Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Faire un don

Nos ressources proviennent uniquement des dons privés !

anglais
Accueil » Fiasco sécuritaire : un djihadiste sous surveillance de la DGSI commet un attentat dans un lycée

Fiasco sécuritaire : un djihadiste sous surveillance de la DGSI commet un attentat dans un lycée

par
760 vues

Vendredi 13 octobre, aux alentours de 11h, un jeune Tchétchène d’une vingtaine d’années est arrivé au lycée Gambetta d’Arras armé de deux couteaux. Selon le témoignage d’un professeur, témoin du drame, l’assaillant cherchait un professeur d’histoire. Face au danger, les élèves ont été confinés dans l’établissement, et plusieurs personnes ont tenté de désarmer le terroriste qui criait « Allah Akbar ». Alors qu’il tentait de désarmer le djihadiste en lui lançant une chaise, un courageux professeur de lettres est tombé au sol, et a été tué par l’assaillant qui lui a donné plusieurs coups de couteaux. Le djihadiste a également réussi à blesser gravement deux autres personnes avant de finalement être interpellé par la police.

Cet attentat est révélateur de plusieurs choses. Les premiers éléments de l’enquête révèlent que le djihadiste était pourtant sous surveillance de la DGSI, qu’il était fiché S depuis 11 jours précise BFMTV. Il avait même été mis sur écoute, et contrôlé par la DGSI la veille. Force est de constater que la surveillance de la DGSI n’a pas su empêcher l’attentat. Le grand frère du djihadiste est actuellement incarcéré à la prison de la Santé pour avoir projeté un attentat, déjoué le 26 avril 2019 par la DGSI. Le père avait été expulsé en 2018 à cause de la menace djihadiste qu’il représentait. La faillite de la DGSI peut aussi tenir du fait que le chef du Hamas, avait appelé aujourd’hui tous les musulmans à commettre des attentats, ce qui a probablement saturé nos services de sécurité.

Le profil du terroriste et son attentat rappellent bien-sûr celui du professeur d’histoire Samuel Paty, dont le troisième anniversaire de sa mort est dans 3 jours. De plus, il est effroyable de constater que l’ensemble de la population n’est jamais en sécurité. En effet, elle se trouve toujours désarmée face à un assaillant armé de simples couteaux. Les honnêtes gens sont donc condamnés à se défendre avec des chaises face à un djihadiste assoiffé de sang. Et les longues minutes à attendre l’intervention de la police auront coûté la vie à ce courageux professeur.

Abonnez-vous à la Lettre des libertés !

Vous pouvez aussi aimer

4 commentaires

Laurent46 16 octobre 2023 - 6:55

Normal dans un pays ou les horaires de travail sont inférieurs à 35h de présence avec un absentéisme public frôlant les 50% . La fainéantise paye en cette République qui donne l’exemple à travers ses mammouths Politiques et administratifs.

Répondre
Almaviva 16 octobre 2023 - 9:26

Tout ceci est la conséquence de la politique menée par nos dirigeants depuis plus de 30 ans ! Laxisme et solution :pas de vague, manque de courage politique pour s’attaquer efficacement contre l’islamisme ! De plus, cette immigration forcenée incontrôlée de personnes venant des pays musulmans a, bien entendu, aggravé la chose ! Quand nos dirigeants accepteront-ils de revoir leur politique à, cet égard ?

Répondre
Oncpicsou 17 octobre 2023 - 4:09

Et ça continue
Encore et encore
C’est que le début
D’accord, d’accord …
(Francis Cabrel)

Répondre
AlainD 17 octobre 2023 - 10:37

Cette famille aurait dû être expulsée en 2018, elle a refusé de monter dans l’avion, toute soutenue par les associations bêlantes (qui vivent surtout de l’argent public) et la mollesse d’un Valls qui s’en défend aujourd’hui. Selon l’habitude les politiques ne sont coupables et responsables de rien !

Répondre

Laissez un commentaire