Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Démographie : le réveil va être brutal

Démographie : le réveil va être brutal

par
1 202 vues
prop_4_pendules.png

Les médias en ont fait quelques articles : la démographie en 2023 en France est au plus bas, loin désormais du seuil de renouvellement des générations (2,1 enfants par femme contre 1,80 actuellement en France). Alors, c’est vrai, rien de nouveau sous le soleil : le monde entier voit sa natalité diminuer mais c’est plutôt l’indifférence générale qui peut agacer, certains étant même ravis de la situation, pour des raisons écologiques ou malthusiennes, ou les deux.

Mais mesure-t-on l’ampleur du séisme qui nous attend ? D’abord, la pénurie de main-d’œuvre, qui existe déjà malgré les robots et l’IA dans de très nombreux pays comme la Chine ou les Etats-Unis, va s’étendre au monde entier et à tous les domaines, entraînant de facto une baisse de production et un ralentissement économique potentiellement gigantesque. Ensuite, cette situation précipite les plus âgés vers une catastrophe : en effet, la pénurie de personnel pour s’en occuper (alors qu’ils seront toujours plus nombreux en pourcentage et moins nombreux à avoir des enfants pour les aider, puisque les gens font de moins en moins d’enfants), va devenir critique d’ici la fin du siècle.

Enfin, c’est véritablement une question existentielle qui est posée : jusqu’où ira la baisse de la population mondiale, qui devrait débuter vers 2045 ? Y aura-t-il moins d’un milliard d’habitants sur terre dans 200 ans, c’est-à-dire demain ? Le réveil sur la question démographique va être brutal.

Quant à la solution, elle ne passe pas  ou guère par des politiques natalistes dont les résultats n’ont jamais été prouvés. Les gens qui ont confiance en l’avenir font plus d’enfants que ceux qui en ont peur. Pour retrouver une dynamique démographique et la croissance qu’elle entraine, il faut rendre à tous ceux qui  en sont capables la liberté et la responsabilité d’eux-mêmes comme gages de leur possibilité de construire leur propre futur.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

10 commentaires

Photini 15 mai 2023 - 4:19

C’est dans les années 70 qu’ils auraient fallu informer les gens. Maintenant c’est trop tard. L’enfant unique c’est bien, ça laisse plus de temps pour soi, pour sortir, consommer et voyager, mais à long terme ça créé de très gros problèmes: paiement des retraites non assuré et recours à l’immigration donc modification du tissu français.

Répondre
Oncpicsou 15 mai 2023 - 4:52

Si le problème des retraites était abordé plus intelligemment, la population réagirait peut-être de même. Supprimez la retraite par répartition à ceux qui n’ont pas d’enfants (mais pas leurs cotisations qui sont destinées à leurs parents) et vous aurez un levier d’incitation faisant appel au bon sens. Il va de soit que, pour ceux qui n’auraient pas d’enfants, il reste la capitalisation…
Les questions que cela soulève ont toutes une réponse, mais ce serait trop long à développer.

Répondre
nanard 15 mai 2023 - 6:47

OUI, et c’est LE vrai problème ! La majorité des décideurs ne savent pas se projeter dans l’avenir, les pyramides des âges nous renseignent de l’évolution pour les prochaines décennies. La décroissance est déjà inscrite…. Les efforts doivent se concentrer sur ce sujet plutôt que sur un écologie de pacotille, qui entraine une récession économique, en coûtant très cher….. à l’échelle de la terre, un siècle de soi-disant « surpopulation » , avec l’exploitation des ressources est négligeable….. Quand on oublie que la vie, au sens large, c’est de l’énergie, alors, les pays qui suivent la nouvelle doxa écolo iront dans le mur ! Quant aux commissions composées d’incapables, et idéologues, nous avons un vrai problème de représentativité…. Où sont les vrais politiques natalistes ?

Répondre
Roven 15 mai 2023 - 7:43

Imaginons-nous une terre supportant à long terme 100 milliards d’individus ? Nous sommes déjà en surnombre, en train de nous étouffer par notre pollution. Une stabilisation par la baisse n’est-t-elle pas un heureux présage ?
Au passage, bien sûr, cela passe par l’immigration progressive des populations du sud en croissance (Afrique) vers celles du Nord.

Répondre
Lombled 15 mai 2023 - 10:12

J’ai déjà lu et entendu des conneries sur cette question de la démographie, mais il y a des commentaires qui battent tous les records.

Répondre
pal 15 mai 2023 - 6:24

L »Occident ne se tire pas une balle dans le pied, mais une salve de mitraillette dans les deux pieds, les jambes,…
Décarbonation dogmatique, décroissance mythique, guerre fratricide et bientôt atomique… Si St Basile, St Pierre, Notre-Dame, Canterbury, etc… sont encore debout, elles seront surmontées de minarets…

Répondre
paul 21 mai 2023 - 6:27

selon les statistiques, dans 100 ans en l’an 2123 1 terrien sur 2 sera noir….alors que en 1900 le rapport était de 1 homme noir pour 10 terriens….inutile de vous faire un dessin sur ce qu’il va se passer
à suivre… 😔

Répondre
Henri 21 mai 2023 - 11:36

Euh… Je rêve ou quoi ? Habitué que j’étais à entendre que la surpopulation mondiale allait entraîner de graves problèmes, là c’est la baisse de la natalité qui va en créer… Cerise sur le gâteau , l’auteur de l »article écrit « Y aura-t-il moins d’un milliard d’habitants sur terre dans 200 ans, c’est-à-dire demain ? » Ben, (1) dans 200 ans c’est pas vraiment demain, c’est même loin… (2) qu’il y ait un milliard d’habitants ou quinze ou cinquante ou deux, peu me chaut : nous ne serons plus là ! ☺

Répondre
François Audouze 23 mai 2023 - 4:31

Prenons deux hypothèses de France, la seconde ayant 100.000 bébés de plus par an. En 20 ans on aura 2 millions de personnes de plus qui n’auront jamais travaillé. Il aura fallu créer des crèches, des écoles, des stades et des infrastructures. On vient nous raconter que dans cette seconde hypothèse on paierait mieux les retraites ? Foutaises. Et croire que ça se passe mieux après est faux puisque ces 2 millions devenus adultes vont procréer et repousser le problème.
Quand on voit que l’eau va manquer, qu’EDF n’aura pas assez de centrales, que le forêts vont brûler, vouloir relancer la natalité est aberrant. La bonne taille pour la France est 40 millions. Les villes comme Paris, Lyon et les banlieues sont invivables.
Alors en subliminal on se dit, si on baisse la natalité, les musulmans vont nous remplacer. Il y a une solution, c’est la suppression des allocs, et la création d’allocs négatives, c’est à dire qu’un enfant de plus à partir du 3ème seront un coût, par exemple de 100 € par mois par enfant au dessus de 2.
Les pays qui seront le mieux armés pour lutter contre la submersion africaine sont ceux qui auront des finances solides. Il faut au plus vite aller vers 40 millions et il sera toujours temps de relancer la natalité avant 200 ans !!!!

Répondre
Alain Guédon 6 septembre 2023 - 7:00

Je suis étonné de cet article catastrophiste, alors qu’un autre auteur venait de s’amuser des prévisions catastrophistes exactement contraires de Paul Ehrlich…
La paille et la poutre ?

Répondre