Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Elections législatives en Finlande : la droite gagne en prônant une baisse des dépenses publiques

Elections législatives en Finlande : la droite gagne en prônant une baisse des dépenses publiques

par
502 vues

Dimanche 2 avril ont eu lieu les élections législatives en Finlande. La première ministre sociale-démocrate Sanna Marin a été battue. C’est le parti de centre-droit, le parti de la coalition nationale, qui remporte ces élections avec 20,8 % et 48 sièges. Il est suivi par le parti nationaliste des Vrais Finlandais qui obtient 20,1 % et 46 sièges. Le parti social-démocrate est lui relégué à la troisième position avec 19,9 % et 43 sièges. Le leader de la Coalition Nationale, Petteri Orpo, devrait être le nouveau Premier ministre.

Sanna Marin, populaire dans les médias car femme et de gauche (être leader d’un pays quand on est une femme et de droite rend moins populaire) n’a pas été sanctionnée sur sa politique internationale, domaine dans lequel elle s’est montrée courageuse en affrontant directement Poutine, en soutenant l’Ukraine et en faisant entrer son pays, neutre jusqu’alors, dans l’OTAN. Non, Mme Marin s’est vue sanctionnée sur sa politique économique.

En effet, la dette a explosé sous son mandat. La dette par rapport au PIB s’élevait à 73 % au quatrième trimestre de l’année dernière, contre 66 % un an plus tôt. Elle était de 64,9 % en 2019. Le pays connait également une forte inflation (7,1 % en 2022) et une récession de 0,2 % est attendue pour 2023. Bon nombre de Finlandais regardent également avec inquiétude l’immigration qui s’accélère dans le pays et les problèmes liés à l’immigration africano-musulmane chez leurs voisins suédois.

Des négociations sont en cours pour former le nouveau gouvernement autour du centre-droit. Deux types d’alliances sont possibles : ou bien avec l’extrême-droite et le centre, ou bien avec la gauche de Mme Marin et le centre. Mais pour mener à bien son programme de réduction de la dette, il conviendrait mieux pour le futur Premier ministre de s’allier avec les Vrais Finlandais, qui avaient également fait campagne sur ce thème. Petteri Orpo le dit lui-même : s’attaquer à la dette passera par une baisse des dépenses publiques, notamment avec des coupes dans les services publics de plusieurs milliards d’euros.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire