Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » M. Macron, le Premier ministre polonais a raison : on ne peut pas négocier avec les dictateurs

M. Macron, le Premier ministre polonais a raison : on ne peut pas négocier avec les dictateurs

par
108 vues

La Pologne, par la voix de son Premier ministre Mateusz Morawiecki, a dénoncé lundi l’attitude du président français, Emmanuel Macron, qui persiste à voir dans Vladimir Poutine un interlocuteur. Le premier ministre polonais a déclaré que jamais personne « n’avait négocié avec Hitler ». « Monsieur le président Macron, à combien de reprises avez-vous négocié avec Poutine, qu’avez-vous obtenu ? », a-t-il demandé. « Avez-vous arrêté quoi que ce soit ? », a-t-il encore interrogé lors d’une conférence de presse. « Personne ne doit négocier avec les criminels, il faut les combattre. Personne n’a négocié avec Hitler. Iriez-vous négocier avec Hitler, Staline, Pol Pot ? » Il a raison.

Avec d’autres dictateurs, comme Staline ou Mao, la « négociation » s’est faite grâce aux rapports de force. On a arrêté les Soviétiques grâce aux troupes américaines et à la création de l’OTAN. Et contre la Chine communiste, il a fallu se battre, indirectement, au Vietnam et en Corée. Ce ne sont pas les négociations qui ont mis fin aux conflits mais les affrontements ou les forces en présence. Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine, la Pologne, qui a une certaine expérience des invasions et des occupations russes, a réclamé à plusieurs reprises un durcissement des sanctions visant la Russie et la livraison d’armes plus importantes, des chars et des avions, à l’Ukraine. Elle a aussi appelé à la création d’un tribunal international chargé d’enquêter sur la mort des civils en Ukraine. Il est vrai que M. Macron assure en ce moment la présidence européenne et qu’il veut privilégier la diplomatie. Mais il y a un moment où il faut dire non. Et c’est d’ailleurs à l’Europe, comme l’écrit le Wall Street Journal, de prendre l’initiative d’une enquête sur les crimes commis par l’armée russe en Ukraine.

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

Verdun 6 avril 2022 - 7:55

Ce polonais est bien mal informé !

Bien à vous

Répondre
Nicolas Lecaussin 6 avril 2022 - 8:41

Au contraire, il sait de quoi le Russe est fait…

Répondre
Obeguyx 6 avril 2022 - 10:01

Nicolas, vous vous trompez lourdement. Vous êtes submergé par votre idéologie. Si le ministre polonais avec ses mots, sa colère dénonce l’attitude de Macron et, pour moi, le premier ministre polonais fait bien, rien ne vous autorise le commentaire qui suit. Commentaire hors du temps et de la sage réflexion. Vous pouvez me censurer, je m’en fous. A chaque fois je publie l’intégralité ailleurs.

Répondre
Nicolas Lecaussin 6 avril 2022 - 2:06

je ne vous censure pas…Et vous êtes libre de publier vos réflexions ailleurs aussi…
NL

Répondre
montesquieu 6 avril 2022 - 10:13

ET pan, dans les dents de l’ado président!

Répondre
en fait 6 avril 2022 - 12:02

OUI, juste un point de vue, c’est un sujet « fondamental » , aussi, cela risque la censure ?.
Oui, la Pologne est un grand symbole pour « notre » monde:
A – d’un pays à géométrie  » variable », car, sa géographie confirme que la vraie géopolitique dirige le Monde.
– Poméranie, Prusse Royale et d’un Homme Nicolas Copernic la terre tourne autour du soleil.
– d’Hommes Polonais, qui sont les artisans du fonctionnement véritable du  » monde actuel » Enigma 1918 – Tcheka fin 1917 – Oui, la finance moderne – digitale – est la fille ainée du Alan Turing Spearhead Ultra; sans oublier le NKVD – KGB – FSB ( pas la fédération Suisse des banques quoique ? ) comme contrepartie.
B – sans oublier ce jour un article remarquable dans Contrepoints :d’ A. Plonka, où, elle évoque à la fin le lancinant problème du calcul économique, sans vraiment approfondir ce sujet  » coeur du régime » , . .. …., .
– Oui, dans notre Europe  » communiste » au niveau des P.O., de son fonctionnement et de sa logique  » spéciale »; c’est la mère des batailles, . .. ….,
– juste une piste pour  » comprendre » l’évolution de la valeur ajoutée du groupe Renault depuis son développement en Russie, peut expliquer les très fortes tensions avec Nissan, les évolutions depuis quelques années, . .. …., .
– . .. ….,
en deux mots, une réelle révolution par le « calcul économique » pour le XXI ° siécle peut nous permettre d’échapper à la diabolique logique du FSB.
LE TEMPS presse.

Répondre

Laissez un commentaire