Institut de Recherches Économiques et Fiscales

IREF Europe - Institut de Recherches Économiques et Fiscales

Pour la liberté économique
et la concurrence fiscale


par ,

Glyphosate : et si l’interdire était encore plus risqué ?

« Il y a un faisceau de présomptions qui justifie d’appliquer le principe de précaution »[1] déclarait récemment Nicolas Hulot à propos du glyphosate. Cet herbicide est aujourd’hui devenu le monstre à éliminer à tout prix. Il a beau être utilisé dans le monde entier depuis quarante ans et avoir fait l’objet d’un nombre considérable d’études scientifiques, le consensus national a tranché : huit Français sur dix veulent l’interdire[2]. Les politiques n’ont plus le choix, ils doivent supprimer de la circulation ce produit diabolique[3]. Est-ce pour autant une sage décision ?

Quelles inquiétudes pour quelles certitudes ?

Le fameux herbicide Roundup, dont le glyphosate est le principe actif, a été mis sur le marché en 1974 par la société Monsanto. Cette molécule organophosphorée permet d’inhiber une enzyme vitale chez les végétaux. Désherber sans labour ni destruction de la vie microbiologique du sol est devenu possible pour un coût minime (quelques euros par hectare). L’agriculture dite « de conservation » a pu voir le jour, le glyphosate permettant de protéger la biodiversité du sol, de limiter la quantité de fertilisants et l’érosion tout en maintenant des rendements élevés. En remplaçant la bêche, cet herbicide a constitué un élément majeur de la révolution agricole du siècle dernier qui a permis d’assurer une production abondante, accessible et de qualité. Le glyphosate est aussi utilisé pour de nombreuses applications telles que le désherbage des voies ferrées, la culture d’OGM ou l’élimination d’espèces invasives.

Des questions légitimes relatives à son innocuité se sont posées et se posent encore aujourd’hui. Des dizaines d’études ont été réalisées pour évaluer les risques de contamination des sols, de l’eau et de l’air ainsi que la toxicité pour l’homme et les écosystèmes. Son effet en tant que perturbateur endocrinien a été réfuté[4]. Combiné à certains antibiotiques, il pourrait être source d’antibiorésistance[5]. Certaines études semblent observer une corrélation entre l’exposition au glyphosate et l’apparition de certains cancers[6], mais leur méthodologie est très critiquée[7]. En cas de surexposition, de nombreuses études ont démontré l’effet néfaste du glyphosate pour l’écosystème et les animaux (reproduction et développement). Bien sûr, comme tout produit chimique utilisé dans l’agriculture ou l’industrie, on en retrouve des traces dans la nature et dans notre alimentation. La question est de savoir à partir de quelle dose ces traces pourraient présenter un danger. Les plus grandes agences sanitaires officielles du monde s’accordent à dire qu’au vu des quantités pulvérisées et en l’état de la connaissance actuelle, l’utilisation du glyphosate conformément aux spécifications ne présente pas de risque significatif[8], il est en réalité l’un des herbicides les moins toxiques du marché.

L’instrumentalisation des conclusions du CIRC et des « Monsanto papers »

Depuis quelques mois, deux événements ont semé le doute dans le débat public sur ce produit utilisé par la plupart des agriculteurs du monde. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une organisation qui dépend de l’OMS, a classé le glyphosate dans la catégorie 2A, dite « probablement cancérogène pour l’homme »[9]. Dès que ce classement a été publié, la ministre de l’Écologie de l’époque, Ségolène Royal, a estimé qu’il fallait retirer ce produit de la circulation, car trop risqué pour la santé et l’a donc interdit en vente libre pour les jardiniers amateurs[10]. Or, ce classement du CIRC n’évalue pas le risque, mais le danger. Celui-ci est mesuré par la force des indices scientifiques montrant un effet cancérogène. Dans la même catégorie 2A, on trouve la viande rouge tandis que la catégorie 1, celle des « agents cancérogènes pour l’homme », comprend la charcuterie et le tabac. Pourtant, l’État n’interdit ni la cigarette, ni le saucisson. En effet, on parle ici de danger et non de risque. Le risque, c’est la probabilité d’être exposé multipliée par la dangerosité du produit. Un produit dangereux auquel on n’est pas exposé ou seulement à des doses minimes n’est pas forcément risqué. Une autre nuance à prendre en compte est de savoir si l’on considère la substance seule ou bien le produit herbicide complet comprenant le glyphosate et les additifs. Malgré ces points, les agences sanitaires officielles considèrent qu’aux doses utilisées et au vu des traces détectées, le risque n’est pas significatif concernant le glyphosate et son effet cancérogène.

Le second événement est un procès médiatisé aux États-Unis qui confronte une class action d’individus atteints du cancer du sang (lymphome non-hodgkinien) à la société Monsanto, estimant que leur maladie est due à leur exposition au glyphosate, ce qui n’est pas démontré. Au cours de ce procès, des documents ont été déclassifiés, les fameux « Monsanto papers » ensuite analysés par les journalistes du Monde[11]. La pratique pourtant courante du « ghostwriting », consistant à faire valider et signer par des scientifiques réputés des études réalisées par l’entreprise, est dénoncée par les journalistes. Il y aurait, selon eux, des conflits d’intérêts et des problèmes de transparence. Leur analyse des faits est cependant sujette à controverse. A la suite de ces dénonciations, l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) s’est défendue et a renouvelé ses préconisations[12].

Des questions de conflits d’intérêts et de transparence se posent, que ce soit du côté de l’industrie ou du CIRC : un des chercheurs qui a participé groupe de travail du CIRC, le Dr Portier, était consultant pour deux sociétés juridiques conseillant les plaignants atteints du cancer[13]. Dans tous les cas, aucun élément scientifique certain ne permet aujourd’hui de dire que l’on s’approche, de près ou de loin, d’une corruption au plus haut niveau. Un tel scandale sanitaire signifierait que toutes les agences officielles sont impliquées depuis plusieurs dizaines d’années. Les accusations de certains médias et politiciens français ou d’organisations environnementalistes demeurent sans preuve et exploitent des émotions qui semblent frôler l’hystérie collective.

Le glyphosate, un prétexte ? Ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas.

Plusieurs gouvernements européens, français en tête, et une majorité du Parlement européen[14] estiment donc qu’il faut interdire au plus tôt le glyphosate au nom du principe de précaution. « Moi, je ne veux prendre aucun risque avec la santé, je ne suis pas scientifique, donc je ne vais pas affirmer des choses simplement de ma boule de cristal, mais je ne veux pas me retrouver dans quelques années, ni vous, ni moi, ni vos responsables, devant la justice, parce qu’on aurait su des choses et qu’on n’a pas pris nos responsabilités » a déclaré Nicolas Hulot devant des agriculteurs en colère[15]. Alors qu’il admet que rien ne permet vraiment d’accuser le glyphosate, le ministre de la Transition écologique énonce un raisonnement que l’on pourrait appliquer à n’importe quel produit mis sur le marché. Avec une telle logique, autant tout interdire.

Le véritable enjeu est d’estimer les coûts et les avantages de l’utilisation d’un tel herbicide, et prendre en compte les coûts de la non-utilisation d’un tel produit, ce que l’on appelle les coûts d’opportunité. Sans glyphosate, les agriculteurs devraient se tourner vers d’autres herbicides plus toxiques comme l’atrazine. Le désherbage mécanique impliquerait un retour à des méthodes très coûteuses et bien moins écologiques qui pourraient faire augmenter sensiblement le coût des denrées alimentaires. Bien sûr, certains estiment que d’autres solutions plus « naturelles » existent, mais leurs modèles agricoles ne se sont généralisés nulle part et ils n’ont pas réussi à démontrer l’efficacité écologique et économique de leurs solutions. Le renouvellement de la licence du glyphosate par la Commission européenne a été reporté à cause d’un désaccord entre les Etats membres[16]. Le gouvernement français estime que si le renouvellement est limité à quatre ans, il sera possible de trouver une autre option. Une telle prévisibilité de l’innovation technologique semble sortir, pour le coup, d’une véritable « boule de cristal ».

Malheureusement, il y a fort à parier que l’affaire du glyphosate ne soit qu’un prétexte pour imposer un modèle agricole idéologisé et uniforme : celui de l’agriculture dite biologique. La plupart des pourfendeurs de la molécule incriminée et avocats du principe de précaution estiment que, de toute façon, il faut changer de modèle agricole. Il faudrait s’engager sur le chemin d’« une agriculture qui soit intensive en emploi plutôt qu’en engrais et produits phytosanitaires »[17] comme le souhaite Nicolas Hulot. Or, rien n’empêche agriculteurs et consommateurs de produire et de consommer différemment dès aujourd’hui. Le développement du marché du bio le démontre.

On peut imaginer que certains s’inquiètent et veuillent retirer de leur consommation des aliments cultivés avec du glyphosate. Le label Agriculture Biologique permet déjà de le faire. On pourrait même imaginer un label « glyphosate-free » de la même manière qu’il y a des labels « gluten-free » ou « sans OGM ». Si quelqu’un estime que le risque est trop important, il est en droit de faire ses propres choix alimentaires et d’en payer le prix. À l’inverse, il est inacceptable que des groupes de pression utilisent le pouvoir politique pour imposer au reste de la population des modes de consommation plus coûteux et dont le bienfait écologique reste à démontrer. Le marché permet de satisfaire tous les besoins : ceux qui veulent fumer ou non, ceux qui veulent manger de la charcuterie ou ceux qui veulent adopter un régime végétarien. Pourquoi devrait-on imposer à tous un « choix » unique entre l’agriculture dite conventionnelle et l’agriculture dite biologique ?

Ce n’est pas à la démocratie de décider si un produit doit être mis sur le marché ou non, mais au marché tant que la Justice et la science ne jugent pas les risques sanitaires inacceptables. À partir du moment où rien ne démontre que ce produit génère des nuisances externes sur le reste de la population, il est de la responsabilité de chacun de faire ses arbitrages dans ses modes de consommation. Quant à la surexposition présumée des agriculteurs, la justice des États-Unis pourra déterminer la responsabilité éventuelle de la société Monsanto. L’affaire du glyphosate soulève des questions légitimes sur la transparence et les autorisations de mise sur le marché des intrants agricoles. Il est néanmoins urgent que la science et l’État de droit reprennent la place qu’ils méritent face aux politiques et aux groupes de pression.

Partager cet article :

Autres lectures ...

Le kwh est deux fois plus cher en Allemagne qu’en France

Comment rétablir la compétitivité de la viticulture française
Les propositions de l'IREF


Les vertus du « laissez faire » contre les vices des entreprises parapubliques

- 30 % : baisse du nombre de personnes sous-alimentées dans le monde



Un message, un commentaire ?

Afficher le formulaire

Messages (3)

Le danger des OGM

le 7 novembre, 13:39 par Guy Mc Intyre

Le Roundup est utilise depuis 1974 a l'ile Maurice sur les herbes tenaces telles Cynodon dactylon.Il n'y a pas de culture d'OGM ici. C'est la le probleme. Quand le Glyphosate est pulverise sur les herbes,il est absorbe par les feuilles et transporte jusqu'aux paties sous-terraines,racines tubercules etc.Le danger c'estquand on l'emploie dans les cultures OGM le tolerant,il est absorbe de la meme maniere et sera present dans les parties recoltees,c.a.d. gousses tubercules etc. Et quand ces gousses etc sont consommees, c'est peut etre la qu'il peut etre toxique a '
l'humain et aux animaux consommant les parties traitees.

- Répondre -

votre article est une honte, désinscrivez-moi

le 9 novembre, 15:03 par Thomasset

Il est scandaleux de prétendre que les études montrant les effets nuisibles du glyphosate sont dues à l'influence des médias, alors que c'est le lobby de Monsanto et consorts qui entretient le doute. Et vos insinuations sur le "prétendu bio" sont insupportables. J'avais déjà du mal avec quelques articles indulgents sur Trump, mais là c'est trop. Dégagez !
Sans cordialité, François Thomasset

10 novembre, 09:02 - spoutnik16

@François Thomasset : En même temps, qu'est-ce qui est plus probable, que Monsanto, au 400ème rang des plus grosses boîtes du monde, ait influencé près de 700 études qui montrent que le glyphosate ne pose pas de problème, ou que Green Peace, WholeFood (boite agroalimentaire bio, 160ème rang des plus grosses boites du monde), et tout le lobby bobo-bio ait influencé les 5 études qui prouvent que le glyphosate pose un problème ?

10 novembre, 13:13 - Laurent Pahpy

M. Thomasset,
Cet article n'affirme pas que les médias ont influencé des études sur le glyphosate, il cite simplement les conclusions de différentes agences sanitaires et montre que le traitement médiatique et politique qui en est fait n'obéit malheureusement pas à une démarche intellectuelle honnête et mesurée. Les conflits d'intérêts associés aux deux parties (industriels et ONG environnementalistes) sont dénoncés.
Quant à l'agriculture biologique, nous interrogeons simplement la volonté des pouvoirs publics de l'imposer à tous. Nous ne remettons pas à cause sa légitimité et le droit de ceux qui veulent produire et consommer de cette manière. Nous dénonçons la volonté de certains groupes de pression de vouloir obliger l'ensemble des agriculteurs et consommateurs à adopter l'AB alors même que ses intérêts agronomique, sanitaire, écologique et économique font l'objet de nombreux débats dans les milieux académiques.
Cordialement,
LP

- Répondre -

Efficacité prouvée

le 10 novembre, 16:10 par John Smith

Le modèle agricole proposé par la permaculture/l'agroforesterie a largement démontré son efficacité, son action sur le maintien de la biodiversité avec des écosystèmes résilients.
Il fonctionne à partir des données de la pédologie/agrologie pour les sols, des connaissances en chimie végétale et moléculaire ainsi que l'éthologie animale puisque les animaux peuvent participer au bien-être des plantes.
Le gros avantage, c'est qu'il n'y a besoin d'aucun engrais, aucun pesticide, un accompagnement des cultures nettement moins important, et il n'y a guère que la récolte et la mise en place des cultures qui demande de l'investissement en travail (plus les connaissances scientifiques sus-nommées).

Actuellement, en termes de rendements et économies de coûts, on se rend compte que ce modèle est particulièrement pertinent. Et qu'il permet d'envisager une reforestation importante des espaces ruraux, arbres qui ont une fonction très importante au niveau des courants atmosphériques (ils génèrent des courants plus frais que les champs), mais surtout au niveau de la préservation de nappes phréatiques saines.

13 novembre, 09:27 - Seppi

La "permaculture"... combien d'hectares ? Combien de quintaux ?

- Répondre -

 css js

En continuant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies
FERMER

Suivez les publications de l'IREF,
inscrivez-vous gratuitement
à la lettre hebdomadaire