Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Le communautarisme musulman s’invite aux élections législatives

Le communautarisme musulman s’invite aux élections législatives

par
245 vues

Les résultats de la dernière élection présidentielle ont révélé un fait assez surprenant : 69% des électeurs musulmans ont voté Jean-Luc Mélenchon. La communautarisation du vote est un phénomène observable et en forte augmentation depuis plusieurs élections. Fort de cette analyse, un petit parti musulman, l’Union des démocrates musulmans de France (UDMF), a investi une centaine de candidats pour les prochaines législatives, dont 48 en Ile-de-France et 16 en Auvergne-Rhône-Alpes, deux régions à forte présence musulmane. Dans son manifeste, le parti indique vouloir lutter contre les discriminations et les inégalités qui touchent les musulmans. Il dénonce l’interdiction du voile généralisé dans l’espace public, les dissolutions arbitraires d’associations et l’ingérence de l’Etat dans l’exercice du culte musulman. Le site de campagne de l’UDMF s’ouvre d’ailleurs sur la photo d’une femme voilée, laissant peu de place au doute quant à ses intentions politiques.

Si son fondateur, Nagib Azergui, a conscience qu’il peinera à gagner des circonscriptions, l’argument financier est son moteur. En effet, la loi prévoit qu’un parti qui obtient au moins 1% des voix dans 50 circonscriptions peut prétendre à des subventions publiques de l’ordre de 1,53€ par voix. Lors des élections régionales, l’UDMF avait atteint 1% dans 57 circonscriptions et avait donc reçu des subventions publiques.

Mais une question demeure : l’Etat doit-il subventionner un parti qui luttait en 2012 pour l’autorisation du voile intégral ? « Un État qui interdit à une femme en niqab de circuler n’est pas digne de s’appeler un État démocratique et encore moins laïc », pouvait-on lire, il y a peu de temps encore, sur son site internet. Le mouvement a également dénoncé, en fin d’année dernière, les dissolutions de Baraka city et du CCIF, deux associations connues pour leurs liens avec les Frères musulmans.

Vous pouvez aussi aimer

6 commentaires

Laurent46 12 mai 2022 - 4:39

Dans une indifférence sans égal de la population Française ! cela montre bien l’état de décrépitude de cette République

Répondre
en fait 12 mai 2022 - 6:56

Elections pièges à C….?
Le son des mots, la voix des maux; l’anagramme de « communautarisme » donne – Communautaires – cependant, il reste la lettre – m – pour Mélenchon peut être ?.
Si, pour certains les  » nos-terres » ont fait 1789; les nouveaux commu nautaires feront-ils la prochaine?.
OUI mais, avec ou sans J.L.M. .

Répondre
Astérix 12 mai 2022 - 9:34

Laurent46 a tout résumé ! Les français sont incapables d’anticiper ce qui démontre leur niveau.
Ils ne comprendront toujours pas le jour proche ou nous aurons une république islamique ??!
La France est cuite.

Répondre
Emile 15 mai 2022 - 9:10

« 48 en Ile-de-France et 16 en Auvergne-Rhône-Alpes, deux régions à forte présence musulmane » !
Selon les résultats il faudra s intéresser a la Gouvernance de ces deux régions !! Où le vert Écologiste s est fondu dans le Vert des Freres Musulmans : les Lapins Cretins de Jadot Lapin vont y laisser leurs poils , avec ou sans Burkini de naissance australienne, et pas coranique !

Répondre
Obeguyx 15 mai 2022 - 10:02

Laurent46, Astérix, touchent du doigt notre problème. La France est vraiment cuite. Aucun espoir avec la réélection de nos margoulins de tous poils.

Répondre
Mahesa 15 mai 2022 - 12:18

La France a toujours le choix entre la liberté et la privation de liberté. Macron, c’est option 2. Zemmour c’est option 1. Choisir et assurer. Macron, 43 ans, c’est la facilite, la faiblesse et la passivité de la vieillesse. Zemmour, 63 ans, c’est le courage, la détermination et la pugnacité de la force de l’âge. Ben voilà.

Répondre

Laissez un commentaire