Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Hausse historique des taux d’intérêt de la BCE : un remède inefficace

Hausse historique des taux d’intérêt de la BCE : un remède inefficace

par
89 vues

Après avoir ramené les taux sur les dépôts bancaires de – 0,5% à 0% en juillet, la BCE vient d’annoncer une nouvelle hausse à 0,75%, faisant suite aux nouvelles prévisions de l’inflation de la zone euro qui ont été dévoilées le 8 septembre. De 6,8% en juin pour l’année 2022, ces prévisions ont été relevées à 8,1%. L’objectif d’inflation, fixé aux alentours de 2% par Francfort, pousse à frapper fort avec la plus importante hausse dans l’histoire de l’institution.

La banque tente de traiter les symptômes sans pour autant s’attaquer à la source du problème. Evoquant une ‘inflation en France de 5,3% au deuxième trimestre 2022, l’INSEE nous informe que la hausse des prix de l’énergie y contribue à hauteur de 3,1 points. C’est donc l’énergie, indispensable au fonctionnement de la société, ménages comme entreprises et administrations, qui participe le plus à l’augmentation des prix. Nous payons aujourd’hui « l’alignement des prix de l’électricité […] sur les prix du gaz » explique Bruno Le Maire, ce qu’il qualifie lui-même d’« obsolète et aberrant » alors même que les méthodes de production d’électricité du pays devraient préserver le consommateur français.

Il s’agit d’une remise en cause de la fausse libéralisation du marché européen de l’énergie, menée en dépit du bon sens en 2007. C’est la reconnaissance de l’inefficacité des technocraties française et européenne à protéger le consommateur. L’exemple le plus criant étant celui de l’Arenh. Le citoyen va devoir contribuer deux fois, la première en acquérant une électricité plus chère qu’elle ne devrait l’être, et la seconde quand l’Etat, avec les impôts qu’il perçoit, décide la renationalisation d’EDF mise en difficulté par la mauvaise gestion des pouvoirs publics.

Bruxelles doit permettre une réelle libéralisation du marché de l’énergie si elle souhaite vraiment lutter contre la hausse des prix et rendre le pouvoir d’achat au consommateur. Elle ne peut plus se contenter de tenter d’endiguer les effets sans admettre qu’elle en est la cause.

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Obeguyx 10 septembre 2022 - 9:58

Inutile de rêver. Bruxelles ne permettra rien. Continuez de vous bercer d’illusions et sortez vos portes monnaies. Il n’y aura rien d’autres à l’horizon. Il vont faire des décotes aux « nécessiteux » et feront payer les autres. Comme d’hab’.

Répondre
Dudufe 10 septembre 2022 - 11:24

Quels sont les crétins qui ont eu cette funeste idée et pourquoi d’aligner le prix de l’électricité sur celui du gaz ?
Si on faisait le bilan exact de ce que nous coûte réellement l’UE , ce ne serai pas beau à voir !

Répondre
François Audouze 10 septembre 2022 - 12:22

C’est assez intéressant comme concept de racheter une entreprise pour qu’elle baisse fortement ses prix et qu’elle fasse de lourdes pertes. L’État investisseur dans EDF nous donne des leçons de pitoyable gestion.

Répondre
Astérix 11 septembre 2022 - 1:53

Je recommande cette vidéo :
La BCE impuissante contre l’inflation qu’elle a créée – Politique & Eco n°354 avec Charles Gave

Répondre

Laissez un commentaire