Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Retraites des fonctionnaires : le Gouvernement ne s’attaquera pas aux privilèges

Retraites des fonctionnaires : le Gouvernement ne s’attaquera pas aux privilèges

par
194 vues

Le jeudi 20 octobre, alors qu’il était invité sur Sud Radio, Stanislas Guerini, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, a indiqué avoir « promis aux syndicats le maintien du calcul de la pension sur les six derniers mois de salaire et la préservation des catégories actives ». Cela revient à dire qu’il ne touchera pas aux particularismes du système de retraites des fonctionnaires. Pourtant, la réforme était l’occasion d’aligner le public sur le privé où la moyenne des vingt-cinq meilleures années d’une carrière sert de base de calcul.

Pour lui, les Français qui trouveraient cela injuste font fausse route. En effet, le calcul de la pension des fonctionnaires ne prendrait en compte que la part fixe de la rémunération, c’est-à-dire le salaire, et non les primes, qui peuvent représenter près de 45% de la rémunération d’un agent public. Toujours selon lui, si l’on prend en compte ce paramètre, les deux systèmes n’auraient rien à envier l’un à l’autre.

Pourtant, comme nous l’évoquions dans un précédent article, « [les retraites des fonctionnaires] sont très supérieures à celles du privé qui en paye le surcoût dans ses impôts. D’ailleurs la démonstration se fait en quelques chiffres : les agents des trois fonctions publiques représentent 14% des cotisants, 16% des retraités et 23% des prestations versées par les régimes de retraite français, soit des retraites près de 50% supérieures à celles du privé en moyenne. »

Une fois de plus, le Gouvernement préfère la préservation de la paix sociale à l’équité. Ne pas toucher au statut privilégié des retraites de la fonction publique, c’est faire peser toujours plus sur les contribuables, ménages comme entreprises, le poids du manque de courage de l’Etat.

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

Laurent46 26 octobre 2022 - 4:49

Allons donc c’était à prévoir comme le fait de vider les caisses du privé pour payer tous ces nantis qui ne travaillent que très peu. Faut-il s’étonner que les PME et TPE ne trouvent plus de main d’oeuvre ? même les migrants s’infiltrent dans les services publics, ils savent pourquoi. Sans oublier que ces services publics gonflent tous les jours. On ne sait plus comment qualifier cette République de glandus et d’irresponsables.

Répondre
maxens 26 octobre 2022 - 5:46

C’est une honte, tout comme le calcul pour les agriculteurs sur la totalité de la carrière contre les 25 meilleures années dans le régime général, et donc si mis pour la fonction publique..une honte

Répondre
Obeguyx 26 octobre 2022 - 8:46

IL ne s’agit pas de paix sociale. Ça n’a rien à voir. Le corps de toute la fonction publique (y compris les assimilés de toutes sortes) est l’ « électorat de ces politiciens de caniveaux » et JAMAIS ils n’oseront toucher au statut « dégueulasse » de la fonction publique. Sinon, il y a bien longtemps que TOUT aurait été révisé et que le budget de l’Etat serait en équilibre.

Répondre
gilbert 26 octobre 2022 - 9:55

Il n’y aura jamais de concensus sur les retraites tant qu’il y aura une différence entre vrais travailleurs et nantis de la fonction publique; l’argument des primes non prises en compte est du pipeau afin de noyer le poisson de cette discrimination.une vraie justice sociale serait d’abord de faire entrer les primes dans le calcul des retraites afin de leur clouer le bec et , en même temps faire une décote pour « travail improductif « de la fonction publique

Répondre
AlainD 26 octobre 2022 - 3:06

Le ministre Guérini comme ses prédécesseurs nous raconte une belle fable et prend les retraités du privé pour des gogos. Nous vivons dans une république de castes. Les fonctionnaires n’ont pas de caisse de retraite, c’est prélevé sur le budget de l’Etat c.à d. les impôts. Qui plus est, je voudrais que l’on me dise avec preuves à l’appui combien les fonctionnaires cotisent pour la retraite, probablement pas beaucoup puisque le Préfon leur tient lieu de complémentaire et que les cotisations versées à ce titre sont déductibles de leurs revenu imposables. Les salariés qui cotisent à un organisme de capitalisation n’ont pas droit à cet avantage.
Ainsi que je le lis dans les autres commentaires et malgré les coups de menton de Macron, le régime des fonctionnaires restera intouchable alors dans ces conditions pas touche aux réserves des caisses Agirc-Arrco.

Répondre
Pascal 26 octobre 2022 - 3:47

Si le gouvernement de Macron ne veut pas toucher aux régimes spéciaux (SNCF, RATP, EDF,….) et aux retraites de la plupart des fonctionnaires (80% de la moyenne des 6 derniers mois contre 65% de la moyenne des 25 meilleurs années pour les indépendants) afin d’éviter des grèves de blocage du pays, AUCUNE possibilité d’obtenir un semblant d’égalité de traitement entre les Français qui travaillent ! Il faut instaurer la même durée de travail, les mêmes cotisations retraites et les mêmes retraites pour TOUS les Français et supprimer l’ASPA (ex. minimum vieillesse) pour ceux qui n’ont travaillé qu’UN trimestre en France (ouvert aux étrangers) avec une pension de 880 euros/mois à 65 ans !!!!!!!!!!
Nos enfants ont du soucis à se faire !

Répondre
Astérix 27 octobre 2022 - 10:44

A quand la révolution ????

Répondre

Laissez un commentaire