Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le 9 mai, l’URSS et l’occupation de la moitié de l’Europe

Le 9 mai, l’URSS et l’occupation de la moitié de l’Europe

par
785 vues

Poutine célèbre le 9 mai dans un contexte très particulier. L’armée russe est décimée en Ukraine et l’offensive des troupes ukrainiennes est imminente. Glorifier le passé, surtout quand il est modifié, est une tactique largement utilisée par les dictateurs qui veulent faire oublier le présent. Quelques précisions sont nécessaires. Poutine est un grand admirateur de Staline. Il l’a dit plusieurs fois. Mais l’ancien officier du KGB a « oublié » les crimes du stalinisme, les millions de morts et de déportés russes et d’autres nationalités. Il a aussi effacé l’alliance entre Hitler et Staline pour se partager l’Europe. Staline était tellement ravi qu’il n’a jamais voulu croire ses espions à Berlin qui l’avertissaient de l’imminence d’une invasion allemande. Ce qui s’est produit en juin 1941.

De même, celui qui s’en prend à l’Occident tous les jours ne sait plus que sans l’Amérique, l’URSS n’aurait jamais pu résister à l’envahisseur allemand. Dès le mois d’août 1941, les Américains envoient les premiers convois de marchandises (Lend-Lease Aid to the USSR ) en territoire soviétique. Au total, l’aide américaine a représenté environ 180 milliards de dollars (d’aujourd’hui) : 400 000 jeeps et camions, 14 000 avions, 8 000 tracteurs, 13 000 chars, plus de 1,5 million de couvertures, 15 millions de paires de bottes, 107 000 tonnes de coton, 2,7 millions de tonnes de carburant (pour les avions, les camions et les chars), 4,5 millions de tonnes de denrées alimentaires (que Staline a distribuées « parcimonieusement », environ 1 million de soldats soviétiques sont morts parce que les colis ne leur ont pas été envoyés !). Les États-Unis ont même expédié en Union soviétique toute une usine de la société Ford qui fabriquait des pneus pour les véhicules militaires.

Ensuite, la date du 9 mai pour célébrer la reddition de l’Allemagne nazie n’est pas un hasard. En Europe et dans le reste du monde, c’est le 8 mai : l’Allemagne a bien signé la capitulation, à Reims, dans la nuit du 7 au 8. L’URSS était bien représentée par le général Sousloparov. Mais le lendemain, le 9 mai donc, Staline demande au maréchal Joukov d’organiser une nouvelle cérémonie pour que le monde comprenne qu’il s’agit d’une victoire soviétique. Ces faits sont racontés par Joukov lui-même dans ses Mémoires, dans l’édition non censurée parue en 1991 (la première édition datait de 1969).

Enfin, cette date du 9 mai a été imposée à la moitié de l’Europe à partir de 1945. Celle qui n’a pas été libérée mais occupée par les Soviétiques, qui y ont installé des dictatures communistes. Cette partie-là de l’Europe mettra plus de 40 ans à se débarrasser du totalitarisme, ce sera seulement à la fin des années 1980.

Vous pouvez aussi aimer

5 commentaires

Jonathan Rien 9 mai 2023 - 7:29

Cet article sur la Russie est encore une fois brillant car très lucide en si peu de mots. Si je puis y ajouter quelque chose, c’est ceci: cette guerre en Ukraine n’est pas que celle de Poutine. Dans leur psyché, les Russes se voient comme invincibles et voudraient tellement que nous les reconnaissions comme une « grande puissance ». Cependant, la réalité est tout autre, qui ne peut apporter cette reconnaissance. Bien sûr, aujourd’hui, on a tendance à détecter des fissures dans le soutien populaire majoritaire à Poutine. C’est normal. Une certaine lassitude s’est installée depuis le 24 février 2022. Les avancées sur le terrain sont minces et le soutien populaitre majoritaire commence à sentir que quelque chose ne tourne pas rond et que le prix à payer pour la « victoire » a été sous-estimé. En fait, une guerre classique telle que celle-ci doit être gagnée en 6 mois, max.1 an. Sinon, c’est fichu parce que c’est trop tard, le coeur n’y est plus. C’est ce qui est arrivé au « gentleman » de (Cham)Berlin. Et c’est pour ça que Poutine, le « gentleman » de la négociation impossible (sauf si on s’appelle Macron), perdra également. Il a déjà perdu.

Répondre
Nicolas Lecaussin 9 mai 2023 - 9:26

En effet ! Merci à vous.
NL

Répondre
CLEMENT 9 mai 2023 - 10:54

Vous avez raison mais sans la résistance soviétique, l’issue de la guerre n’aurait pas été évidente car Hitler aurait eu le temps d’obtenir la bombe atomique et les troupes allemandes auraient renforcé le front ouest et sud… Quels que soient les reproches, il faut rendre hommage à leur victoire sur le front de l’Est. Quant à l’armée russe décimée en Ukraine, là ce n’est pas sérieux … Dommage !

Répondre
Nicolas Lecaussin 10 mai 2023 - 5:53

Il y a eu résistance soviétique parce qu’ils ont été trahis par leur allié nazi et parce que les Américains leur ont donné tout ce qu’il faut ! Sinon, oui, l’armée russe est décimée, d’ailleurs, ils ont largement commencé à le reconnaître…

Répondre
maxens 11 mai 2023 - 1:08

On parle de 20000 morts depuis le 1er janvier et prés de 100 000 soldats hors combats depuis le 1er janvier. Au mois de novembre décembre on parlait de 60000 morts coté russe, avec le ratio 1 à 3 cela ferait prés de 180 000 hors de combats. Soit plus de 250 000 soldats hors de combats coté russe sur une armée de plus d’un million d’hommes avec les réservistes. Je sais pas si le terme décimé est adéquat, mais il est clair que cela fait un trou. Ajoutons à cela le million de personne qui ont fui la russie, et même avec le vol d’enfants Ukrainien, le nombre d’habitants russe ne risque pas de remonter

Répondre

Laissez un commentaire