Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Pendant que la France veut réduire le trafic aérien, l’Inde investit 12 milliards de dollars dans ses infrastructures aéroportuaires

Pendant que la France veut réduire le trafic aérien, l’Inde investit 12 milliards de dollars dans ses infrastructures aéroportuaires

par
622 vues

En France, une mesure de la loi climat 2021 interdit les vols aériens intérieurs de moins de 2h30 si une solution en train existe. Ainsi, tout vol entre Paris-Orly et Bordeaux, Nantes ou Lyon est impossible. Cette interdiction a été approuvée par la Commission européenne fin 2022. Nos dirigeants agissent pour « sauver la planète » et réduire les émissions de CO2. Mais il faudrait leur expliquer qu’à l’échelle du monde, cette interdiction qui va provoquer des pertes de richesses ne sert à rien. D’autant plus quand d’autres pays veulent développer leurs infrastructures aéroportuaires.

L’Inde, pays qui devrait devenir le plus peuplé devant la Chine, va investir 12 milliards de dollars dans ses aéroports. Les compagnies d’aviation indiennes prévoient de commander 1 400 avions afin de répondre à une demande qui explose dans un pays en plein développement. Le projet a également pour objectif de construire 72 aéroports supplémentaires pour… 2025 ! En début d’année, la compagnie Air India a annoncé qu’elle passait une commande historique de 250 Airbus et 220 Boeing.

Le but poursuivi par l’Inde est évident : devenir un hub du trafic aérien, à l’image des aéroports des pays du Golfe comme Dubaï et Doha, mais aussi permettre à sa population qui s’enrichit de se déplacer plus facilement au sein du pays. Car malgré ce que l’on nous serine à longueur de temps, l’avion reste un mode de déplacement d’avenir. Le plus fiable et le plus viable.

A côté de cet immense projet, les interdictions françaises semblent dérisoires. En se contraignant seule, la France ne fait que s’affaiblir face aux autres pays.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

2 commentaires

GNA46 27 avril 2023 - 7:42

A quoi sert de ressasser indéfiniment que ce pays, géré dorénavant par ces minorités extrémistes/terroristes/écologistes, veut laver plus blanc que blanc. Le réel problème restant que pendant ce temps là, les autres avancent paisiblement, et lorsque nous nous éveillerons, si toutefois nous nous éveillons un jour, le train sera passé, et nous retournerons dans les cavernes nous éclairant avec des lampes à huile, s’il nous en reste encore… de l’huile.

Répondre
Patrice 27 avril 2023 - 12:37

Cette interdiction des vols intérieurs de moins de 2h30 est vraiment d’une stupidité sans nom, pondue par des écolos-bobos et quelques énarques qui ne connaissent pas la vraie vie du monde du travail.
Pour Paris-Nantes, prenons l’exemple de deux cadres qui doivent faire un déplacement dans la journée :
Le premier habite le centre de Nantes et doit se rendre au siège français d’une grande entreprise américaine de boissons gazeuses, situé tour Montparnasse à Paris : il prendra évidemment le TGV de Nantes à Paris-Montparnasse, il n’a pas besoin d’une loi pour cela.
Le second habite à Evry et doit se rendre à l’usine de biscuits de La Haie-Fouassière, au Sud de Nantes : il a plus intérêt à prendre l’avion de Paris-Orly à Nantes-Atlantique, plutôt que se rendre à la gare Montparnasse en taxi ou avec sa voiture (à garer). Un collègue viendra le chercher à sa descente d’avion, ce qui est plus court que d’aller le chercher à la gare de Nantes.
L’un comme l’autre sait gérer son temps au mieux, tout simplement.
Mais comment raisonner des crétins qui croient tout savoir et tout régenter de la vie des autres !

Répondre

Laissez un commentaire