Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Avoir moins d’enfants pour sauver la planète est une aberration

Avoir moins d’enfants pour sauver la planète est une aberration

par
750 vues

Huit milliards d’êtres humains. C’est la population actuelle de la Terre, suivant une courbe qui croît de moins en moins rapidement, et qui devrait atteindre les neuf milliards en 2037 puis stagner aux alentours des dix ,à partir des années 2080. Une situation qui en inquiète certains, particulièrement des jeunes gens qui décident de ne pas avoir d’enfants pour ne pas consommer de ressources et ne pas engendrer de petits pollueurs. Certains trouvent là une bonne excuse à une décision qu’ils auraient prise pour d’autres raisons, d’autres font un véritable sacrifice. Certaines personnalités médiatiques et associations qui militent pour une limitation de la natalité se réjouiront de ce succès. L’association Démographie Responsable, par la voix de son président Denis Granier, considère ainsi que les allocations familiales devraient être limitées à un ou deux enfants.

Cette limitation présente le même problème que tous les aspects de la décroissance : les Occidentaux s’y précipitent, oubliant d’une part le rôle que peut jouer la science dans le développement de l’humanité, d’autre part que le reste du monde ne suit pas forcément ces velléités sacrificielles. Or, qu’il s’agisse de purification d’eau, de nettoyage des océans, d’isolation des bâtiments, d’une moindre consommation des objets de la vie quotidienne, les découvertes ont le vent en poupe parce que les Occidentaux, ou ceux qui profitent de leurs laboratoires et de leurs universités, travaillent sur le sujet. C’est toute une génération, indispensable au futur de l’humanité, qui pourrait ne pas naître. Au lieu d’imaginer leur progéniture en futurs pollueurs et futurs consommateurs, les jeunes décroissants devraient les imaginer inventeurs et ingénieurs.

Ce néo-malthusianisme n’a en vérité rien de nouveau. A la fin du XVIIIe siècle, Robert Malthus, dont le génie n’était plus à prouver, clamait que l’humanité ne saurait survivre qu’en diminuant. Les progrès techniques lui ont donné tort. Les écologistes gagneraient à se documenter sur son erreur théorique pour ne pas la reproduire, et cesser de terroriser les jeunes.

Vous pouvez aussi aimer

17 commentaires

Oncpicsou 16 novembre 2022 - 8:22

Je suis d’accord qu’il faut plus d’ingénieurs et d’inventeurs que de littéraires, surtout à la tête des états. Ceci dit, la démarche actuelle consiste à imposer le mode de vie occidental à toute le planète. Cela conduira au désastre en multipliant l’empreinte humaine actuelle par 5 ! Commençons par stopper l’immigration qui transforme des individus au mode de vie « bas carbone » en individus « hautement carbonés »!
Les uns veulent par la décroissance, nous ramener à l’age de pierre et anéantir tous les progrès de l’humanité sans toucher à la démographie. Les autres ne veulent pas renoncer aux progrès réalisés par l’occident et s’accrochent à la sacrosainte « croissance » pour sauver leur modèle. On oublie simplement que diminuer la démographie n’est pas contraire à une croissance individuelle.
Il faut maintenir la croissance individuelle grâce aux progrès de la technique et de la robotique qui se substituera aux humains « en moins » pour maintenir un niveau de croissance individuelle tout en réduisant l’empreinte humaine sur notre planète… laissant un peu de place à la vie sauvage. 3 milliards d’individus semble être un objectif raisonnable.
Réduire le taux de CO2 dans l’air est indispensable pour réduire le réchauffement qui nous conduira à des phénomènes climatiques destructeurs pour l’humanité. Réduire la démographie par une action mondiale coordonnée est une urgence. C’est la seule mesure immédiatement efficace, ne demandant pas d’investissements longs à mettre en place et sans financement. Limitons les naissances dans le monde à 2 enfants max par femme et le problème se règlera tout seul. Comment? Si on considérait que l’enjeu est la survie de l’humanité, trouveriez vous que stériliser les femmes après leur deuxième enfant serait scandaleux? (ce qui serait une limite pour certaines populations serait un objectif pour le monde occidental !) Oui, Malthus avait raison.
Plan d’action N°1: Créer une instance mondiale de régulation de la démographie. allez les politiques au boulot !

Répondre
Nicolas Lecaussin 16 novembre 2022 - 9:34

Pourquoi ne pas stériliser les hommes ??? NON, ce que vous proposez ce sont des pratiques des pays totalitaires !!
NL

Répondre
Oncpicsou 16 novembre 2022 - 10:26

Cette réponse, je l’attendais avec gourmandise!
Stérilisez les hommes si ça vous chante, je n’y vois pas d’objection (si, peut être un peu d’égalitarisme totalitaire), mais il faut être aveuglé par les tabous pour ne pas se rendre compte que cela serait inefficace… S’il vous plait, au lieu d’utiliser le mot valise de « totalitarisme » réfléchissez un peu et vous comprendrez vite que cela n’empêchera pas une femme d’avoir autant d’enfants qu’elle voudra! (si c’est totalitaire de vouloir conserver une planète habitable pour nos enfant alors je le suis).
Pour être juste avec vous, je comprends très bien que ce que je propose est inaudible dans le monde des « bisounours » ou nous vivons et ou tout doit arriver sans la moindre contrainte. Cautionner mes propos vous mettrait probablement au ban de la médiasphère bien pensante qui domine le discours. Mais nous verrons ce qui se dira quand des humains mourront sous les cataclysmes naturels car des mesures simples n’auront pas été prises alors qu’il était encore temps… de peur de paraitre « totalitaire ».
Allez dire à un chirurgien, qui doit couper une jambe pour éviter la gangrène, d’y renoncer car ce serait « totalitaire »!
La citation du jour: « Le bon sens est le système immunitaire de la pensée »

Répondre
Nicolas Lecaussin 16 novembre 2022 - 10:37

Plus les pays s’enrichissent, plus la natalité baisse. Plus ona de l’innovation, plus on trouve des solutions. On n’a pas besoin de mesures totalitaires. On les laisse pour les séries sur Netflix…
NL

Répondre
Oncpicsou 16 novembre 2022 - 10:52

Effectivement, aux littéraires le pouvoir par la parole, aux ingénieurs de trouver les solutions!
J’ai fais une régression hyperbolique sur le taux de natalité mondial qui nous amène à 3 milliards d’individus au siècle suivant. Ce n’est qu’une extrapolation, bien sur.
Si on en croit JM. Jancovici ce sera trop tard!
Très cordialement.

Adélaïde Motte 16 novembre 2022 - 10:58

Bonjour Monsieur,

Vous parlez des humains qui meurent dans les catastrophes naturelles. Apprenez que ces catastrophes sont justement de moins en moins meurtrières : https://fr.irefeurope.org/publications/articles/article/les-catastrophes-naturelles-sont-elles-plus-destructrices-a-cause-du-rechauffement-climatique-non/ et https://fr.irefeurope.org/publications/les-chiffres-cles/article/catastrophes-climatiques-baisse-de-99-du-nombre-de-morts-par-rapport-a-il-y-a-un-siecle/

Quant à préserver « une planète habitable pour nos enfants », sachez que cela n’est pas permis par une décroissance démographique contrainte mais par des innovations qui permettent, comme je l’ai écrit, de consommer moins tout en produisant plus. Cessons je vous prie de considérer les enfants comme des consommateurs, ce sont de futurs inventeurs, pour peu que vous ne les poussiez pas à se terrer dans un bunker par crainte de polluer.

Enfin, si vous vous amusez à stériliser les femmes ayant accouché de leur deuxième enfant dans les maternités, tout ce que vous gagnerez, ce sera des accouchements à domicile dans des conditions plus ou moins bonnes pour éviter cette violence.

L’IREF est libéral, et le libéralisme passe par interdire le moins de choses possibles.

Signé : l’aînée de cinq, mariée au dernier de sept, tante de vingt-quatre enfants répartis dans cinq familles, enceinte du premier et ne comptant pas s’arrêter à un second.

Oncpicsou 18 novembre 2022 - 11:23

…a propos de totalitarisme (je sais, je m’écarte du sujet) pourriez vous faire une étude sur:
Le totalitarisme rampant qui à provoqué le coup d’état médiaticojudiciaire permettant à M. Macron d’être élu à la place de M. Fillon… sans aucune réaction mettant en cause ses principaux acteurs.
Sur le totalitarisme rampant autorisant une immigration de masse incontrôlée, contre l’avis des 2/3 des français sans que personne n’en tienne compte?
Sur le totalitarisme qui permet à des chefs d’état d’endetter les citoyens bien au delà du supportable.
etc…
Il faut s’y faire nous vivons dans une dictature rampante. Alors un petit propos totalitaire de plus ou de moins !! (pardonnez moi, j’ai cru, un instant, que dans un laboratoire de pensée, on savait ce qu’était un brainstorming)

Nicolas Lecaussin 18 novembre 2022 - 2:34

désolé, mais ce n’est pas vraiment du totalitarisme…

JR 16 novembre 2022 - 9:41

Bonjour, connaissez-vous le taux de C02 dans l’atmosphère ? Merci

Répondre
Oncpicsou 16 novembre 2022 - 11:03

Me voila rassuré. Merci

Répondre
Oncpicsou 16 novembre 2022 - 3:50

… je n’avais pas relevé, dans votre propos, que vous envisagiez de « consommer moins tout en produisant plus ». J’ai du mal à concevoir cela sans une accélération de l’accroissement démographique, peuplant la planète d’individus condamnés à une vie monacale! Pourriez vous m’expliquer comment cela est compatible avec la nature de l’homme qui est naturellement poussé par un désir d’exprimer librement sa créativité dans tous domaines ce qui implique la consommation. Cette approche me semble tout simplement inhumaine.
Je me permet de vous faire remarquer que l »échange serait plus serein si vous pouviez éviter d’assener à votre interlocuteur des « apprenez… » « sachez »… « …je vous prie ». Je ne suis pas votre élève et mon désir que les hommes vivent dans l’harmonie vaut bien le votre.
Sincèrement

Répondre
JR 16 novembre 2022 - 9:45

Bonjour Oncpicsou, le C02 est notre ami, cela n’a pas changé depuis le CM2… : https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR2-1.pdf Merci. Bien à vous

Répondre
Oncpicsou 17 novembre 2022 - 3:18

Bonjour JR
Je n’ai pas très bien compris le sens de vos propos mais ce que je peu dire au sujet du co2 c’est que sa concentration dans l’air est très faible. D’autre part il est établit que plus cette concentration augmente plus l’effet de serre qui en découle provoque une élévation de la température moyenne de la planète. Jusque la je pense qu’il n’y a que des réalités physiques incontestables. Si j’en crois les climatologues ce réchauffement entrainera des désordres climatiques nocifs à l’humanité (régions rendues inhabitables car trop chaudes, élévation du niveau des mers, cyclones etc.) La question de savoir si l’homme en est le principal responsable ou non n’a, à mon sens, aucun intérêt. Par contre le seul moyen dont dispose l’humanité pour ralentir le phénomène d’effet de serre est de baisser le taux de co2 dans l’air… et tous les moyens seront bons pour y arriver et maintenir les meilleures conditions de vie pour nos descendants.
Sincèrement

Répondre
Maellys93 16 novembre 2022 - 2:29

Dans cet analyse un élément lié à la surpopulation a été omis.
C’est sa croissance INEGALEMENT REPARTIE selon les zones géographiques de notre planète. _
En l’espace de la vie d’un «boomer» la population de l’Afrique sera passée de 300 M d’individus pour atteindre les 2 Mds.
Alors que l’Europe stagne en population à 300-400 M d’habitants.
D’où un déséquilibre important qui va générer des mouvements migratoires d’une ampleur jamais connus depuis le début de l’humanité.
Et l’histoire montre que les phénomènes migratoires occasionnent de graves troubles sociétaux voire des guerres civiles.
J’aurais vécu au temps des Gaules, certes l’envahissement par les Romains m’aurait agacé et contrarié.
Mais EN CONTREPARTIE ils m’apportaient les routes, l’agriculture, l’écriture, l’architecture, l’expérience des grands travaux, un art et un confort de vivre…
Bref, ils m’apportaient une CULTURE de PROGRES avec un BILAN GAGNANT pour les FUTURES GENERATIONS.

A contrario, que peuvent nous apporter les africains quand ils vont débarquer en masse?
60 ans après leur « libération arrachée au méchant colonisateur européen et blanc », à part le CHAOS et les CONFLITS ETHNIQUES et/ou RELIGIEUX, je ne constate RIEN de très positif.

Au lieu de disserter sur l’opportunité (ou non) de faire moins d’enfant, l’IREF devrait s’emparer de ce grave problème qui va occasionner une régression de nos valeurs empreintes de liberté et d’humanité.

Répondre
Obeguyx 16 novembre 2022 - 7:01

Sujet Ô combien épineux … Qui détient la vérité, nul ne le sait … Imaginons une guerre nucléaire mondiale avec les ravages que l’on sait, alors il n’y aura plus de problèmes démographiques … Nous ne sommes pas maître du temps et pour cette simple raison il faut beaucoup d’humilité. Arrêtons avec toutes ces idéologies à la con et redevenons plus simples et logiques, avec un léger doigt de rigueur.

Répondre
maxens 17 novembre 2022 - 7:24

Le seul soucis, c’est que les jeunes que cela inquiète, qui choisissent de ne pas avoir d’enfants, sont dans les pays dits « riches » et que ceux qui ne s’inquiète pas, et font beaucoup d’enfants, sont dans les pays ou la population n’est pas très riche et pour beaucoup ne rêve que d’émigrer vers les pays dits riches (oui parce qu’avec 3000 milliard de dettes, je ne suis pas sur que la France puisse être considérer comme riche). Empêchons l’émigration , et ces pays réfléchiront à une politique de natalité qui leur sera propre

Répondre
Marc 17 novembre 2022 - 6:04

On a déjà vidé la mer de ses poissons, rasé les forêts, pollué du fond des océans aux portes de l’espace, optimisé le saccage quoi qu’il en coute, des espèces multimillionnaire d’années s’éteignent tous les jours et vous déniez encore que notre nombre n’est pas crucial dans ce gâchis… Pire, vous prévoyez d’optimiser pour faire encore plus de mal au monde … C’est diabolique.
Je ne suis pas inquiet. Soit l’humain se prend en main pour réduire son nombre soit c’est son impact qui réduira son nombre. Sûr que les deux issues seront pérennes, la première agréable et la deuxième douloureuse. Sûr également qu’à ce rythme de destruction méthodique, le changement climatique va rapidement devenir le cadet de nos soucis.

Répondre

Laissez un commentaire