Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Interdiction des super-promotions : les parlementaires s’attaquent au pouvoir d’achat

Interdiction des super-promotions : les parlementaires s’attaquent au pouvoir d’achat

par
576 vues
prop_4_pendules.png

Dans le cadre d’une commission mixte paritaire (CMP), députés et sénateurs se sont accordés sur une proposition de loi qui encadre les relations commerciales entre les enseignes de supermarché et leurs fournisseurs. Alors que l’inflation frappe les ménages à hauteur de 7,3 % en février, les supermarchés n’auront plus le droit de proposer de rabais supérieurs à 34 % sur les produits d’hygiène.

La raison ? Le texte serait un compromis pour satisfaire le lobbying de centaines de petites et moyennes entreprises (PME) qui s’estiment lésées par les mesures anti-inflation de leurs concurrents. Ces entreprises, dont la capacité d’innovation ne serait “plus à démontrer” si l’on en croit le site du Sénat, imposent pourtant des politiques protectionnistes au détriment des consommateurs. Pendant ce temps, les supermarchés continuent de recevoir des injonctions contradictoires de la part de Bercy : l’opération trimestre anti-inflation prévoit des prix les plus bas possibles sur les produits alimentaires et non-alimentaires, alors même que les « promos choc » qui en découlent sont considérées comme étant “destructrices de valeur”.

Qu’on ne s’y trompe pas : à l’instar de la loi Egalim de 2018 qui plafonne les opérations promotionnelles sur les denrées alimentaires, cette nouvelle loi sur les relations commerciales ne vise pas tant à préserver le pouvoir d’achat qu’à ménager des intérêts particuliers dans une perspective électoraliste. Elle illustre le réflexe nocif, typiquement français, qui consiste à légiférer au moindre conflit entre plusieurs acteurs économiques. À long terme, il ne faudra plus s’étonner si les grandes surfaces comme Carrefour, Intermarché ou encore Leclerc décident de s’implanter à l’étranger pour bénéficier de cadres juridiques plus favorables au libre-échange et à la concurrence.

Vous pouvez aussi aimer

7 commentaires

Roven 25 mars 2023 - 6:47

Mais de quoi se mêlent-t-ils, est-ce le rôle du Parlement de fixer le prix des carottes ??? L’autoritarisme ne gagne pas que le président…

Répondre
Thoma 25 mars 2023 - 6:55

Plus c’est cher plus l’état encaisse de la TVA il faut sortir des grandes écoles pour comprendre. L’état n’a aucun intérêt à faire baisser les prix tout au contraire.

Répondre
Astérix 25 mars 2023 - 8:43

Merci Élodie, une fois de plus, l’état n’a pas à s’immiscer dans les négociations du secteur privé qui doit rester libre de d’agir. L’on commence à en avoir par dessus la tête de cette commission mixte paritaire qu’il faudrait interdire et de toutes ces commissions qui ne font que paralyser la France et le secteur privé qui fait pourtant vivre tous ces crétins de fonctionnaires inutiles !

Répondre
Daniel 1945 25 mars 2023 - 9:27

Parfaite illustration du en même temps de la macronie.

Répondre
Almaviva 25 mars 2023 - 9:56

Quand l’état de mêle de ce qui ne le regarde pas, on vit ce que cela donne !

Répondre
AlainD 25 mars 2023 - 6:00

Comment ne pas voir que les individus qui ont voté un tel texte ne font jamais les courses ? Certes leurs rémunérations leur permettent sûrement de ne pas s’abaisser à mégoter sur les prix, il est même permis de penser que seule la fumée sort de leurs poches…

Répondre
JR 26 mars 2023 - 8:23

Bonjour, mais que vient faire l’état dans les politiques commerciales des entreprises ! Ce qu’il reste de ce gouvernement en lambeau n’a pas d’autre sujet à traiter ? Il me semble qu’il y a du pain sur la planche. Cette Macronie à 80 km/h, malus à 50 000 € , ZFE et déclin énergétique est insupportable, vite dehors. Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire