Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » En Irlande, les recettes fiscales sans taxe sur les superprofits

En Irlande, les recettes fiscales sans taxe sur les superprofits

par
169 vues

La petite Irlande, si mal en point au plus fort de la crise de 2008, est aujourd’hui une des économies les plus dynamiques de l’UE grâce à des politiques publiques pro-entreprises, une fiscalité avantageuse et une main-d’œuvre bon marché. La croissance a été de 13,7% en 2021 et devrait atteindre 7% en 2022, alors que la récession guette l’Europe. Mieux, voici un indicateur qui devrait faire réfléchir les partisans d’une taxe sur les superprofits : les recettes issues de l’impôt sur les sociétés ont bondi de 51% pendant les sept derniers mois. Pourtant, le taux d’IS n’est « que » de 12,5% en Irlande. L’IS a rapporté de 3,5 et 5 milliards entre 2008 et 2014, ce pourrait être 20 milliards cette année. L’île d’émeraude est particulièrement attrayante pour les entreprises. En 2019, le cabinet Pwc, dans une étude, révélait que son système était le plus efficace pour les entrepreneurs en Europe et le quatrième au niveau mondial. L’administration sert l’intérêt général et encourage la création d’entreprises. Les grandes multinationales américaines – Facebook, Amazon, Microsoft et Apple – n’ont pas simplement installé une boîte aux lettres pour payer moins d’impôts, ils ont établi de véritables sièges sociaux et emploient des milliers de salariés dans des bureaux de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés.

L’exemple irlandais rappelle qu’une imposition élevée est contreproductive. Nul besoin d’une taxation des superprofits pour accroître les recettes fiscales de l’Etat en temps d’inflation. L’idéal serait d’augmenter l’assiette en réformant la fiscalité et l’administration, afin d’encourager l’implantation de multinationales. On peut se demander si nos hommes politiques ont entendu parler de la courbe de Laffer, postulant que plus l’impôt augmente et plus les recettes diminuent en proportion. Un petit cours d’économie fondamentale ne ferait certainement pas de mal aux députés de gauche ou du parti majoritaire car en Irlande, même le Sinn Fein, de gauche, reconnaît les bienfaits de cette fiscalité et ne souhaite pas la changer.

Vous pouvez aussi aimer

8 commentaires

Laurent46 23 août 2022 - 4:26

Sans taxes sur toutes les entreprises qui pillent l’UE pour combler la dette des USA. Que l’UE s’endette et s’appauvri ne semble déranger personne il y a l’Europe qui va payer avec de l’argent gratuit que la France à initié. Maintenant demander à la France et aux instances de l’UE de réduire leur mammouth public et à ne plus créer de nouvelles structures pour y caser leurs potes pour un long pantouflage est utopique et surtout pas pour demain.

Répondre
montesquieu 23 août 2022 - 8:52

L’Irlande n’est pas un pays collectiviste. CQFD

Répondre
Astérix 23 août 2022 - 9:19

D’un coté les Pays socialo communistes archi nuls : La France, dont nos dirigeants n’ont jamais rien compris, puisqu’ils ne savent pas gérer et, de l’autre LE Pays intelligent : L’Irlande !

Répondre
L François 23 août 2022 - 10:47

Très bon article frappé au coin du bon sens… sauf « et emploient des milliers de salariés dans des bureaux de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés. »
Comme les journalistes et comme les politiques, vous n’êtes pas très à l’aise avec les unités.
C’est en étant rigoureux que l’on est pertinent et donc crédible.
NB : la France ne fait que 550 000 km2 et l’Irlande 70 000

Répondre
Obeguyx 23 août 2022 - 12:40

Vous pouvez essayer de convaincre les français, vous n’y arriverez plus !!! Ils sont trop « accros » à leur assistanat. Ils ne s’en détacheront que lorsqu’on leur coupera les vivres. Assistanat, vacances, allocations, aucunes contraintes, droits sans devoirs, fainéantise sont les maîtres mots de la société française. L’Afrique entière ne s’y trompe pas et rapplique afin de « bequeter » au râtelier jusqu’à plus soif (ou faim).

Répondre
egoma 23 août 2022 - 5:09

Je vous suis dans l’esprit et la forme… C’est l’égoïsme ( l’individualisme) qui aveugle le peuple.
Il n’y a plus de nation. Il n’y a que des intérêts particuliers.
Ca s’appelle la décadence. Suffit de voir nos dirigeants affligeants participant de leur propre Koh-Lanta tous les jours. On y glisse doucement tous les ans, pourvu que ca dure ou prévoyez votre plan B.

Répondre
egoma 23 août 2022 - 4:59

Encore une autre étude qui révèle .. le bon sens , la réalité ! : plus on travaille, plus on créée de richesses, plus il y a d’entreprises, moins on taxe, meilleurs sont les dividendes du Pays et de sa population.

Ça c’est dans un pays ‘capitaliste’ normal, vous savez le pire système économique de la planète à part tous les autres.
Mais les mots utilisés : ‘..politiques publiques pro-entreprises, une fiscalité avantageuse et une main-d’œuvre bon marché..’ ça sens bon le militantisme sur l’exploitation de l’ouvrier par le patron, les grandes heures de la lutte sociale…
Chez nous les rapports ( que personne a demandé au passage) ont les met sous les pieds des armoires, on lance une autre étude ( le mot actuel est une ‘réflexion’) puis on plante des fonctionnaires et on récolte des impôts.
Très peu comprennent que le refus de tenir compte de ces rapports, càd de changer de paradigme, expliquent ( en grande partie) le montant de la dette.
Personne ne veut savoir comment on va payer nos dettes, encore moins l’oligarchie en place., qui laissera le foutoir aux suivants comme ils ont tous faits depuis 40 ans, en n’oubliant surtout pas d’en profiter au passage..
Un Bruno LEMAIRE sait exactement de quoi il en retourne, mais les ambitions…. rendent aveugles et muettes.
Un certains Fillion s’est risqué à nommer la faillite de l’état, une affaire opportune l’a promptement éliminé des prétendants. Et c’est pas nos gauchos de services qui en sont à l’origine.
Un autre expert financier ASSELINEAU au cœur de la finance de l’état, dénonce depuis des décennies la situation gravissime de la dette , une opportune mise en examen au mois de mai 2019 …
On se demande qui a intérêt à ne rien changer à part le pouvoir en place.

A part les lecteurs d’ IREF, essayez de transmettre ou d’expliquer les évidences de ces rapport à des tiers. Autant chercher à convertir ROUSSEAU ( pas le philosophe) à la théorie de Darwin.
Le Français comprendra, toujours trop tard, notamment quand on captera par nécessité, son épargne. Mais même cette évidence , confortée par les lois prêtes à l’usage au cas où, est inaudible.
Et au royaume du dernier pays communisme d’Europe, c’est toujours bien vu de prendre dans la poche de ceux qui ont l’argent pour le donner aux autres.

Répondre
egoma 27 août 2022 - 9:37

Je n’avais pas vu la phrase : ‘L’administration sert l’intérêt général et encourage la création d’entreprises.’ C’est plutôt une constance dans les pays anglo-saxons.
En complément, le comportement de l’administration de l’IR est identique en UK et l’imposition y est de 10%.
J’ai géré mon entreprise pendant 33 ans, sans rien demander à personne en supportant les taxes des PME à 33% alors que mes concurrents, des grands groupes, l’étaient à 8-10%.
Le constat : L’administration sert l’intérêt de…. l’administration.
Elle ne décourage pas la création d’entreprises. Elle s’en fou : l’entreprenariat est un concept abscons de nos fonctionnaires, à l’origine du découragement et lassitude de nombreux entrepreneurs. Elle applique consciencieusement les directives, les règles les contrôles dans l’indifférence générale des conséquences. Ce n’est pas leur problème. Et de plus, un patron c’est riche c’est bien connu. alors..
Pire certains organismes de contrôle de l’état, notamment la DDTE gangrénée par la CGT, sont là pour se faire des petits patrons, tandis qu’ils pactisent avec certains groupes moyennant paix sociale et avantages.
https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2022/06/24/la-direction-d-orpea-attaquee-pour-collusion-avec-son-syndicat-majoritaire_6131858_1653578.html
et ce n’est qu’un exemple , ça dure depuis des décennies.

Pire encore dans les tribunaux de commerce, où les sanctions disproportionnées ont mis au tapis les entreprises et ses salariés dans l’indifférence idéologique, ou par collusion, permettaient de faire tomber un concurrent.

Quand on a un pays biberonné à la subvention, à l’aide, à l’allocation, il ne faut pas s’étonner du manque de réussite de nos PME.
Les rares employés (diplômés bac +5) que j’ai côtoyé, conscients de leurs capacités et de l’opportunité de créer leur entreprise, soit y on renoncé devant le constat de la difficulté d’entreprendre en FR , soit se sont exilés en UK ou aux US.
Notre poudreu et son valet économiste se gargarisent des ‘excellents résultats de création d’entreprise’ en manipulant les chiffres on s’en saurait douté. Sauf que :
https://www.entreprises.gouv.fr/files/files/directions_services/politique-et-enjeux/entrepreneuriat/entrepreneuriat-faits-et-chiffres.pdf

Les défaillances d’entreprises sont en hausse depuis 2001, artificiellement ralentis par le quoi qu’il en coute de 2020, dont les TPE, PE et micro entreprises représentent à eux seuls 85%.

Conséquences : lente décadence et appauvrissement général du pays. On y voit les résultats aujourd’hui. De plus en plus de travailleurs pauvres, disparition de la classe moyenne, déficits généralisés de tous les régimes et aides sociales, dette abyssale qui ne pourra jamais être remboursée si ce n’est par l‘inflation qui est un impôt déguisé par la dépréciation de l’argent de votre épargne.
En 2022, on y est, le COVID était le prétexte initial, la guerre en Ukraine c’est du pain bénit pour nos oligarques.
Pour ceux qui n’ont pas compris le message du poudreu, serrez les fesses.

Les causes : les politicards aussi indifférents à l’entreprise que son administration et les Français qui les ont élus notamment les abstentionnistes.
Le réveil sera douloureux. Il ne faudra pas être propriétaire et disposer d’économies sur son assurance vie et livret A.

Répondre

Laissez un commentaire