Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Les propriétaires français sont déjà les plus taxés d’Europe !

Alors que les nouvelles mesures d’Emmanuel Macron, à savoir l’Impôt sur la Fortune Immobilière et l’exonération quasi-généralisée de taxe d’habitation, visent in fine à taxer davantage les propriétaires, il doit être rappelé que ces derniers sont déjà les plus taxés d’Europe !

Selon le rapport « Taxation trends in the European Union » de 2017, la France est championne d’Europe en matière d’imposition récurrente de la propriété foncière et immobilière (« recurrent taxes on immovable property ») ; le montant des impôts prélevés à ce titre s’est ainsi élevé en 2015 à 69,7 Md€, ce qui représente 3,2% du PIB français.

A titre de comparaison, l’Allemagne est seulement 19ème avec 13,3 Md€ d’impôts prélevés, ce qui représente 0,4% de son PIB. Parmi les pays qui taxent le moins la propriété foncière et immobilière, on trouve également l’Autriche (25ème position) et le Luxembourg (26ème position), dont lesdits impôts représentent respectivement 0,2% et 0,1% de leur PIB.

On ne manquera pas de préciser que les impôts récurrents sur la propriété foncière et immobilière ont considérablement augmenté en France au début du quinquennat de François Hollande puisqu’ils sont passés de 48,4 Md€, soit 2,4% du PIB, en 2012 à 68,1 Md€, soit 3,2% du PIB, en 2014, soit une hausse de 40% ; si bien que la France a ravi au Royaume-Uni sa place de champion en la matière.

Pour mémoire, un autre rapport sur « La fiscalité immobilière en Europe » du cabinet FIDAL en date de 2014 avait déjà mis en évidence que les propriétaires français étaient les plus taxés d’Europe. En effet, en prenant pour exemple la détention pendant 10 ans d’un appartement locatif acquis au prix de 200.000 €, le rapport indiquait que les propriétaires français s’acquittaient en moyenne, durant cette période, d’impôts correspondant à 56% du prix d’acquisition de l’appartement contre seulement 26% en Allemagne, 20% en Belgique ou aux Pays-Bas, 19% en Espagne, 18% en Italie…

Il va sans dire qu’un tel montant d’imposition sur les propriétaires s’avère consternant et préoccupant. D’autant que, selon notre nouveau Président, les impôts sur la « rente immobilière » ne sont pas prêts de diminuer.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Exonération de taxe d’habitation : une nouvelle mesure anticonstitutionnelle ?

Philosophie de l’impôt
Philippe Nemo, PUF 2017


Vers une nouvelle surtaxation des entreprises ?

Une spécialité bien française : le faux en budget public !



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (4)

Adresse

le 24 août, 08:32 par Duquaire michel

Merci d'envoyer vos courriels à ma nouvelle adresse mail:mduquaire@groupejuris-avocats.com

- Répondre -

Intéressant, mais faussé...

le 24 août, 11:02 par N4N0Kk

En effet : l'étude du cabinet FIDAL montre que pour un achat de 200k€, 38k€ sont prélevés sur 10 ans en IR et prélèvements sociaux.
Benchmark sur Boulogne Billancourt (source SeLoger.com) : pour 200k€, on achète un 26m2, que l'on peut louer 876€/mois en moyenne, soit un revenu annuel de 10512 €.
Si on paye 3800€/an sur un revenu généré par 10512€ de loyer, ceci représente 36% d'IR.
Deux possibilités :
> 36% d'IR est la tranche la plus élevée du barème d'imposition, ce qui signifie que le revenu du foyer est de 26 819€ à 71 898€/an/part, et fausse l'analyse en intégrant une critique de la progressivité de l'IR, ou,
> 36% d'IR est le taux moyen d'imposition, ce qui signifie que le revenu du foyer est de 196 000€/an/part, ce qui ne concerne qu'une infime part de la population.

Quoiqu'il en soit : cette étude reste partiale dans sa réalisation, son analyse et ses conclusions.

- Répondre -

Patrimoine bâti à l'abandon

le 24 août, 14:44 par Porre gilles

Les décisions prises par une caste hors sol témoignent d'une parfaite indifférence au patrimoine bâti de la France qui s'efface au profit d'aménagements hideux et inutiles. Il faut gommer toute trace d'un passé glorieux qui dérange...

26 août, 08:18 - Laurent46

Cela n'est pas tout à fait juste, tout le patrimoine bâti de la France qui a un peu de caractère est systématiquement racheté par les collectivités locales pour y faire des musées ou y abriter des associations et si les collectivités n'en ont plus les moyens la France offre ces biens aux étrangers. Dans tous les cas ce patrimoine bâti, autrefois entre les mains de propriétaires qui apportaient biens et richesse n'est plus que charges.

- Répondre -

Tout est taxé !

le 26 août, 08:13 par Laurent 46

Tous les biens qu'ils soient immobiliers ou simplement le besoin vital d'avoir un véhicule sont les plus taxés au monde en France. Cela ne suffisant pas les droits de successions de ces biens largement taxés sont encore amputés de quelques dizaines %. C'est à se demander s'il faut encore travailler en France !
Tout cela pour engraisser des politiques aussi mafieux les uns que les autres, les parlementaires qui ne défendent plus les intérêts de leurs électeurs, il est vrai que "parlementaire est la conjonction de "parle" et de "menteur" ! mais pour donner des leçons aux autres pays, nos prétentieux escrocs sont les meilleurs au monde.

28 août, 10:25 - vinie59

absolument, et pendant ce temps ceux qui travaillent dans différents organismes et ne gagnant pas le smic (ex : fmi), ne paient ne serait ce que pas d'impôts, ou à l'ue les conditions sont bien plus avantageuses que tous salariés : ont quelque chose dès le 1 enfant et ce n'est pas du tout la même somme que nous (quoi que nous c'est 2 enfants) et remboursement de l'onss en fin d'année), j'avais eu cette information, il y a quelques années dans un train en discutant, je pense que c'est vrai car c'était quelqu'un qui avait une belle place et allait sur bruxelles, j'avais donc cherché les infos parce que je voulais que ça se sache, et pour y accéder, ce sont des liens sur des liens...pour finir en anglais, je n'ai pas continué, il serait temps d'avoir une transparence du moindre cent dépensé de tous, voire même les agendas, et on tomberait de très très très haut, et pendant ce temps, nous qui travaillons, cotisons, lorsque l'on a besoin d'une de nos cotisations, on nous la refuse....et on nous dépouille de toute les manières possibles
..

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire