Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Loi anti gaspillage : des débuts mitigés

Loi anti gaspillage : des débuts mitigés

par
296 vues

Depuis le 1er janvier 2023, en application de la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (Agec), les établissements de restauration rapide ont l’obligation d’avoir recours à des contenants réutilisables.

Les emballages devront donc disparaître des fast-foods. En France, la restauration rapide représente 6 milliards de repas servis, chaque année, dans environ 30 000 points de vente – ce qui génère 180 000 tonnes de déchets d’emballages jetables.

Or, comme souvent avec les mesures autoritaires d’inspiration écologiste, l’application de cette loi pose quelques problèmes. Dans un contexte de crise énergétique qui rend difficile tout investissement et toute réorganisation, elle paraît déconnectée de la réalité du marché et des exigences auxquelles les restaurateurs doivent se plier.

Alors que certaines enseignes peinent à s’adapter aux contraintes qui pèsent sur leurs franchisés (par exemple, des travaux nécessaires afin de laver les ustensiles), d’autres subissent des conséquences mal anticipées par le législateur : le vol de vaisselle par de nombreux clients. « Très souvent, on se rend compte qu’on a un petit peu moins de cuillères, un petit peu moins de fourchettes, un petit peu moins de couteaux et donc on est obligé d’en recommander régulièrement, justement pour pallier ce problème », témoigne Miranda, propriétaire d’un restaurant Eat Salad à Paris. Un phénomène qui concernerait 15 % des enseignes qui respectent cette nouvelle obligation.

Des premiers résultats mitigés qui remettent en cause la pertinence d’une loi anti gaspillage. Ce qui ne fait aucun doute, c’est que l’écologisme est devenu un commerce juteux pour l’Etat : en cas de non-respect, le ministère de la Transition écologique a annoncé une amende de 5e classe pour les restaurateurs, voire une astreinte de 1500 € par jour de manquement.

Vous pouvez aussi aimer

1 commenter

JR 18 janvier 2023 - 9:36

Bonjour, dan ce cadre, il convient aussi de réhabiliter le parc automobile existant, donc de supprimer purement et simplement les ZFE (Zone de Forte Exclusion). Aux US des états prennent des bonnes mesures radicales: https://climatetverite.net/2023/01/16/a-contre-courant-des-senateurs-de-letat-du-wyoming-deposent-un-projet-de-loi-pour-interdire-lachat-et-la-vente-des-vehicules-electriques-dici-2035/ .La lutte contre l’escroquerie carbo-climatique en bande organisée doit cesser de toute urgence. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire