Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Comités scientifiques : multiplication n’est pas action

Comités scientifiques : multiplication n’est pas action

par
116 vues

Le Conseil scientifique, qui a assuré le suivi de l’épidémie de Covid pendant deux ans, n’existe plus depuis la fin de l’état d’urgence sanitaire, et l’on s’attendait à ce qu’il disparaisse tout simplement. Pas du tout. Il revient sous le sigle « Covars », Comité de veille et d’anticipation des risques sanitaires. Dix-huit membres pour surveiller « les risques sanitaires liés aux agents infectieux atteignant l’homme et l’animal », les « polluants environnementaux et sanitaires » et le « changement climatique ». C’est l’occasion, fort opportune, de trouver des postes à quelques membres de l’ancien Conseil scientifique et de l’ancien Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Il pourra être saisi par les ministres de la Santé et de la Recherche ou s’auto-saisir.

Nos gouvernants adorent multiplier les lois, les comités et les conseils pour montrer leur action dans des domaines tous plus importants les uns que les autres. A tel point qu’on se demande parfois s’ils ont pris de le temps de recenser les organismes qui existaient déjà. En l’occurrence, leur a-t-on parlé de la Direction générale de la santé (DGS) créée en 1956 pour protéger la population des menaces sanitaires nationales et internationales ? Connaissent-ils le Haut conseil de la santé publique (HCSP, 2004), qui fournit aux pouvoirs publics l’expertise nécessaire à la gestion des risques sanitaires ? Enfin, ont-ils appris l’existence de Santé publique France qui, depuis 2016, assure une veille sanitaire et anticipe les risques ? Le tout mobilise déjà près de 1 500 personnes.

Quelle est la plus-value exacte du nouveau Covars, en-dehors de la création de nouveaux postes et d’une nouvelle dépense publique ? La multiplication des organes de conseil ou de décision, en plus d’être un gâchis d’argent public, promet un manque d’efficacité dans les crises à venir, puisque nul ne saura exactement à qui s’adresser, sans même parler des guerres de périmètres.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

nanard 4 octobre 2022 - 6:24

Excellente description d’une des maladies de la technocratie, qui s’auto-alimente « naturellement…. Dans cette période qui se veut « verte » ça peut ressembler furieusement à du recyclage ! Et ça nous coûte très cher…

Répondre
Obeguyx 4 octobre 2022 - 9:35

Avec la création de l’ARS par le traitre JUPPE, c’est près de 20000 emplois de fonctionnaires totalement inutiles et très destructeurs qui ont été créés en France depuis près de 30 ans. Merci la gôôôche !!! Français faites les comptes à 2500 €uros par mois en moyenne par salarié depuis 30 ans (environ 14 milliards pris dans vos poches et foutus en l’air).

Répondre
Picot 4 octobre 2022 - 3:26

Dix huit membres pour nous surveiller NOUS. Est ce que nous portons bien notre masque là où on nous dit de le porter? Est ce que nous allons bien faire notre 4e dose? Re bonjour Mac Kinsey.

Répondre
Astérix 5 octobre 2022 - 10:57

Objet : Fwd: Faire-part de naissance – ET 1 DE PLUS DANS LE MILLE-FEUILLES !
– La Direction Générale de la Santé,
– La Direction de la Santé Publique,
– Santé publique France,
– La Direction de la Haute Autorité de Santé,
– Les Directions des Agences Régionales de Santé,
– La Direction de l’Agence Nationale Sanitaire,
– La Direction de l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé,
– L’Agence Epidémiologie-France,
– Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire,
– L’Agence Nationale de sécurité du médicament et de la Santé,
– Le Conseil Scientifique de la Présidence de la République,
– Le Haut Commissariat de lutte contre les Epidémies,
– Le Haut Conseil de Veille Sanitaire,
– L’Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale,
ont le plaisir de vous annoncer la naissance du petit dernier :
“Le Haut Conseil d’Orientation pour la Stratégie Vaccinale”
– ça ne s’invente pas !
Et Hop ! Un de plus !
Nous allons sûrement être mieux vaccinés…!
Mais les français sont contents de payer top d’ impôts ???
Pauvre France.

Répondre

Laissez un commentaire