Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » “Suppression” des vols intérieurs : on a touché le fond

“Suppression” des vols intérieurs : on a touché le fond

par
1 357 vues

Alors que la “suppression” des vols intérieurs intervient lorsqu’une alternative en train en moins de 2h30 est disponible depuis une gare de la même ville, elle est critiquée de toute part. Et à juste titre.

Tout d’abord, rappelons que cette mesure ne devrait concerner que 2% des vols intérieurs comme le rappelle Le Point. Ce coup de com’ détourne l’attention des enjeux de dette et de déficit de l’Etat, autrement plus urgents que ces miettes médiatiques jetées en pâture aux écologistes, qui n’en sont d’ailleurs pas dupes.

Sur l’impact brut de la mesure, La Tribune rappelle que “Le transport aérien intérieur représente 4% des émissions de CO2 en France”, or seuls 2% des vols intérieurs sont concernés, soit 0,08% des émissions de CO2 en France. Sachant que la France représente environ 0,7% des émissions mondiales de GES (en équivalent CO2) et que celles-ci ne sont responsables que d’une partie du réchauffement climatique. Mais il y a pire : La Tribune ajoute que la suppression des vols intérieurs en France… augmente les émissions de CO2 de l’aérien ! En effet, les compagnies aériennes “réaffecteront leur flotte positionnée sur le réseau domestique vers d’autres destinations étrangères moyen-courriers. Avec à la clé non seulement une durée des vols plus importante et par conséquent plus émettrice en CO2, mais aussi une réglementation plus favorable sur la compensation carbone.” Bref, pas besoin de faire un dessin pour arriver à la conclusion…

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

7 commentaires

nanard 31 mai 2023 - 7:18

Oui, nous touchons le fond…. l’agence européenne de l’environnement (qui est quand même écolo) nous explique que le transport aérien soutient la comparaison sur certains trajets avec le train :
( https://www.eea.europa.eu/publications/transport-and-environment-report-2020), la meilleure preuve, c’est le différentiel des prix entre les modes de transports…. L’oubli des présentations simplifiées et orientées, c’est l’impact des infrastructures . Quant aux réserves de pétrole…. ben il en reste que nous refusons d’exploiter : voir le plateau continental en face de la Guyanne.

Répondre
Petrouchka 31 mai 2023 - 9:03

C’est encore l’idéologie qu’on fait primer sur la réalité !

Répondre
maxens 31 mai 2023 - 11:18

Ou sont les aéroports? A l’extérieur des villes…ou sont les gares? Au centre des villes, là ou vont régner les ZFE. Cette mesure, c’est un mépris de plus pour les français qui n’habitent pas les centres villes, ceux qui cumulent tous les handicaps, et que l’on rejettent. Ceux qui devront payer, ou qui ne pourront plus se rendre au centre ville, alors qu’ils avaient possibilité de se rendre à des aéroports sans se taper des embouteillages pour des centres villes qui ne les intéressent pas. Ras le bol de ces élus méprisant le peuple des campagnes, qui se croient supérieur et pensent savoir mieux que les gens de terrains

Répondre
Patrice 1 juin 2023 - 8:21

C’est aussi du mépris des écolos-bobos-technos parisiens vis-à-vis des habitants de banlieue proche d’un aéroport et loin des gares parisiennes, surtout s’ils doivent se rendre pour une journée à un endroit, par exemple une usine, proche d’un aéroport de province mais loin d’une gare (je pense à Nantes, ou à Lyon). Ces messieurs oublient sans doute que les voyages en avion, ce n’est pas que pour les touristes…

Répondre
PhB 31 mai 2023 - 7:01

Ok mais faudrait TAXER le Kérosène comme l’Essence
PhB

Répondre
maxens 4 juin 2023 - 6:02

Et mettre le billet de train et de métro à son vrai tarif, pour que l’usager paie la totalité de son coût, et non les impôts des français qui ne prennent pas le train

Répondre
Farid 4 juin 2023 - 10:38

Faudrait surtout cesser de faire payer aux contribuables la moitié du coût des voyages en train

Répondre