Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Les Rencontres d’Aix : un service citoyen obligatoire sur la transition écologique

Les Rencontres d’Aix : un service citoyen obligatoire sur la transition écologique

par
658 vues

Du 7 au 9 juillet, les Rencontres Économiques organisées par le Cercle des économistes ont eu lieu à Aix-en-Provence et ont réuni des chefs d’entreprise, des universitaires, des acteurs du monde associatif, ou encore des représentants syndicaux. De nombreux sujets ont été abordés comme le bien-être au travail, la dette publique, la récession, la « justice fiscale », la décroissance, mais aussi la transition écologique. Dans le cadre d’une session spéciale, Claire Petreault, fondatrice des Pépites Vertes, un média focalisé sur ce thème, a ainsi proposé de rendre obligatoire « un service citoyen à partir de 18 ans qui permettrait de former les jeunes aux défis climatiques et environnementaux. » L’objectif est de combler l’écart entre l’anxiété des jeunes causée par le réchauffement climatique, et leur engagement quotidien en faveur de la transition écologique.

Cette proposition s’inscrit dans la continuité des politiques de bourrage de crâne pratiquées au sein même de l’Éducation nationale. Les 20 mesures pour la transition écologique à l’école, présentées par le ministère de l’Éducation nationale en juin dernier, illustrent le fait que les lubies des militants comme celles de Mme Petreault s’immiscent toujours plus dans la sphère éducative. Le problème est qu’il ne s’agit pas de développer l’esprit critique des plus jeunes à un stade de leur vie où leur cerveau est particulièrement malléable, mais de leur imposer une vision idéologique de l’écologie avec un rejet quasi systématique des solutions axées sur l’économie de marché, le libre-échange et l’investissement dans des technologies décarbonées. Les « éco-anxieux » seraient peut-être moins nombreux si la place accordée à l’innovation et à l’entrepreneuriat était plus grande, ou si les chiffres relatifs à la pollution de l’air des pays développés étaient remis en perspective avec ceux des pays en voie de développement. Cela tombe bien : l’IREF organise une université d’été à Aix-en-Provence du 20 au 22 juillet où les questions liées à la crise environnementale et à l’économie écologique pourront être débattues. Ce sera l’occasion de remettre les pendules à l’heure. Dans une perspective libérale.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire