Accueil » Des antifas agressent des étudiants de droite

Des antifas agressent des étudiants de droite

par François Turenne

A Grenoble, il n’y a pas que les dealers qui font régner la terreur, il y aussi les antifas. Des étudiants, membres du syndicat Uni, ont été sauvagement attaqués en sortant d’un bar de la ville dans la nuit de mardi à mercredi. Les agresseurs se réclament des mouvances d’extrême-gauche, dites antifascistes. Aux cris injurieux de « fachos », les six individus ont asséné coups de poing et coups de pied, notamment à Hanane Mansouri, responsable Jeunes LR du département. L’agression, de nature politique, n’est pas la première dans une ville marquée de plus en plus par la violence de l’extrême-gauche. En février dernier, le candidat LR aux législatives, Clément Chappet, avait été frappé, lors d’un tractage, par un militant de la France Insoumise. La ville de Grenoble, dirigée par le maire écologiste Éric Piolle, devient le nouvel épicentre des mouvances woke, antiracistes et antifascistes depuis quelques années. L’exemple de l’IEP Grenoble est particulièrement frappant. Des étudiants, membres d’un syndicat d’extrême-gauche, avaient harcelé et insulté des professeurs parce qu’ils avaient émis des critiques sur l’islam. Les noms des professeurs avaient été divulgués sur les réseaux sociaux. Devant la menace, ils ont été placés sous protection policière. Les responsables des faits n’ont même pas été exclus de l’école.

Le recours à la violence est un des traits caractéristiques de l’extrême-gauche qui aime crier aux fascistes alors que ses pratiques sont souvent plus fascistes que celles de ses adversaires. L’intimidation, l’outrance, le mensonge, la violence… envers les opposants politiques ont été les modes opératoires de tous les régimes communistes qui ont existé sur la planète. Ces mouvances antifas, dont certaines sont regroupées en association, devraient être dissoutes par le ministère de l’Intérieur. L’impunité dont elles jouissent n’est plus tolérable pour le bien de la démocratie.

You may also like

2 commentaires

en fait 22 avril 2022 - 9:09

C’est tout à fait normal. En France l’on note de plus en plus une brutale coupure entre les Bons et tous les Autres.
D’ ailleurs « ne me parle pas de Grenoble », ici, les dealers, les Antifas, . .. …., sont les très bons, tous les autres ne sont strictement rien. Aussi, une brutalité contre rien, c’est juste un sentiment de brutalité; il est aussi, possible de se poser la question de qui renseigne qui ?.
Enfin, le diable est toujours dans le détail Eric Piolle a encore un pourcentage du capital de sa co-entreprise spécialisée dans la gestion des risques financiers, elle a Madame Piolle en son sein, des filiales à Londres et Singapour, . .. ….,
Comme quoi, il y a les bons et les autres. Donc tout va très bien.

Répondre
JR 22 avril 2022 - 7:18

Bonjour, une impunité entretenue par les médias subventionnés et les juges rouges (pléonasme)Merci. Bien à vous

Répondre

Laissez un commentaire