Accueil » L’inflation montre les limites de notre système fiscal

L’inflation montre les limites de notre système fiscal

par François Turenne

La Banque de France prévoit une inflation de 4,4% pour l’année 2022 dans son hypothèse la plus dégradée. Or la poursuite de la guerre en Ukraine couplée à des mesures de soutien aux ménages risque de nourrir l’inflation pour de long mois encore. Un débat fait rage à Bercy concernant le relèvement des seuils du barème de l’impôt sur le revenu. La France a fait le choix, discutable, de la progressivité de cet impôt fondé sur quatre seuils d’après le dernier projet de loi de finances : 10 085, 25 710, 73 516 et 158 122 euros par an. A chacun de ces seuils correspond un taux d’imposition respectivement de 11, 30, 41 et 45%. Les ménages sont, au premier abord, très fortement taxés mais la pléthore de niches fiscales permet de rendre parfois l’impôt plus supportable sans toutefois le rendre indolore.

La logique voudrait que le gouvernement, après avoir annoncé l’indexation prochaine des prestations sociales et des pensions de retraite sur l’inflation, fasse de même pour les seuils d’imposition. Rappelons que si cela peut couler de source, il n’en a pas toujours été le cas par le passé alors que l’inflation était faible voire inexistante. Les experts du ministère de l’Économie et des Finances craignent des pertes de recettes fiscales car l’inflation augmente plus vite que les salaires. En d’autres termes, les contribuables qui sont à la limite des différents seuils pourraient voir leurs taux d’imposition baisser. Cette situation cocasse montre bien les limites d’un système fiscal fondé sur la progressivité et sur la fixation de seuils parfois arbitraires. Cette problématique serait gommée avec l’instauration d’une flat tax avec deux taux 2 et 15%. Au-delà de simplifier l’imposition sur le revenu, elle donnerait une visibilité à l’Etat en termes de recettes même en période de tensions inflationnistes.

You may also like

4 commentaires

Laurent46 9 juin 2022 - 4:34

Voir les impôts et taxes dont la République en a le secret baisser est un rêve qu’il ne faut pas prendre pour une réalité sinon le réveil sera particulièrement pénible. Simplement l’inflation officielle qui elle est déjà loin derrière l’inflation réelle va de facto augmenter les Revenus de l’Etat. Quant aux collectivités locales, l’autre système bien mafieux de la République, elle vont vous rappeler aux bons souvenirs des augmentations à tout va et des contraintes de plus en plus lourdes pour vous piller et pour détruire le peu d’outils de travail qui existent encore dans cette République d’escrocs. Pour cela il suffit d’évaluer le nombre toujours croissant de rentiers de la République pour y avoir donné seulement quelques mois de leur temps pour le pays, encore une particularité mondiale de la République au bord du gouffre dans une indifférence qui fait peur.

Répondre
Dudufe 9 juin 2022 - 10:29

En tant qu’ancien combattant en Algérie (28 mois de service) j’ai remarqué que pendant cette période je ne versais aucune cotisation de retraite à la Sécu ! ( j’avais déjà un emploi avant de partir) . Pour,peut être, compenser cette anomalie j’ai le droit d’avoir une 1/2 part en plus sur ma déclaration de revenus de retraité.

Répondre
Obeguyx 9 juin 2022 - 11:36

Laurent46 a tout dit. Le rêve n’est, en effet’ plus de mise. Ceux (qui deviennent de plus en plus rare) qui espèrent sur les USA vont être déçus. La fin de la nation France est proche qui sera absorbée par l’UERSS complètement vassalisée aux USA. Le fruit est mûr et va tomber tout seul. En attendant cette triste fin, allez voter dimanche ça vous consolera peut-être…

Répondre
JR 9 juin 2022 - 9:02

Bonjour, et tout ceci est avant le déluge de taxes et impôts escrologiques ou essescrologiques qui nous attendent…Sans compter le jackpot des radars à 80 km/h et des malus à 40 000 € qui passent à 50 000 €, suivis de l’interdiction des véhicules à moteur thermique dans 13 ans… Bien entendu à cela s’ajoute la non gestion énergétique depuis plus de 10 ans que nous payons cash aujourd’hui. L’inaction énergétique étant la marque de fabrique des petits Macronistes à 80 km/h et des socialistes. A quand la relance de la recherche et de l’exploitation gazière & pétrolière dans notre sous-sol qui en regorge ? Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire