Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Pour Poutine, les Arméniens ne sont que des pions

Pour Poutine, les Arméniens ne sont que des pions

par
501 vues

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a organisé des pourparlers à Washington entre les ministres des Affaires étrangères  arménien, Ararat Mirzoyan et azerbaïdjanais, Jeyhun Bayramov, afin de négocier un accord de paix entre les deux pays.

Cette initiative est la bienvenue tant la situation ne cesse de se dégrader sur place.  Rappelons quelques faits. L’Azerbaïdjan abrite, au sud-ouest du pays, une importante enclave peuplée d’Arméniens de souche, le Haut-Karabakh, qui s’est proclamée indépendante en 1991. D’où une première guerre, qui s’est terminée en 1994. En 2020, dans la deuxième guerre du Karabakh, l’Azerbaïdjan a remporté une victoire décisive et récupéré la majeure partie du territoire que l’Arménie lui avait pris lors de la première guerre. Dans les derniers jours du conflit, cependant, Vladimir Poutine, en menaçant Bakou avec des frappes de missiles balistiques, a forcé l’Azerbaïdjan à stopper son avancée et à accepter des « casques bleus » russes dans la région. M. Poutine a également organisé des pourparlers entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, affirmant vouloir oeuvrer au rétablissement de la paix. En fait, la Russie a renforcé sa présence en Arménie, et y a installé au moins trois bases militaires. Des soldats russes patrouillent aux frontières arméniennes et l’armée russe contrôle l’espace aérien arménien.

Le principal point d’achoppement des négociations est le statut de la région du Karabakh. Le conflit ne prendra fin que lorsque l’Arménie le reconnaîtra comme territoire souverain de l’Azerbaïdjan. Mais Poutine utilise les Arméniens du Karabakh comme des pions. Comme en Ossétie du Sud, ou en Géorgie avec les Abkhazes, ou les communautés russes en Ukraine, le Karabakh lui offre une justification pseudo-humanitaire pour consolider l’impérialisme russe dans cette zone. Si Erevan se libère de l’emprise russe, les pays occidentaux pourraient faciliter l’entente avec Bakou pour arriver à un plan de paix durable et protéger les Arméniens du Karabakh. Ce sont d’ailleurs l’Union européenne et les Etats-Unis (plus de 3 milliards de dollars depuis 1992) qui fournissent le plus d’aide et d’assistance à l’Arménie.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

5 commentaires

Jjf 6 mai 2023 - 7:23

Vue très partisane! L’Armenie est le point d’entrée rêvé par l’Occident pour une révolution de couleur supplémentaire. S’il voulait faire quelque chose de réel pour les Arméniens il ferait mieux de retenir la Turquie, membre de l’OTAN et Israël qui soutient l’Azerbaïdjan.
Quant au financement de l’Armenie, ce n’est pas l’Occident, mais bien la Russie via ses importations. Néanmoins, depuis quelques années maintenant, l’Armenie joue au jeu dangereux de balancer entre le camp occidental et l’autre. Et cela a forcément un coût. Qui est en train d’être payé par les populations du Karabagh.

Répondre
Nicolas Lecaussin 7 mai 2023 - 5:39

Ce serait bine si l’Arménie se dévassalisait de la Russie (comme d’autres Etats dans la région). Elle aurait moins à souffrir et pourrait se développer…

Répondre
pierre-georges thomas 6 mai 2023 - 8:47

N’est ce pas un peu naif de croire que si nous prenions (en fait si les USA) les affaires armeniennes cela ameliorerait les relations avec Bakou? ne soyons ne rêvons pas d ans l’affaire il y a aussi la Turquie qui est dans l’OTAN.. et on fait quoi avec la Turquie? je me premettrai une comparaison sans aller trop loin donc sans révélations étant tenu au devoir de réserve de par la loi… Les Kurdes pendant des années en fonction de nos intérêts nous les avons soutenus (y compris avec du matériel de guerre et des stages d’instruction) pour les laisser tomber puis de nouveau les soutenir.. dernier épisode en date DAESH c’était nos fantassins sur le terrain, mais nous n’avons pas hésité (avec bien entendu des effets de manches) à de nouveau les laisser tomber lorsque les turcs de nouveau son intervenus… Pour la mane pétrolièrez nous avons laissé tombé Sawimbi (qui nous était acquis) je sais « j’y étais »… eux aussi nous les avions pris en mai aidés formés et paf le pétrole revirement de stratégie, en quoi NOTRE GARANTIE serait plus sérieuse (ou moins) que celle des russes?
De Gaulle avait dit (décembre 1967: « Un grand pays n’a pas d’amis. Les hommes peuvent avoir des amis, pas les hommes d’État »
Lord Palmerston en 1848 avait dit: « We have no eternal allies, and we have no perpetual enemies. Our interests are eternal and perpetual, and those interests it is our duty to follow »
cela dit bien ce que cela veut dire, on aidera peut être les arméniens MAIS on n’hésitera pas non plus à les laisser tomber le cas échéant!

Répondre
Nicolas Lecaussin 7 mai 2023 - 5:38

Il ne faut pas les laisser tomber ! Oui, malheureusement, les Etats n’ont pas d’amis…Mais ce sont quand même les Etats occidentaux qui ont déversé et déversent des milliards pour aider d’autres Etats…

Répondre
Monnier 6 mai 2023 - 12:25

Pas que pour Poutine !

Répondre