Accueil » La revue Science est-elle contaminée par l’idéologie progressiste ?

La revue Science est-elle contaminée par l’idéologie progressiste ?

par Nicolas Lecaussin

C’est ce que se demande l’éditorialiste James Freeman du Wall Street Journal. C’est une question difficile et James Freeman publie la réponse du célèbre professeur de psychologie à l’Université de Harvard, Steven Pinker : « L’Association américaine pour l’avancement des sciences, l’éditeur du magazine Science, m’a demandé de l’argent pour améliorer la diffusion de la science au service des décideurs et du public et pour stimuler l’action contre le changement climatique, des causes que je soutiens. Voici pourquoi j’ai refusé. Le magazine Science semble avoir adopté le « wokisme » comme politique éditoriale officielle et le seul type d’opinion qui puisse être exprimé dans le magazine. Un exemple en est la récente campagne sur la sous-représentation des Afro-Américains parmi les spécialistes en physique, les étudiants diplômés et les membres du corps professoral. Les six articles du numéro avancent comme explications que la sous-représentation est causée par le « privilège blanc », que « la culture dominante a découragé la diversité » et que « les Blancs utilisent leur appartenance à un groupe dominant pour affirmer leur identité politique, culturelle et économique. Il s’agirait d’un pouvoir sur ceux qui ne font pas partie de ce groupe.

Bien que la science soit généralement engagée dans un débat ouvert sur les controverses scientifiques, aucun désaccord avec cette théorie du complot n’a été exprimé. Et bien que la revue soit censée se livrer à des tests empiriques, aucune donnée qui pourrait fournir des explications alternatives à la sous-représentation des Afro-Américains n’a été présentée. Si nous voulons augmenter le nombre d’Afro-Américains en physique, il est très important d’agir dès le lycée en collaboration avec les professeurs de physique. »

Steven Pinker a raison. Le rôle d’une revue scientifique n’est pas de faire de la politique et/ou du progressisme. On ne distribue pas les vocations scientifiques comme on distribue des tickets de tombola. D’ailleurs, on pourrait se demander pourquoi les Afro-Américains sont surreprésentés dans les équipes du championnat américain de basket. S’agirait-il d’un « privilège noir » ?

You may also like

3 commentaires

nanard 6 mai 2022 - 8:11

Hum, la réponse est dans la question. on peut ajouter que parler de la rotondité de la terre relève du « débat » et non plus de la science, c’est devenu un avis… D’autre part, les programmes de svt au collège sont tout aussi inquiétants par certains aspects, on dirait parfois qu’il s’agit du programme ELLV….. alors comment la science peut-elle s’affirmer ?
D’autant que c’est souvent dans « l’occident blanc » qu’une majeur partie des avancées scientifiques ont été faites.

Répondre
Teisserenc 6 mai 2022 - 10:22

Quand la Grèce a fait émerger les bases de notre civilisation de nombreux siècles avant JC que faisaient les Africains ? Ce qu’ils faisaient toujours jusqu’à ce que ces fameux Blancs les réveillent par leur incursion en civilisateurs, en libérateurs de leurs mœurs inchangées depuis l’origine.
Il ne faut pas nous faire croire que nous avons conquis une Afrique telle qu’actuelle. La Nature a horreur du vide, ce qui explique notre arrivée dans ce beau continent.

Répondre
Bernard GUILHON 6 mai 2022 - 3:31

« D’autant que c’est souvent dans « l’occident blanc » qu’une majeur partie des avancées scientifiques ont été faites. » Pas souvent, toujours. La totalité du progrès humain, depuis l’âge de pierre, est dû aux Blancs occidentaux. Avec deux exceptions : la boussole et la poudre à canon, d’origine chinoise.

Répondre

Laissez un commentaire