Pour la liberté économique et la concurrence fiscale

Faire un don

Menu


Pour la liberté économique et la concurrence fiscale


fr.irefeurope.org

Accueil > Publications > Articles > Cafouillage de la vaccination : la responsabilité du mille-feuille des (...)

Cafouillage de la vaccination : la responsabilité du mille-feuille des organismes de santé

lundi 25 janvier 2021, par Valentine Rault

La crise du coronavirus et la mise en place de la vaccination ont servi de révélateur à un fait grave : malgré une multitude d’instances de prévision et de gestion des crises sanitaires, la France est incapable d’apporter des solutions.

Un an après le début de la crise sanitaire, près d’un mois après le début de la vaccination, le gouvernement français n’a pas l’air plus efficace face à la crise. Toujours en position de réaction plus que d’anticipation, à la traîne de nos voisins européens en termes de gestion de crise et de distribution et d’injection des doses de vaccin, la France semble fragilisée.
Notre pays dispose pourtant de 10 organismes qui auraient dû prévoir la crise et organiser la réponse étatique : directions générales, conseils, agences gouvernementales…
Et si c’était la multitude de ces acteurs qui avait empêché une gestion cohérente ?

Pas moins de 10 organismes se partagent la gestion de la crise sanitaire

Les Français les ont découvert au fil de leurs recommandations, instructions, interdictions diverses et variées. Agences régionales de Santé, Haut Conseil à la Santé publique, Agence nationale de la sécurité du médicament… Vous trouverez à la fin de cet article un tableau présentant ces organismes et leurs différentes compétences, qui souvent se recoupent.

Ainsi Santé publique France, le Haut Conseil à la Santé publique et la Direction générale de la Santé ont tous des prérogatives de prévision, respectivement « observation et surveillance épidémiologique », « fournir aux pouvoir publics l’expertise nécessaire à la gestion de crise », et « protéger des menaces sanitaires nationales et internationales ».

Pourtant, dès le début de la crise sanitaire, rien n’a été anticipé ni même géré : il y a d’abord eu une pénurie de masques, puis une incapacité à tester massivement, et maintenant une véritable cacophonie autour de la vaccination.

Vaccination : qui commande ? Tout le monde et personne

Pour le cas précis de la vaccination, là encore, la France est dotée d’organismes spécifiques.

Il y a notamment l’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM), responsable de la sécurité des produits de santé, et la Commission technique des vaccinations, qui élabore la politique de vaccination générale. C’était insuffisant pour le gouvernement, qui a jugé nécessaire de se doter également d’un Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale début décembre 2020. En plus de ces instances de décision et de conseil, Santé publique France est l’entité concrètement chargée de l’approvisionnement en vaccins, avec les résultats que l’on connaît. Il faut ajouter le ministère de la Santé, ainsi que les ARS (Agences régionales de santé), censées dispatcher les doses de vaccin à travers le territoire et s’assurer de leur répartition dans les centres. Concrètement, les ARS sont chargées de « piloter une cellule opérationnelle de vaccination dans chaque département », mais aussi de recenser les vaccinations. Une compétence partagée avec l’ANSM, qui doit surveiller les effets indésirables et anticiper les ruptures de stock…

Avec cette accumulation, la mauvaise organisation de la logistique vaccinale, décentralisée tout en étant sous la coupe de l’Etat, doit-elle étonner ? Ces entités aux compétences quasi identiques entrent finalement en contradiction les unes avec les autres, et, tout le monde étant chargé de tout, personne ne décide vraiment de rien.

Comme l’IREF le préconise de manière générale, il faut simplifier drastiquement l’organisation des politiques sanitaires, en délimitant clairement les compétences de chacun, et en supprimant les instances qui font doublon. Il faut aussi faire confiance aux professionnels de la santé et permettre aux praticiens d’agir dans les conditions qu’ils jugent les meilleures.
En termes de santé publique comme en politique générale, la simplicité et la rapidité sont gage d’efficacité. Ce dont nous avons besoin plus que jamais.

Compétences des différents organismes en charge de la santé en France

Sources :

https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19/covid-19-notre-action
https://www.ars.sante.fr/quest-ce-quune-agence-regionale-de-sante
https://www.has-sante.fr/jcms/c_452559/fr/la-has-en-bref
https://www.ansm.sante.fr/L-ANSM/Une-agence-d-expertise/L-ANSM-agence-d-evaluation-d-expertise-et-de-decision/(offset)/0

https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/Cafouillage-de-la-vaccination-la-responsabilite-du-mille-feuille-des-organismes-de-sante

Vos commentaires

  • Le 26 janvier à 06:18, par Laurent46 En réponse à : Est-ce une Nouvautée ?

    Rien de neuf à l'horizon cela fait des années que cela dure et s'aggrave aussi bien au niveau de l'Etat qu'à celui des collectivités locales, entre la commune, l'agglomération (nouvellement installée et déjà boulimique) le Département et les nouvelles Grandes Régions (budgets largement en hausse) sans avoir enlevé les structures des anciennes Régions La France est un pays sclérosé et taxé à morts pour améliorer l'ordinaire de tous ces petits voyous de la Politique. Jamais il y a eu en France de tels mille feuilles administratifs tous grassement payés avec des horaires de travail et des salaires et avantages en-dehors du temps et surtout largement en-dessous de ceux qui font la richesse du pays pour goinfrer tout ce système.

  • Le 26 janvier à 10:03, par FLORIOT En réponse à : témoignage du cafouillage des administrations sanitaires

    Début décembre 2020, mon gendre fait un test antigénique COVID au centre des 3 Fontaines à Cergy. Le test se révèle positif. Il s'isole et demande à son épouse, ses 4 enfants de faire un test. Les tests se révèlent négatifs ainsi que le test de confirmation PCR qu'il fait. Finalement, il reçoit de l'ARS le 23 janvier 2021, le résultat du test + de début décembre 2020, l'enjoignant de se confiner !!!.

  • Le 26 janvier à 10:51, par MITON Alain

    La France est le pays du fromage et tous les politiciens l’ont bien compris. Le pays étant ingouvernable, les gens au pouvoir bradent les avantages de la fonction publique, en attendant le renvoi d’ascenseur.
    Il n’y a aucune limite à la création de fonction (fonctionnariat) au contraire, puisque la notion de responsabilité a disparu. Il y a longtemps que la notion d’efficacité a également disparu. Il n’y a plus aucun responsable nulle part et tout le monde est bien content, tant que le ministère des finances assure les versements. Pourquoi croyez vous que les fonctionnaires des finances sont les plus payés ?
    Si vous ne me croyez pas, faites un tour dans les hôpitaux publics en regardant un peu autour de vous : l’hôpital public français est un ÉNORME fromage qui vous permet de comprendre le trou sans fond de la Sécu... au profit de tout un tas de gens. (vous ne manquerez pas de m’expliquer à cette occasion pourquoi il est si difficile d’y être admis alors que tous les lits sont vides !)
    On ne pourrait sortir de cette situation qu’en faisant des réformes mais personne n’en veut... donc les comptes sont vite faits, nous allons tout droit vers la CHIENLIT !!!!
    Bonne chance à tous les nantis.

  • Le 26 janvier à 15:33, par Astérix En réponse à : Une solution !

    Baisser les dépenses publiques à 30 % maximum au lieu de 65 %.
    Supprimer toutes les taxes imbéciles et les prélèvements excessifs.
    Les Français sont-ils prêts à élire une telle équipe ? J'en doute.
    Ce qui obligerait pourtant à privatiser toute la fonction publique qui coûte une fortune au secteur privé en train de mourir à petit feu...
    Dans ces conditions, la France repartirait de l'avant et les richesses créées permettaient un haut niveau de vie pour tous les français !
    Comprenne qui pourra !

  • Le 26 janvier à 19:14, par serge cirica En réponse à : L ORGANIGRAMME DE GESTION DE CRISE

    dans de nombreux secteurs dont celui des hydrocarbures nous avons des crises graves à gérer et faisons appel à différentes directions, sociétés tierces, institutions etc ... donc jusque la rien d'anormal
    MAIS nous avons toujours un organigramme de projet et une Direction de projet !
    cet outil basique existe t il dans la gestion de cette crise ?

  • Le 26 janvier à 19:28, par AlainD En réponse à : Quelle santé !

    Vous avez parfaitement résumé la situation : beaucoup trop d'organismes, commissions, hautes autorités, de machins (pour faire court). Comment voulez-vous que tous ces guignols qui peuplent les machins puissent être efficaces ? Mais non, chacun tire un peu la couverture à soi et au résultat on obtient ce que E.Philippe qualifiait hypocritement de "bololo" et qui est pour parler franc un beau bordel. Voyez donc la dernière : confinera, confinera pas ? A quand la fin de la valse hésitation, des mensonges pour tenter de masquer les manques de masques, de tests et maintenant de vaccins ? D'autres pays que le nôtre ont moins de fonctionnaires et de plumitifs et semblent ne pas si mal s'en porter...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Lettre Libertés

Suivez les publications de l'IREF, inscrivez-vous gratuitement à notre lettre journalière