Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Jair Bolsonaro obtient un résultat largement au-dessus de ce que prévoyaient les sondages et les analystes

Jair Bolsonaro obtient un résultat largement au-dessus de ce que prévoyaient les sondages et les analystes

par
167 vues

La plupart des sondages faisaient du candidat Lula da Silva le gagnant de la présidentielle dès le premier tour avec 50% des voix. Comme dans d’autres pays, y compris en France, les sondages peuvent se tromper. Lula a obtenu 48,4% des voix et l’actuel président Bolsonaro, 43,2%. Un troisième candidat, Simone Tebet, a, quant à, lui obtenu 4,2% des suffrages. Lula comme Bolsonaro sont souvent décrits comme des candidats aux extrêmes, l’un à gauche, l’autre à droite. La réalité est un peu différente.

Lorsqu’il a été président, de 2003 à 2010, Lula a contredit ceux qui craignaient que le pays sombre dans le gauchisme et il a mené une politique économique plutôt modérée. Sous sa présidence, le PIB/hab (en dollars courants) a été multiplié par 4,3. Après son départ, une vaste enquête contre la corruption surnommée « Car Wash » a révélé que des milliards de dollars de pots-de-vin impliquaient la compagnie pétrolière publique, des entreprises de construction privées, la banque de développement brésilienne ainsi qu’une partie de la classe politique, dont Lula et le Parti des travailleurs. En 2017, Lula a été reconnu coupable de blanchiment d’argent et de corruption. Il a écopé d’une peine de neuf ans qui a ensuite été portée à plus de 12 ans par un autre tribunal. Mais l’année dernière, la Cour suprême a jugé que le tribunal qui l’avait condamné n’était pas compétent. M. da Silva a donc été libéré et clame depuis son innocence, bien qu’il n’ait jamais été innocenté par aucun tribunal.

En face, Bolsonaro est connu pour ses excès de langage, son caractère « à la Trump » et a été accusé d’un manque d’empathie envers les victimes du covid. Il accuse depuis longtemps le vote électronique d’être source de fraude, donnant à ses ennemis un argument pour le traiter d’antidémocratique ; et là ses résultats, meilleurs que prévu, viennent lui ôter beaucoup de crédibilité.  Sur le plan économique, il a nettement amélioré le climat des affaires au Brésil, il a ouvert le marché des télécommunications et abrogé les lois punitives qui restreignaient le commerce. Les dépenses publiques ont diminué alors même que les transferts sociaux aux pauvres ont augmenté. Même si le PIB/hab a baissé sous Bolsonaro, l’économie brésilienne a connu une croissance de 2,4% au cours des six premiers mois de cette année. Le chômage et l’inflation sont en baisse. Dans son programme économique, Bolsonaro affirme que, lors de son second mandat, il adoptera des taux d’imposition plus bas et un système fiscal simplifié, il fera plus de privatisations et d’ouvertures à la concurrence. Il souhaite que le Brésil rejoigne l’Organisation de coopération et de développement économiques et fasse partie du club des nations développées.

Au deuxième tour, le 30 octobre prochain, les Brésiliens auront le choix entre plus d’Etat et moins d’Etat.

Vous pouvez aussi aimer

1 commenter

Obeguyx 4 octobre 2022 - 9:28

En effet, Nicolas, on va voir si les Brésiliens sont aussi cons que les Français ou pas. Très bon article à diffuser largement.

Répondre

Laissez un commentaire