Accueil » Prix de l’énergie : Bruno Le Maire préfère fragiliser EDF plutôt que de baisser la TVA

Prix de l’énergie : Bruno Le Maire préfère fragiliser EDF plutôt que de baisser la TVA

par Romain Delisle

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a déclaré être ouvert à de nouvelles mesures destinées à contenir l’impact du coût de l’augmentation de l’énergie pour les ménages, tout en mettant en avant la dépense correspondant aux dispositifs déjà existants.

Alors que le prix des carburants s’envole – le gazole a dépassé pour le première fois la barre des 1,60 € le litre –, le ministre s’est montré réticent à l’idée d’une baisse de la TVA sur l’essence et le diesel à 5,5% (contre 20% actuellement), une mesure dont la facture s’élèverait à 5 Mds€.

Outre l’indemnité inflation de 100€ versée à 38 millions de Français, le chèque énergie reçu par six millions de personnes et le blocage des prix du gaz, l’Etat a mis EDF à contribution la semaine dernière pour limiter la hausse des prix de l’électricité à 4%. L’entreprise, toujours possédée à 84% par l’Etat, devra donc vendre 40% de sa production à un prix réduit.

La CRE (Commission de régulation de l’énergie) estime que sans intervention de l’Etat, les prix auraient déjà augmenté de 44,5%, ce qui représente également une perte de 8Mds€ en termes de bénéfice brut pour EDF, d’où le mécontentement de la direction et des syndicats.

Rappelons que l’énergéticien est déjà grevé d’une dette de 42Mds€, ce qui ne manquera pas de le fragiliser. Juste avant les élections présidentielles, l’exécutif se contente de mesures de court terme et n’hésite pas à mettre en danger un secteur vital pour l’économie française.

En fragilisant ainsi EDF, l’État est en train de la transformer en une « nouvelle SNCF » qui, rappelons-le, coûte 17 Mds€ par an aux contribuables.

Vous pouvez aussi aimer

8 commentaires

LAURENT46 31 janvier 2022 - 5:20

Il est plus facile de revenir après les Présidentielle dire « il faut sauver le soldat EDF » et une fois de plus débloquer quelques dizaines de Milliards d’argent public qu’il faut trouver dans d’autres poches. Ensuite ce sera le tour de la SNCF, payer les grosses rentes et salaires publics et pour finir « La République n’a plus de moyens ». C’est une habitude Républicaine.

Répondre
Verdun 31 janvier 2022 - 9:32

Il faut ruiner EDF pour privatiser et dans cette attente transférer un maximum de fonds du public vers le privé.

Bien à vous

Répondre
Verdun 31 janvier 2022 - 10:02

EDF est aussi au service d’un projet politique.
C’est de bonne guerre diront certains. Quand d’autres rajouterons un pull.

Bien à vous

Répondre
Obeguyx 31 janvier 2022 - 10:24

Encore une fois ce foutu quinquennat de « m…. » qui empêche de se centrer sur l’avenir de la France. Pour retrouver notre indépendance énergétique il faut renationaliser l’énergie et reprendre l’entretien et l’investissement de nos centrales avec les entreprises performantes qui ont fait la réussite d’autrefois (et surtout envoyer balader l’Europe asservie aux USA). Il faut abandonner les appels d’offres avec attribution des marchés aux moins disant (on voit ce que ça donne avec l’EPR). La notion de qualité n’est pas un privilège du « privé ». Les normes et surtout les sanctions en cas de manquement sont gages de qualité à terme. L’EDF était publique et fonctionnait remarquablement bien en dégageant des comptes en équilibre. La question qu’il faut se poser : « A quel moment tout à déraper ? ». La réponse est assez simple à trouver et donc le remède tout trouvé.

Répondre
JR 31 janvier 2022 - 1:59

Bonjour Obeguix, je vous rejoins, ce quinquennat « d’emmerdeur » est le fond de tous les problèmes et dans tous les domaines. Cela a commencé avec les 80 km/h créant le mouvement des GJ.
Nous avons donné les clés du pays à des idéologues carbono-réchauffistes incapables qui ont pour seuls objectif le déclin de la France. Avec Hollande nous pensions avoir touché le fond, et bien non, il y a pire ! Et tout cela pour trois costumes… Le quinquennat de Fillion a été volé et nous en payons le prix fort aujourd’hui. Qu’ont-ils fait, hormis s’amuser à se faire peur avec le Virus ?
Le moment ou tout a dérapé est celui-ci: https://youtu.be/WnH8emY791c
Humour à part, nous avons vraiment à faire à un gouvernement parodique dans la droite ligne de l’hystéro-climatique B. Pompili. Elle est loin l’époque des ingénieurs… Charles au secours ! Merci. Bien à vous

Répondre
Patrice Coconnier 31 janvier 2022 - 1:08

Evidemment les syndicats d’EDF n’en ont rien à faire que les prix de l’électricité augmentent…puisque les personnels d’EDF ne paient quasiment pas leur courant !

Répondre
JR 31 janvier 2022 - 2:07

Bonjour Laurent, si c’est la même bande de pieds-nickelés qui repasse, nous ne règlerons rien du tout, ce sera pire. Ces gens là sont animés par la religion climatique, la médiocrité, l’asservissement à l’UE, le déclin industriel et le déclin de notre nation. Ce ne sont que des carbono-réchauffistes sans envergures, mais bourrés d’idéologie. Bon C02. Merci. Bien à vous.

Répondre
JR 31 janvier 2022 - 2:50

Bonjour, en premier lieu, rappelons que Bruno Lemaire est un Macroniste qui a trahi sa famille politique. Lemaire n’inspire aucune confiance, c’est l’archétype du politicien carriériste qui n’apporte rien au pays. Lemaire a laissé l’éscrolo-verdâtre Hulot dénucléariser notre pays sans rien dire et désormais il joue la vierge effarouchée. Lemaire devrait bien arrêter de mentir.
« Une mesure dont la facture s’élèverait à 5 Mds € »; c’est faux, ce qu’il dit être une perte ne l’est pas. Si l’on considère le volume de taxe avant la hausse du baril, mécaniquement la hausse du baril a rapporté beaucoup à l’état. Donc même en baissant la TVA de 20 % à 5,5 %, le volume de marge (taxes) reste encore bien supérieur à avant la hausse du baril. Le coût des carburants va fortement impacter le marché du travail, sans parler des 80 km/h… Ce gouvernement calamiteux de religieux climatique est néfaste pour notre pays. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire