Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


IREF - Institut de Recherches Économiques et Fiscales
Pour la liberté économique et la concurrence fiscale
https://fr.irefeurope.org/4743

par ,

Réduction de la vitesse : La bourse ou la vie ?

Réduire la vitesse sur les routes moyennes, voilà la dernière trouvaille du gouvernement. D’un cynisme glacé, Edouard Philippe affirme préférer sauver des vies même au prix de son impopularité. Il se veut ainsi le héros qui sauve les vies des Français. Mais est-ce la bonne mesure à prendre ? Cette préoccupation n’est pas inutile bien entendu, mais le rôle de l’Etat n’est-il pas plutôt d’analyser et d’anticiper l’évolution de la circulation ? Et n’aurait-il pas par ailleurs d’autres urgences : le chômage, la dette, la fiscalité … ?

Comparaisons européennes

Les limitations de vitesse sont à peu près les mêmes partout en Europe. Le nombre de tués dans des accidents de la route (à population égale) est pourtant très différent. Le rapport entre le plus faible nombre de tués (Suède, 27 morts par million d’habitants) et le plus fort (Grèce, 74) est de 2,7, presque le triple. La Suède est un pays ou les limitations sont basses, certes, mais la Grèce aussi puisque les voies les plus rapides sont limitées à 120 km/h. Au Royaume-Uni, on ne compte que 28 morts par million d’habitants, pourtant la limitation sur les routes moyennes est de 96 km/h.

Le Luxembourg, l’Italie, le Danemark et la France partagent les mêmes limitations de vitesse (50, 90, 130 km/h). Le nombre de morts par million d’habitants y est pourtant très variable, respectivement, 64, 56, 31 et 54.

Il est donc audacieux, comme le fait le Premier ministre, d’associer vitesse et mortalité sur la route.

Comparaisons par type de route

La répartition du nombre d’accidents, mortels ou non, par type de route, ne met pas non plus en évidence le rôle de la vitesse. En effet, c’est bien sur autoroute que l’on compte le moins de morts, mais aussi le moins d’accidents par kilomètre, malgré la vitesse la plus élevée.

Les statistiques de la sécurité routière pour 2016 de la Commission européenne montrent que seulement 8% des accidents mortels ont lieu sur autoroute, contre 55% sur les routes rurales. Un rapport de la commission des comptes des transports de la nation présentait un calcul montrant que « l’autoroute apparaît comme le réseau le plus sûr avec un risque trois fois plus faible que sur l’ensemble des routes ». Le risque relatif était de 0,3 (7,4% des tués pour 25,7% du volume de circulation).

Source : La documentation française – rapport de la sécurité routière 2011- ONISR

Cependant les autoroutes bénéficient d’une qualité très supérieure à la moyenne. Les glissières de sécurité encadrent toutes les voies et les véhicules ne se croisent pas. Ce sont en outre des routes « faciles » : peu de virages, revêtement de qualité, peu de freinage, pas d’arrêt.

Le risque relatif est le plus élevé (1,7 soit 6 fois plus grand que sur autoroute) sur les routes départementales. La mesure prônée, la baisse des limitations, cible donc bien les routes où la mortalité est la plus forte, mais ne s’attaque pas aux bons facteurs. Le principal risque n’est pas la vitesse.

La qualité des infrastructures

La récente hausse de la mortalité routière (de 3268 morts en 2013 à 3477 en 2016) correspond à la dégradation du réseau routier (ou à l’impression que les conducteurs s’en font). L’indice de compétitivé global inclut un chapitre sur la qualité des routes. La France est passée du premier rang en 2012 au septième en 2016. L’Union des syndicats de l’industrie routière française (Usirf) ajoute que le secteur des travaux publics routiers a perdu 30% de chiffre d’affaires depuis 2010. Il l’estime aujourd’hui à 12,2 Mds € dont 2,3 Mds € (19%) pris en charge par les administrations publiques centrales.

Il y a sûrement ici une solution moins démagogique à trouver. Mais elle nécessite de s’interroger sur la répartition des dépenses de l’Etat.

Il est significatif également que ce classement fasse partie du classement plus global de la compétitivité d’un pays. La qualité du réseau routier est essentielle aux échanges, qu’ils soient commerciaux ou non. Rappelons que cette limitation a été fixée en 1973 : que de progrès depuis dans la sécurité automobile (ABS et Airbag notamment) qui devraient plutôt motiver des choix inverses !

Le contre-exemple danois, augmentation des limitations

Le Danemark présente un remarquable contre-exemple. Les limitations, pour des motifs de sécurité, ont été rehaussées sur les routes moyennes, de 80Km/h à 90 km/h. Il est difficile de prétendre y voir une corrélation mais pour autant la mortalité a reculé.

Le ministre en charge de ces questions vantait également le bien-fondé de cette mesure pour la rapidité des échanges et la prospérité économique, ce qui n’a pas été relevé en France.

L’Etat choisit la mesure la moins coûteuse et, malgré les apparences, la plus démagogique. Les limitations de vitesse sont des mesures d’autrefois, faites pour les voitures moins sûres qui roulaient il y a 50 ans. Mais il préfère baisser la vitesse plutôt que d’entretenir, d’innover, d’imaginer de nouvelles règles de circulation. Cette réduction de la vitesse n’anticipe pas les nouveaux besoins en infrastructures de la voiture autonome. Il y aurait pourtant beaucoup à faire pour prévoir la réglementation à venir et adapter d’ores et déjà, progressivement, les routes et la signalisation aux voitures de demain.

Alors que cette question occupe le Premier ministre, l’Allemagne et ses autoroutes à vitesse non limitée réduit sa dette en valeur. On a les priorités que l’on peut. Par ailleurs, cette mesure a été prise sa ns le vote du Parlement. Pas glorieux pour un pays qui donne souvent des leçons de démocratie au reste du monde…

Partager cet article :

Autres lectures ...

Crise du lait et émission « Cash Investigation » :
incompétence journalistique ou malhonnêteté intellectuelle ?

Réduction de la vitesse : le débat continue !


La santé (mal) administrée
Le long chemin de la pénurie

Médecine libérale : la Cour des comptes se trompe !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (14)

À CONTRE-COURANT : LES MORTS DE LA LENTEUR PUBLIQUE

le 15 janvier, 20:49 par Lexxis

Quand on rapproche la précipitation avec laquelle le Gouvernement se prépare à généraliser la limitation de vitesse 80 km/h (sans même daigner rendre compte des expérimentations qu'il avait lui-même mises en place et qui n'étaient peut-être pas si concluantes que cela !) et la désinvolture et même la nonchalance avec lesquelles il traite le problème des plus dangereux des passages à niveau, il y a de quoi se poser de sérieuses questions.

En effet en l'espace de quelques semaines, on vient de voir se succéder plusieurs accidents graves et mortels à divers passages à niveau. L'un des plus récents concerne même un passage à niveau qui avait déjà "tué" en 2010 et dont les risques reconnus l'avaient fait classer le onzième passage à niveau le plus dangereux de France.Le fait que le onzième passage à niveau le plus dangereux de France puisse ainsi depuis plusieurs années attendre ses prochains morts (et les obtenir !), montre suffisamment que si c'est la vitesse qui tue du côté des automobilistes, c'est plutôt la lenteur et l'inaction qui tuent du côté de l'État et de nos valeureux services publics.

Or il est clair que l'État, qui réclame lui-même tant d'efforts des automobilistes, n'est pas du tout prêt à se plier lui-même à la discipline qu'il impose aux autres. La dégradation partout constatée de la voirie française, le scandale jamais sanctionné des ralentisseurs non conformes et dangereux, le maintien quasiment en l'état irresponsable et sans aménagements significatifs depuis plusieurs décennies de la route Centre Atlantique à partir de Moulins en direction de la Saône et Loire désignée sous le nom de route de la mort et rebaptisée fort justement "la route de la honte" par l'antenne locale de France Bleu, tout ceci montre que l'attention n'est pas la même portée aux morts de la vitesse des automobilistes que celle attachée aux morts de la négligence publique qui sévit depuis fort longtemps de manière endémique à tous les échelons et avec un sens accompli de l'irresponsabilité.

En ce domaine comme en d'autres, il manque à cet État du coup de menton la vertu autrement entraînante de l'exemple, mais c'est vrai, et sans doute ceci explique cela, c'est aussi la plus exigeante.

- Répondre -

La moins coûteuse ou la plus rentable ?

le 16 janvier, 01:59 par Philippe_

Selon le magazine Auto Plus, les radars placés sur les nationales ayant servi de tests aux 80 km/h auraient flashé 4 fois plus. En extrapolant, cela représente une manne potentielle de 335 millions d'euros ! On peut raisonnablement se demander si la mesure du Premier sinistre n'est pas, avant tout, une opération lucrative emballée dans un faux semblant de moralité…

https://news.autoplus.fr/vitesse-80 ...

PS : on n'écrit pas « Km/h » mais « km/h ».

17 janvier, 11:53 - Jean-Baptiste Boone

Merci, c'est corrigé.

Il est bien possible que telle soit la vraie raison malheureusement.

- Répondre -

La limitation de vitesse tue ! L'Etat le sait et falsifie les courbes de tués.

le 16 janvier, 06:05 par Jean-Philippe de Lespinay

La Sécurité Routière, organe de l'Etat, en convient aujourd'hui : la 1ère cause de mortalité sur les routes c'est l'endormissement et l'inattention. Or, contraindre un conducteur à rouler trop lentement trop longtemps, cela l'endort et cause son inattention. C'est la logique même.

J'ai écrit un article (https://jpdelespinay.wordpress.com/ ...) qui démontre par l'analyse des courbes que le nombre de tués est spectaculairement remonté pendant trois années lors de l'institution de la limitation de vitesse en 1974, alors qu'elle avait baissé depuis 1971 grâce à l'obligation du port de la ceinture.

Cette augmentation du nombre de morts a bien été perçue par l'Etat, au point que la Sécurité Routière a publié des courbes fusionnant les deux mesures pour que la baisse du nombre de tués puisse être attribuée à la limitation de vitesse.

Chaque fois qu'il y a répression routière généralisée, par exemple pour les contrôles d'alcoolémie, le nombre de tués augmente et ça se voit sur les courbes ! Soit le contraire du but officiel visé. Tout le monde se crispe sur son volant pour ne pas dépasser la vitesse autorisée. Quelques uns s'endorment... et se tuent !

L'Etat depuis Giscard nous assassine pour exercer son racket juteux des amendes pour excès de vitesse ! Corruption du plus haut niveau imaginable qui sert à nourrir pléthore de fonctionnaires mais pas à améliorer les routes pour réduire le nombre de morts.

16 janvier, 09:25 - claude

Vous avez raison : rouler trop lentement provoque de l'endormissement, ce dont j'ai failli être victime si je n'avais pas eu ma passagère pour me réveiller à temps et de la perte d'attention.
Quant aux plateaux ou autres choses du même genre souvent mal ou pas signalés et pas aux normes, l'un d'eux sans m'en rendre compte aussitôt m'a endommagé le train avant d'une Mercedes au point qu'un peu plus je provoquais un accident terrible sur autoroute !
Voilà les conséquences des modifications idiotes sur les routes.

- Répondre -

limitation à 80km/H = une mesure du 20ème siècle

le 16 janvier, 06:57 par JANDEL

Les routes départementales sont toutes différentes. Sur certaines, il est dangereux de rouler à plus de 60km/H. Sur d'autres, on peut rouler à 100km/H. De plus, la densité de circulation oblige bien souvent de rouler à 50-60km/H sur des autoroutes urbaines. Sur les mêmes, on pourra rouler à certaines heures à 100-120km/ sans aucun danger.
Uniformiser toutes les routes est une ineptie en 2018, alors qu'il est possible de personnaliser la signalisation routière selon le trafic et selon le type de voie.

16 janvier, 10:17 - Astérix

En parfait accord avec vous M. JANDEL mais en France le bon sens a disparu. Il suffisait de rappeler à l'école et dans les autos écoles ces règles élémentaires ; l'on a complètement déresponsabilisé l'automobiliste en l'assistant perpétuellement ce qui constitue la pire des conner...!
La technocratie est passée par là !
L'on a envie d'écrire sur un panneau géant : "Automobilistes, démerdez-vous et essayez de vous adapter aux conditions de circulation avec du bon sens et de l'anticipation en arrêtant, par exemple, de coller l'automobiliste qui vous précède...!
Tant que les autos écoles n'enverront pas leurs enseignants suivre des stages de pilotage et de rappel des règles de bon sens à enseigner avec des professionnels la situation n'évoluera pas d'un pouce.
Sur un plan global cette décision de réduire la vitesse à 80 est parfaitement imbécile mais pas étonnante venant de nos dirigeants irresponsables !
A quand un ancien pilote au ministère des transports ?? l'on préfère nommer un énarque qui n'a rien compris à l'automobile.
Enfin, les automobilistes vont être contraints de rouler en 4ème afin d'éviter le sous régime très néfaste et de nature à casser leur boite de vitesse, avec, à la clef, une augmentation de la consommation de carburant ! ..et un encrassement du moteur..!
Il sera de plus quasiment impossible de doubler un camion ; une longue procession d'autos derrière la fumée du diesel du camion en question ! Génial ! respirez mes frères et payez vos futures réparations...! et vos futurs P.V. ...!
Vive la France intelligente !
Continuons !

- Répondre -

Moins de liberté, plus de taxes pour les automobilistes.

le 16 janvier, 07:52 par montesquieu

Rouler à droite sur les autoroutes à 6 voies, mettre son clignotant sur les ronds points, respecter les feux rouges et ne pas prendre les voies de bus à contre sens, voilà des campagnes pour la sécurité à lancer.
Mais aucun bénéfice pour l'Etat !
Monsieur Philippe n'est pas là pour punir ou brimer ses con-citoyens, mais pour les servir, et surtout ceux qui alimentent les caisses de l'Etat !

17 janvier, 15:43 - Patricio

...Tout à fait...et les ronds points à contre sens par les "voitures" sans permis pas mal aussi non ?

19 janvier, 12:42 - Flo41

Et les éclairages dans les ronds-points qui disparaissent, à la place des petites led bleu. ... a bah oui c'est moins coûteux en électricité. ..mais depuis par chez moi j'arrête pas de voir des voitures ou camions dans le rond-point. Surtout par temps de pluie.

- Répondre -

mauvaise cible

le 16 janvier, 08:42 par JB Michel

La majorité des accidents routiers ne sont pas dus à la vitesse moyenne sur route (80 ou 90 km/h, 45 ou 50 km en ville) mais à différents facteurs humains, totalement indépendants de la vitesse (alcool, endormissement, manque d'attention visuelle, faute de conduite)

- Répondre -

vitesse routière

le 16 janvier, 09:16 par claude

Je pense que le premier ministre se trompe de méthode :
1 - il faut sécuriser les routes et non créer de l'insécurité pour faire ralentir les voitures, comme tous ces plateaux, chicanes, bandes rugueuses , etc... A certains endroits où je n'avais jamais vu d'accidents, j'en vois aujourd'hui,
2 - Comme au Danemark, je pense qu'il faut augmenter les limitations de vitesse et passer à 100Km /H maximum sur les départementales, 140 Km/h sur les autoroutes et y augmenter la vitesse des camions , et 50 Km/h dans les agglomérations est une bonne vitesse. Dans mon village, en 1948, la limitation était à 40 Km/H, aujourd'hui elle est à 20 malgré les progrès techniques des constructeurs automobiles !!!

- Répondre -

Un autre regard

le 16 janvier, 09:40 par Milo

L'article, très démagogique, néglige deux choses :
> En passant de 90 à 80, l'énergie du choc d'une voiture contre un obstacle baisse de 26%, entre deux voitures de front de 52% !
> Les français ne sont guère disciplinés au volant, contrairement aux anglais ou aux américains (les danois aussi me semble-t-il, mais je connais moins).
Salutations

16 janvier, 11:10 - cendu

Avec votre logique, il faut encore plus réduire la vitesse. Le mieux étant la vitesse 0 km/h ou d'interdire tout véhicule (mais problème : 1,8 milliards d'euros de PV - sans compter les stationnements - en moins, xx milliards de TIPP, de TVA etc.).
Votre argument, seul argument de nos dirigeants démago et irresponsables, est totalement vicieux et faux : Depuis l'origine des temps, combien de morts évités simplement grâce aux déplacements sur des routes ; et plus ils sont rapides, plus on économise des vies, on augmente considérablement les progrès dans tous les domaines ainsi que le niveau de vie.
Enfin, l'automobile rapporte des sommes considérables à l'Etat qui n'en utilise qu'une infime partie - en diminution constante depuis quelques années - pour entretenir les routes.
Est-ce toujours la vitesse le VRAI problème pour vous ?

16 janvier, 12:56 - Philippe_

Voilà un commentaire bien convenu. Cette théorie du lien entre vitesse et accidents est basée sur les modèles de Nelson et Elvis. Cette théorie simpliste dit que si on ralentit, on diminue les accidents. Je la résume par le trivial E=1/2mv². Avec cette loi, pour passer sous la barre des 2000 morts/an, il faudrait abaisser toutes les vitesses à 50 km/h ! Ridicule et antiéconomique.
Alors pourquoi le 130 km/h sur autoroute tue beaucoup moins que le 90 sur nationale ? Car cette théorie ne tient pas compte des infrastructures, seulement de la variation de la vitesse. D'ailleurs l'État le sait très bien puisqu'elle a réaménagé considérablement la RN57 avant l'expérimentation pour piper les résultats. Il est évident qu'on peut arriver au même résultat avec des aménagements routiers.
Je ne sais pas si vous avez beaucoup roulé aux USA ou en Angleterre, mais je n'y ai pas vu des conducteurs aussi disciplinés que ça. Pour moi, c'est un mythe colporté par les médias. Même l'Australie qui est souvent montrée en exemple est paradoxale : les gens respectent très bien le 40 km/h (notre 30 n'existe pas, ils sont plus réalistes) mais croisent des poids lourds à plusieurs remorques sur des highways limitées à 110 km/h, sans séparateurs et parfois très étroites ! C'est très impressionnant, je n'ai jamais vu une telle situation à risque en France. Et pourtant, ils sont montrés en exemple… Alors oui, ils respectent bien les vitesses, mais elles sont beaucoup plus élevées et plus respectables.

17 janvier, 11:27 - Gérard Couvert

le gnian-gnian des bien-pensants, votre calcul est faux en plus 80² = 6400 90²=8100 64001 c'est 79% de 8100 la réduction est donc de 21%. Des chocs frontaux sur un obstacle fixe ou mobile sont de plus en plus rares de toutes façon e n'est pas une relation linéaire car l'angle d'incidence joue un rôle. Mais surtout par mauvaise foi, liée à votre pratique anti-France, vous fait omettre la capacité absorption de la structure des automobiles modernes.
Voir ceci :
https://lesouverainiste.wordpress.c ...
https://lesouverainiste.wordpress.c ...

- Répondre -

limitation à 80 km/h : objectif fiscal ou de sécurité ?

le 16 janvier, 11:18 par nicolas alix

Si l'on veut réduire la mortalité routière il faut s'attaquer aux causes les plus fréquentes des accidents.
Or désormais l'absence de permis et la consommation de stupéfiants et d'alcool sont majoritairement relevées dans les accidents mortels.
On n'en parle pas.C'est donc un autre but qui est visé : faire rentrer des recettes via les amendes. CQFD

- Répondre -

Démagogie

le 16 janvier, 11:26 par FOURMAUX

Je suis Orthoprothesiste et malheureusement les jeunes amputés sont souvent des motards
Une solution efficace équiper les glissières de sécurité qui sont de véritable guillotines mais l état n’en a cure
Autre sujet plus de 20000 morts par accident domestique omerta sur la question quid de la prévention on ne verbalise pas à domicile

- Répondre -

Coût de remplacement des panneaux ?

le 16 janvier, 14:25 par Jean Michel Bocquier

Quelqu'un a-t-il une idée du nombre de panneaux à remplacer et donc du coût supporté par le contribuable ? Pour quel bénéfice ?

17 janvier, 12:07 - Jean-Baptiste Boone

Cet article de Libé (https://liberation.checknews.fr/que ...) cite le chiffre du délégué interministériel : entre 5 et 10 millions d'euros. La fourchette étant fantaisiste (elle revient à dire 7,5 millions plus ou moins 33%), on peut se référer à cet autre article (http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2011/09/09/un-panneau-de-signalisation-sur-deux-doit-etre-remplace,210052.php) : le remplacement de la moitié des panneaux (28 000) du département des Pyrénées-Atlantiques aurait coûté 3,4 millions d'euros. Le délégué interministériel annonçe devoir remplacer 20 000 panneaux seulement, cela parait donc largement sous-estimé. Le prix unitaire semble en revanche généreusement évalué (20 000 panneaux à 7,5m€ soit 375€ par panneau) contre 121 dans l'opération pyrénéenne.
Le plus probable est qu'ils n'en ont pas la moindre idée. Cela restera assez modeste mais toujours trop coûteux pour une mesure inutile et démagogique.

17 janvier, 15:37 - cendu

Je suis un ancien créateur d'entreprise, et je n'ai quasiment jamais répondu à des appels d'offre du public. La raison en est simple : Je n'ai jamais voulu surfacturer pour ensuite faire un don à un parti politique (voire à un élu), grâce auquel j'aurai eu le marché, du montant de la surfacturation.
Vous avez la réponse à votre question : Sans facturation (dans la pratique, surfacturation), pas de dons aux partis politiques.
Il est certain que le remplacement de dizaines de milliers de panneaux 90 km/h par des 80 km/h plus la main d’œuvre représente des facturations considérables, donc des dons considérables.
En créant mon entreprise, j'ai découvert à quel point la France est une république bananière (qui au passage fait la fortune de ceux qui se prêtent au "jeu").

- Répondre -

La vitesse toujours la vitesse, la vitesse vous-dis-je...

le 16 janvier, 15:53 par balizy91

PRESENTATION
J’ai 84 ans. J’ai conduit Jeep et 203 break en terrain privé avant même d’avoir mon permis en 1959. Depuis j’ai dû parcourir environ 1 500 000 km avec nos voitures successives : Traction 11cv, 203, 403, 404, R 16, R16 TS, R 20 , trois R 25 dont 2 limousines, 806, 607 3l v6 es, 607 v6 HDI double turbo, 508 (24000km cette année), et trois « deuch », sans parler de la Méhari immatriculée en province, et des voitures de mon épouse 104, deux 205, 306 d, 306/ 1600 es.
Professionnellement de 1980 à 1993, J’ai utilisé des voitures de service R5, R12,…abonné Avis, j’ai utilisé toutes sortes de véhicules en province, en Suisse, en Belgique, surtout des R25 GTS mais aussi BMW, Mercédès, XM, Opel…aux 4 coins de l’Hexagone comme disent les présentateurs télé !
J’ai roulé en Grande Bretagne soit avec mes voitures, soit avec des camping-cars, (pardon des Motors-Home) avec la conduite à droite. J’ai roulé en Italie, en Grèce, en Hongrie, en Allemagne, Bénélux Espagne, Portugal……au Maroc, en Californie, en Louisiane. Je pense donc bénéficier d’une certaine expérience et de comparaisons autres que statistiques : La pratique sur le terrain !
Je n’ai aucun accident corporel avec ma responsabilité engagée, j’ai eu des responsabilités partagées dans divers accrochages sans blessures. J’oscille en permanence entre 8 et 10 points. Les deux premiers ayant étés perdus sous l’ancienne loi (3 ans sans nouvelle infraction, je pense que je ne les récupérerai jamais !!
Vous devinez bien que lorsque j‘entends ou je lis tout et n’importe quoi à propos de la vitesse je suis abattu, furieux, surpris que des gens réputés intelligents soit se laissent abuser, soit ont des intérêts particuliers mais essayent de nous mettre en situation d’accusés, ou font des comparaisons de situations tellement différentes.
Dans les années soixante, lorsque je suis allé en Ecosse j’étais admiratif devant les très nombreux ronds-points. De Douvres à Inverness, tous fléchés à l’identique : même graphisme, même simplification du langage « SLOW NOW », « the NORTH, the SOUTH, RING ROAD », panneaux implantés aux bons endroits, de même dimension, etc engendrant une fluidité naturelle de circulation. Cela n’exclut pas la saturation mais dans l’ordre et la méthode. Entre Strasbourg et Karlsruhe côté Allemand une autobahn refaite complètement il y a vingt ans en élargissant les ponts, les voies, les sorties, mais quand elle passe en vitesse limitée à proximité des villes, c’est justifié par la densité de circulation : tout le monde redescend de 150 à 90 sans problème, etc, etc….Coté France la A 35 ses radars, ses gendarmes et un accès curieux à partir de la sortie A4.( on dit accidentogène, ça fait bien)
Vous en connaissez beaucoup à l’Etranger des aménagements du genre Petit-Clamart ?
Vous en connaissez beaucoup des routes des Landes droites mais piègeuses par endroits qui mériteraient de sérieux travaux ? Des sorties de A28 comme à Alençon ? Des raccordements D444/D36/A10 comme à Palaiseau ? Et les petites routes de Charente Maritime ? Et le pont d’Aquitaine à 5 voies ?et des sorties d’ESCOTA comme Cagnes ?
Je sais que la volonté et l’obligation d’installer l’assainissement partout n’a pas arrangé les revêtements des chaussées, je sais que le rebouchage est souvent mal fait et que tout le monde s’en moque,
Je propose donc que la vitesse soit imposée sur tout le territoire à 5 km/h et en marche arrière pour éviter les chocs frontaux si meurtriers. ….Soyons sérieux…
Nous avons connu dans la famille un très grave accident, avec hospitalisation de 6 mois de la conductrice et décès du passager. Future route 2x2 où pour l’instant seul un côté est utilisé en double sens : Certes le conducteur du véhicule en face était alcoolisé plus stupéfiants, mais un séparateur de voie en dur au lieu d’une ligne blanche peinte aurait évité le pire : Oui les pouvoirs publics par leurs manques, leurs manque de moyens, leur indifférences à voir la vérité sont responsables de morts qui pourraient être évitées et que récupèrent les anti-vitesse pour s’en faire un fonds de commerce.
Merci pour votre article. Puisse-t-il être lu (et compris) par le 1er ministre et les autres rigolots d’énarques et d'X-ponts avec chauffeurs

- Répondre -

Irresponsables

le 16 janvier, 16:19 par Dominogrois

Nous sommes gouvernés par des irresponsables. D'une part, parce que les conséquences de leurs décisions ne sont jamais sérieusement évaluées et en toute transparence (le maquillage des statistiques n'étant pas rare).
D'autre part, nos gouvernants appliquent les consignes de leurs maîtres. Ce n'est pas à leurs électeurs qu'ils doivent des comptes.
http://www.who.int/mediacentre/fact ...

- Répondre -

 css js

FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies