Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Congé menstruel dans la fonction publique : le beurre et l’agent du beurre

Congé menstruel dans la fonction publique : le beurre et l’agent du beurre

par
1 177 vues

C’est voté : depuis le 27 mars, les 1 200 femmes travaillant comme agent municipal à Saint-Ouen auront droit à un congé menstruel. Cela signifie qu’elles pourront poser « deux journées d’autorisation spéciale d’absence » tous les mois, après consultation médicale et sans retenue de salaire. Le maire socialiste à l’origine de cette petite révolution, Karim Bouamrane, se félicite de cette mesure de « justice sociale » soufflée par des militantes féministes.

Il y a beaucoup à dire sur le congé menstruel, annoncé le 8 mars, journée de la femme qui appelle évidemment des actes symboliques déposés sur l’autel du féminisme et de la bien-pensance.

Tout d’abord, pourquoi une mesure spéciale pour un empêchement physique qui ne concerne que les femmes ? La loi prévoit déjà ce cas de figure pour tous, l’article L1226-1 du code de travail disposant que « tout salarié ayant une année d’ancienneté dans l’entreprise bénéficie, en cas d’absence au travail justifiée par l’incapacité résultant de maladie ou d’accident constaté par certificat médical (…), d’une indemnité complémentaire, (…) à condition d’avoir justifié dans les quarante-huit heures de cette incapacité ». Cette mesure est donc essentiellement symbolique et politique.

De plus, une seule visite médicale permet d’obtenir le précieux sésame pour une durée indéterminée. On ne peut s’empêcher ici de penser aux 3,4 milliards d’euros qu’ont coûté en 2021 les falsifications d’arrêts de travail faites par des salariés, et qui sont très faciles à se procurer : une vingtaine d’euros suffisent sur Snapchat pour obtenir un document médical frauduleux. Cette mesure étant d’ordre politique, qui peut croire qu’une vigilance sérieuse sera appliquée à ces certificats ? Le simple fait de réclamer cette vigilance pourrait en effet vous conduire à être accusé de misogynie, de quoi éteindre aujourd’hui la carrière de n’importe quel homme blanc et hétéro.

Enfin, il s’agit là d’une situation bien commode : certaines femmes ne sont embauchées que grâce à une politique de quotas, ces femmes auront en plus le droit de ne pas venir travailler deux jours par mois parce qu’elles sont des femmes. Autant dire qu’elles auront le beurre et l’argent du beurre. Cette position ubuesque est possible dans l’administration territoriale, qui ne se préoccupe guère de sa rentabilité ni de son bon fonctionnement ; mais qu’en sera-t-il lorsque le congé menstruel sera imposé aux entreprises ? Cela ne risque-t-il pas de décourager l’embauche des femmes en raison des craintes bien légitimes de l’employeur de les voir s’absenter deux jours par mois ? Pour pallier cette conséquence, les pouvoirs publics imposeront encore plus de quotas de femmes dans les entreprises, et le matraquage normatif continuera d’empoisonner la vie des Français.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

Laissez un commentaire

9 commentaires

Philippe Cailliau 28 mars 2023 - 6:45

La durée de deux jours paraît bien courte pour un évènement physiologique qui s’étend sur une période bien plus longue.Il faudrait un congé mens(tr)uel!!!!

Répondre
Oncpicsou 28 mars 2023 - 7:17

C’est pas compliqué: une femme dira « j’ai mal au ventre »… et un homme « j’ai mal au dos »! C’est ça légalité.

Répondre
bern 28 mars 2023 - 1:17

Tout a fait Exact!!!

Répondre
DYEL 28 mars 2023 - 7:30

Et binetôt les trans auront aussi le droit de prendre des jours de congésupplémentaire pour trouble psychologique pour absence de règles.

Répondre
Christine 28 mars 2023 - 1:03

Assistanat, encouragement à la paresse, congés pour petits bobos : quand les Français comprendront-ils qu’il faut se retrousser les manches pour surmonter l’état de délabrement de la France ?
Tout ce qui a fait notre grandeur et tout ce pourquoi nos aïeuls se sont battus est dilapidé en quelques décennies.

Répondre
bern 28 mars 2023 - 1:18

malheureusement cela semble Foutu!

Répondre
Françoise 29 mars 2023 - 11:51

Merci Christine

Répondre
mireille Delphis 28 septembre 2023 - 4:38

Cette mesure ne va sûrement pas être en faveur des femmes, contrairement à ce que certaines en pensent. En effet le salaire de la femme s’en trouvera affaibli, les Entreprises ne se laisseront pas duper et les femmes réglo paieront pour les profiteuses. Il n’y a que la gauche pour instaurer de telles lois entraînant à la paresse sans en étudier les conséquences … Si tout le monde s’abstient de travailler où irons nous, nous sommes déjà bien bas, alors qu’adviendra-t-il de la France ? Ce ne sont pas ceux qui nous envahissent qui vont nous relever …

Répondre
moliard 17 février 2024 - 10:53

c’est les collègues qui vont être obligés de pallier au surplus de travail pendant ces deux jours, je ne vous dit pas l’ambiance dans les services qui existent déjà dans les entreprises avec les tirs aux culs de la gastro du lundi…ect

Répondre