Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » La haine des riches, une obsession française

La haine des riches, une obsession française

Nicolas Lecaussin dans Le Point

par
576 vues

Nicolas Lecaussin, directeur de l’Iref, analyse pourquoi les plus fortunés sont, sous prétexte de « justice sociale », devenus des « pestiférés ».

Selon la dernière enquête Odoxa, sept Français sur dix estiment que les riches ne sont pas aimés dans notre pays, et 52 % admettent ne pas les aimer eux-mêmes. La haine antiriches ne connaît pas de répit. Pas un jour sans que l’on entende, dans les médias, des politiques, des syndicalistes, des journalistes, des intellectuels s’en prendre aux grosses fortunes.

Elles seraient coupables de tous les malheurs qui se sont abattus sur nous. On les accuse de ne pas payer d’impôts, de s’engraisser sur le dos des travailleurs, d’être en réalité illégitimes, moralement indécents… Certains propos sont même encore plus violents, comme ceux de la secrétaire nationale d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) Marine Tondelier et du leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon qui réclament carrément leur départ de la France.

Autre antienne, la « répartition des richesses » qui doit être meilleure, plus juste, plus équitable. Pour « lutter contre la pauvreté, il faut mieux partager les richesses » : c’est Esther Duflo, prix Nobel d’économie, qui l’explique aux enfants dans une BD ! C’est devenu comme un réflexe conditionné, une réaction automatique. Surtout chez ceux qui n’ont jamais rien créé, comme Jean-Luc Mélenchon ou Madame Michu au comptoir du bistro.

Or, il se trouve que les richesses ne poussent pas comme les champignons après la pluie. Elles sont générées par l’intelligence, le talent, le génie. Certes, elles ne peuvent donner de fruits abondants que grâce à la compétence, la rigueur, l’honnêteté, la conscience, l’enthousiasme de tous ceux qui les entretiennent. Grâce à leur travail. Mais Madame Michu, qui réclame hargneusement « le partage des richesses », qu’a-t-elle fait pour qu’elles existent et, éventuellement, lui permettre de gagner sa vie ?

Trouble obsessionnel compulsif

Il faut l’admettre, les richesses proviennent de sources constitutivement inégalitaires. Il est peut-être injuste que ce soit Bill Gates ou Mark Zuckerberg qui aient eu la bonne idée et pas un autre, mais c’est ainsi et ce sera toujours ainsi, sauf à décourager toute initiative en taxant tous ceux dont le QI dépasserait la moyenne nationale. L’important est qu’ils l’aient eue, cette idée, et qu’ils ne se soient pas endormis dessus.

Ces innovateurs hors normes sont devenus très riches, mais quel « travailleur » accepterait leurs horaires de travail et le poids de leurs responsabilités (la question vaut d’ailleurs pour tous les grands patrons) ? Ils font vivre des milliers et des milliers de sous-traitants, ils créent des emplois, ils offrent un meilleur confort à des dizaines de milliers, voire millions de personnes, ils suscitent des milliers d’autres richesses.

Cette espèce de trouble obsessionnel compulsif contre les riches est une maladie bien française. On invoque la « justice sociale », autre expression réflexe de l’inconscient français – qui trahit le sentiment que les plus aisés ne le sont forcément que par le biais d’une injustice quelconque –, pour instaurer des taxes et impôts dans tous les coins possibles.

Une étude très récente, publiée par un institut prétendument « scientifique », entend montrer que les Français les plus riches ne payent pas assez d’impôts. En fait, comme nous l’avons facilement montré à l’Iref, elle triche en attribuant aux dirigeants et actionnaires d’entreprises des revenus qu’ils n’ont pas perçus. Et, selon Bercy, 10 % des plus riches payent environ 70 % de l’impôt sur le revenu.

Le luxe, un secteur capital

La cible – très – privilégiée des Zorro qui comprennent le film à l’envers est Bernard Arnault, l’homme le plus riche au monde. Ailleurs, ce serait une fierté nationale ; ici, c’est un pestiféré qu’il faut chasser. Quel mépris pour un homme qui, avec son groupe, génère des emplois, des richesses, des marques renommées qui font notre gloire dans le monde entier !

LVMH, c’est, rien qu’en France, 100 ateliers de production et 500 boutiques ; c’est, en 2022, la création de 15 000 emplois au bas mot, ce qui en fait le premier recruteur sur le plan national – qui plus est, chaque nouvel emploi en rend 4 autres nécessaires chez ses fournisseurs ; c’est plus de 165 000 employés.

LVMH paie 50 % de ses impôts en France, alors que seulement 10 % de son activité est basée sur le territoire. Et pourtant, tout récemment encore, des activistes l’ont poussé à abandonner le financement d’un centre de recherche de 22 500 m2 sur le plateau de Saclay…

Le secteur du luxe est capital chez nous, avec près d’un million d’emplois directs et indirects, de la maroquinerie à la joaillerie, de la mode aux vins et spiritueux. Malgré la crise, il a créé 3 500 nouveaux postes ces dernières années. Dans plusieurs de nos régions, il est même vital tant leur économie en dépend. Un exemple parmi bien d’autres ? À Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier), Vuitton (LVMH), qui y est présent depuis 1990, a ouvert 4 ateliers (1 000 salariés) et un centre de formation. Un ​habitant sur cinq de la commune travaille ainsi pour la Maison.

Un espoir cependant : tous les esprits ne sont pas frappés d’indigence économique. Il y a quelques semaines, fin mai, étaient publiés les résultats d’une enquête menée dans des écoles de business et de commerce, d’ingénieurs et IT : le groupe LVMH est celui qui attire le plus les étudiants. S’en prendre à son dirigeant, c’est détruire les emplois de demain pour les jeunes d’aujourd’hui.

Français, réveillez-vous et regardez le monde ! Aucun pays démocratique ne s’est appauvri à cause des riches, bien au contraire. Quand il n’y aura plus rien pour les milliardaires, il n’y aura plus rien pour personne.

Lire l’article dans Le Point

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

3 commentaires

Evguenie sokolof 26 juillet 2023 - 8:18

Ah oui….c’est clair qu’en Corée du Nord il n’y a pas de Kim Arnaud ni de Kim Bolloré mais que la population ramasse les algues sur la plage pour se nourrir….Un bémol cependant, les vrais Kim ne vivent pas dans le besoin.Le dernier d’entre eux avait fait venir spécialement un chef italien car il aimait les pizzas.Ce dernier doit être bien payé pour avoir fait le déplacement.Mais je souffle la réplique à la très bête Marine Tondelier, illettrée et inculte: La propagande nord coréeenne affirmait à propos de Kim Jong Ill , le second dictateur père du présent qu’un étoile était née le jour de sa naissance et qu’il ne faisait jamais caca! Voila un dirigeant d’un pays sans riches et qui en plus ne pollue pas! Bon, évidemment, Sardine peut trouver que ce n’est pas optimal puisque le caca peut être recyclé, ceci étant source d »emplois

Répondre
maujo 26 juillet 2023 - 3:25

les Français n’aiment pas les riches mais tous le monde voudrait être riche
Les Français aiment les pauvres mais personne ne veut le devenir.
J’ai eu l’occasion de visionner dernièrement une emission, « J’irai dormir chez vous » l’animateur de cette emission voyage seul, bardé de cameras dans un pays choisi ou il essaye d’entrer en contact avec les citoyens de ces pays pour échanger. la dernière emission se passait au Etas Unis, il en a fait le tour durant 3 mois et ce que j’ai pu voir de ses contacts avec de simples citoyens, souvent très pauvres qui n’hesitaient pas à l’inviter chez eux, dans leurs conversations sur leur condition de vie misérable, jamais ils n en avaient après les riches, le gouvernement ou les responsables de leur état. Tous simplement ils vivaient de leur travail si ils en avaient.

Répondre
mireille Delphis 28 septembre 2023 - 5:19

Il faut se battre pour obtenir et savoir se contenter de son sort, les envieux et les jaloux sont malheureux et ceux qui comploteraient pour évincer les riches sont des imbéciles. Il faut de tout pour faire un monde et nous avons bien besoin des riches pour créer des emplois en ces moments difficiles …

Répondre