Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Quand la CGT du champagne dénonce l’imposture écologique de la fin des herbicides

Quand la CGT du champagne dénonce l’imposture écologique de la fin des herbicides

par
1 744 vues

Durant l’été, un article paru dans le magazine spécialisé de la viticulture La Vigne relaye les propos de la CGT du champagne (syndicat des ouvriers viticoles) qui dénonce « l’imposture écologique de l’arrêt des herbicides » dans la région et la pénibilité du travail que cela entraîne. Lors du mois de mai, les vignobles champenois ont été envahis par l’herbe. Sans solution phytosanitaire, la CGT estime que « cette invasion occasionne une pénibilité supplémentaire qui s’ajoute à celle des sols détériorés par le travail du sol ». Un représentant du syndicat surenchérit : « Les salariés viticoles subissent de plein fouet un surcroît de pénibilité. Avec le travail du sol, les sols sont défoncés. »

La CGT cible, évidemment, les directions des maisons de champagne. Mais la pénibilité touche également les viticulteurs exploitants qui travaillent dans leur vignoble : elle ne se résume pas aux ouvriers. Le zéro herbicide est voulu par l’interprofession du champagne, et découle de la pression de l’opinion publique influencée par les lobbys du bio et écologistes. Désormais, les consommateurs veulent acheter des produits « bons » pour l’environnement, donc étiqueté bio ou a minima HVE[1].

Cependant, multiplier les passages en tracteur, qui consomme donc plus de gasoil, est-ce réellement bon pour la planète ? D’autres interprofessions viticoles mettent en place des réductions de l’utilisation des herbicides, pour arriver à terme à une interdiction ; mais est-ce réellement souhaitable ? Le gain écologique n’est pas flagrant. Ce qui l’est en revanche, c’est la hausse du temps de travail pour effectuer le désherbage dans l’année, ainsi qu’une hausse du coût de production pour les viticulteurs (main d’œuvre, nouveaux matériels, désherbants bios plus chers et moins efficaces, etc.). Alors que l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) n’a relevé aucune zone de préoccupation critique sur le glyphosate dans son rapport de juillet dernier, il serait judicieux de se questionner sur la légitimité de cette guerre contre les herbicides.


[1] Haute Valeur Environnementale

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

2 commentaires

Almaviva 28 août 2023 - 7:18

Les écolos gauchistes vont tous nous tuer !

Répondre
Albatros 6 septembre 2023 - 1:25

Vive la Cégété !
En vrai, les seuls à commencer à réaliser les conneries écolos, ce sont les communistes…

Répondre