourir d’une maladie provoquée par l’excès d’alcool, de sucre ou de tabac, la Commission européenne ne cherche qu’à étendre ses tentacules et finalement nous empêcher de vivre.

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Ce-que-nous-prepare-l-Union-europeenne-nounou-pour-nous-empecher-de-mourir

[1Cet article doit beaucoup à Christopher Snowdon de l’Institute of Economic Affairs (IEA) et à sa note « Over-reach : the EU’s lifestyle regulation plans ».

Messages

  • Bonjour,
    Vous faites référence à une étude IREF dans le texte.
    Je regrette de ne pas voir de lien vers cette étude. Un oubli peut-être ?
    Encouragements,
    Thierry

    Passage concerné : Une étude comparée des différentes législations, comme celle qu’a conduite l’IREF, montre que la taxation et la règlementation comportementales produisent rarement les effets escomptés.

  • N’y aurait-il pas un peu d’Hitler dans cette Europe à vouloir forger des individus exemplaires ? comme quoi la folie des homme n’a jamais de limites et ne cesse qu’à travers des conflits sanglants pour reprendre quelques dizaines d’années après. C’est un éternel recommencement.

  • "les commissaires bruxellois veulent rendre obligatoire l’indication « de la liste des ingrédients et de leur valeur nutritionnelle sur les étiquettes des boissons alcoolisées avant la fin de l’année 2022 ". Les mêmes refusent de communiquer la composition des vaccins : 257 composants pour le Pfiser ! Les mêmes encore qui veulent réglementer le tabac, veulent libérer l’usage des drogues récréatives !

  • "les commissaires bruxellois veulent rendre obligatoire l’indication « de la liste des ingrédients et de leur valeur nutritionnelle sur les étiquettes des boissons alcoolisées avant la fin de l’année 2022 ". Les mêmes refusent de communiquer la composition des vaccins : 257 composants pour le Pfiser ! Les mêmes encore qui veulent réglementer le tabac, veulent libérer l’usage des drogues récréatives !

  • Lorsque l’on est incapable de traiter et régler les vrais problèmes,on s’occupe à inventer l’eau chaude ou à discuter sur "le sexe des anges".
    Quand vont -ils nous f.....la paix ?

  • Thierry,
    Je vous remercie pour votre message et vos encouragements.
    L’étude est celle qui est mentionnée un peu plus haut : "Dans une étude qui sera publiée prochainement, l’IREF fait le point sur la fiscalité comportementale et révèle la faible efficacité de celle-ci pour faire changer les comportements". Elle n’est pas encore parue. Cela ne saurait tarder. Encore un peu de patience.
    Cordialement,
    Philbert Carbon

  • Si l’Europe avait commencé par le début, en instaurant une fiscalité à peu près homogène au sein de tous les pays membres on n’en serait pas là !
    Dans ce grand foutoir qui arrange surtout les financiers et fraudeurs de tout poils, il est facile de taper sur le frontalier qui profite un tout petit peu, du système.
    On ne met pas la charrue avant les bœufs.
    Quand je vois vous exciter, j’ai un petit sourire en coin.
    Cette Europe, vous les beau-parleurs, critiquant tout, ultra libéraux, vous l’avez voulu, en avez bien profité avec la sous-traitance à l’étranger, alors maintenant assumez.
    Quand les miséreux seront devant votre porte avec fusils et baïonnette, il sera trop tard !
    Avec la cybercriminalité qui explose et les piratages tout azimut, l’effondrement n’est pas loin.
    Vous payerez le prix fort d’une explosion du numérique incontrôlée.

  • ça c’est bon pour la santé mentale de la belle jeunesse européenne

  • ce que nous prépare l’union européenne
    Une fois de plus les directives européennes servent plus à justifier le nombre de fonctionnaires à BRUXELLES que de rendre l’EUROPE PLUS FORTE ET PLUS PERFORMANTE.
    Oui il fallait faire l’Europe mais pas celle des fonctionnaires qui nous font exactement l(inverse de ce qu’il faut, à savoir :
    Harmoniser intelligemment les systèmes sociaux et fiscaux, ce qui ne signifie pas du tout de prendre exemple sur la France avec son systéme social et fiscal qui la ruine depuis 40 ans, et qui a liquidé le tissus industriel français, forçant les industriels à partir dans des territoires plus accueillants et moins réglementés. Il faut rappeler ce que beaucoup ne veulent pas comprendre (n’ayant jamais dirigés des entreprises "marchandes" ) que produire en France avec des charges sociales supérieures de 30 à 35% supérieures aux pays voisins, avec des "taxes de production" qui n’existent pas ailleurs, avec des réglementations stérilisantes, c’est la mort lente assurée,
    L’europe a-t-elle cherchée à créer en commun des filières industrielles créant des synergies de compétences face au reste du monde ? . que neni
    On a même vu notre grande Commissaire Européenen en Chef menacer la fusion prometteuse des deux groupes automobiles européens (qui associent leurs talents et atouts) au nom du principe de
    concurrence tel qu’elle se la représente pour finalement accepter à contre coeur en exigeant que le groupe PSA renonce à produire certains types de véhicules utilitaires pour laisser la place à son
    concurrent asiatique !!!! oui c’est atterrant !
    Cette dame n’a pas compris que le marché automobile est mondial et non pas seulement européen
    Donc grâce à cette Dame de Bruxelles il faut que notre entreprise française s’ampute d’une activité au profit de fabricant asiatique . On est consterné devant une telle incompétence du tissus industriel pour ne pas dire une telle stupidité.
    Donc, ce type de personnes est naturellement plus apte à réglementer la dimension des goutières et des phares de voiture qu’à impulser une Europe Industrielle agrégeant les talents immenses de chacune de nos nations
    ¨Peut-on espérer reconstruire une Europe intelligente qui gagnera la bataille économique et sociale déjà engagée ???
    JP D

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière