Accueil » Les agriculteurs hollandais se révoltent contre l’écologisme

Les agriculteurs hollandais se révoltent contre l’écologisme

par Aymeric Belaud
Depuis plusieurs jours, les agriculteurs hollandais sont entrés en rébellion contre l’agenda écologiste de leur pays. Le gouvernement de coalition, dirigé pourtant par un parti libéral, souhaite réduire drastiquement ses émissions de carbone, comme les directives européennes le demandent. L’élevage serait principalement touché puisque pour atteindre l’un des objectifs, il faudrait, notamment,  réduire de 30 % les cheptels ! Un tiers des exploitations agricoles sont menacées de faillite.

L’écologisme va détruire l’agriculture néerlandaise

C’est une véritable révolte paysanne qui secoue en ce moment-même les Pays-Bas. La production agricole y est l’une des plus fortes et des plus importantes d’Europe, bien devant la France. Ils sont le cinquième exportateur mondial de denrées alimentaires, dépassés seulement par les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Chine, selon les statistiques de la Banque mondiale.

La prospérité de l’agriculture néerlandaise est facilitée par une grande liberté économique et une bureaucratie faible. Mais elle est menacée par l’un des virus les plus agressifs de ce début de siècle, l’écologisme.

Ce dérivé du socialisme, bien implanté dans les instances de l’Union européenne, a contaminé le gouvernement libéral de Mark Rutte, qui a fait de la réduction des émissions d’azote son cheval de bataille. Il existe même un ministre tout spécialement chargé de cette question, et déjà, des restrictions strictes ont été mises en place sur les nouvelles constructions ; ce qui, selon Rabobank, en a ralenti le rythme, intensifiant ainsi le déficit de logements dans ce pays côtier densément peuplé. Le 10 juin dernier, le gouvernement a accéléré en publiant un plan national et régional destiné à traquer plus sévèrement les émissions, dont la principale responsable est l’ammoniac provenant des effluents d’élevage. Certaines régions vont donc devoir les réduire de 70% au moins, parfois 95 % ! C’est ainsi que l’on en arrive à une quasi obligation de supprimer 30% du bétail pour atteindre les objectifs en matière de réduction d’émissions d’azote.

Le gouvernement avait déclaré en juin que « tous les agriculteurs ne peuvent pas poursuivre leur activité ». Il assume ouvertement que « cette approche n’est pas porteuse d’avenir pour tous les agriculteurs [néerlandais] ». Bel euphémisme : selon un rapport de Market Insight du 23 juin, c’est près d’un tiers des exploitations agricoles néerlandaises qui disparaîtront d’ici 2030 si la politique de réduction des émissions d’azote est mise en place !

Christianne van der Wal, ministre de la Nature et de la Politique de l’azote, a laissé entrevoir la possibilité que le gouvernement exproprie les terres des agriculteurs qui ne se conformeraient pas à sa politique…

Autoritarisme vert en pleine crise alimentaire mondiale

Comment alors ne pas comprendre leur vive colère ? Mark van den Oever, président du groupe de protestation Farmers Defence Force, a déclaré que les politiques gouvernementales étaient inacceptables. « Les mesures vont beaucoup trop loin […]. Les solutions techniques ne sont tout simplement pas possibles. Des zones entières vont donc être vidées de leur substance. Mes partisans sont extrêmement inquiets à ce sujet. Ils sont dos au mur », explique-t-il.

Pour se faire entendre, les agriculteurs manifestent depuis plusieurs semaines. Afin de protester contre leur mise à mort et tenter de faire reculer le gouvernement, les fermiers ont décidé de bloquer des péages, des autoroutes, des centres de la grande distribution, des supermarchés, des usines et même des aéroports. Ces blocages ont provoqué des problèmes d’approvisionnement, avec des répercussions immédiatement visibles dans la vie quotidienne des Hollandais : des rayons vides. Pas d’agriculteurs, pas de nourriture. Un résultat que provoquera également cette politique écologiste. Sauf que les blocages ne durent que quelques jours au maximum. L’écologisme, lui, se veut « durable ». Les pénuries qu’il engendre ont toutes les chances de l’être aussi…

Les manifestants ont, comme souvent lors de manifestations d’agriculteurs, répandu du fumier dans les rues et sur les routes, devant des bâtiments officiels, parfois même sur les forces de l’ordre. Certains ont aussi voulu viser les résidences du premier ministre et de la ministre Van der Wal. La réponse policière a été parfois brutale et disproportionnée. Mark Rutte a condamné certains manifestants pour avoir « dépassé les limites ».

Certes, il faut condamner toute forme de violence et de débordements. Mais d’une part, les manifestants ne sont, dans la très grande majorité, pas violents. D’autre part, est-il plus violent de déverser du fumier, de bloquer quelques heures des routes et des supermarchés, que de détruire des vies entières, d’empêcher des citoyens honnêtes de travailler pour produire de la nourriture dans un contexte de crise alimentaire mondiale ?

Car, ne l’oublions pas, le monde traverse une crise alimentaire grave et doit faire face à une pénurie d’engrais et de nourriture. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a averti le 24 juin dernier qu’il existe un risque réel que de multiples famines soient déclarées en 2022″, ajoutant que « 2023 pourrait être encore pire ». Réduire la production agricole ne va qu’aggraver cette crise. Associée à la folie du bio, ce pourrait être une véritable catastrophe. L’idéologie écologiste démontre une fois encore qu’elle est complètement déconnectée de la réalité.

Un médiateur va être nommé par le gouvernement pour tenter de résoudre la crise. Rappelons qu’une vague de protestations similaires a eu lieu aux Pays-Bas en 2019, en réaction à une proposition législative visant déjà à réduire de 50 % le nombre de têtes de bétail. Espérons, pour les agriculteurs hollandais mais aussi pour le monde, que ce projet sera abandonné. Sinon, il pourrait très bien inspirer d’autres gouvernements à travers l’Europe, notamment celui de la France…

Vous pouvez aussi aimer

8 commentaires

Povredenou 15 juillet 2022 - 6:33

100 % avec les agriculteurs hollandais.
Les beaux parleurs écologistes sont de piètres dogmatiques et leur parano va mal finir.
L’élevage régressera et les canicules subisteront.
Les modèles climatiques du giec sont une vaste escroquerie intellectuelle.
Nous allons nous révolter nombreux contre cette écologiste, tellement la société va être contrainte par leur délire.
Nous n’aurons qu’à nous adapter au « dérèglement climatique »
Prétendre corriger le climat est une folie

Répondre
montesquieu 15 juillet 2022 - 7:29

Merci aux agriculteurs néerlandais. Qu’ils fassent école et entrainent une révolte généralisée contre les bureaucrates et les lobbies de l’UE qui tuent l’Europe!

Répondre
Obeguyx 15 juillet 2022 - 8:18

La folie des « escrolos » n’a pas de limites. Or, lorsqu’il n’y a plus de limites ou qu’elles sont dépassées, il n’y a que la violence pour faire bouger ces « abrutis », qui d’ailleurs n’hésitent pas à employer cette violence avec leurs forces de l’ordre afin d’arriver à leurs fins. Je parle depuis longtemps de l’UERSS. Les gens n’ont, je crois pas bien compris que le ver est dans le fruit, que l’arbre (Europe) est en train de pourrir et que les politiques s’en délectent sournoisement comme feu un certain « Staline » à une certaine époque et que tout ce beau monde (ou leurs ascendants) adulait.

Répondre
orilou 15 juillet 2022 - 8:28

Après avoir déplacé le problème en favorisant la consommation de produits fabriqués hors d’Europe (Asie entre autres) détruisant au passage nos industries textile, automobile, électronique, électro ménager etc. Une écologie dogmatique, hors sol et inefficace s’apprête à détruire notre agriculture. C’est en partie fait en France AVEC l’APPUI de NOS GOUVERNEMENTS qui n’ont pas lésiné sur le charges, taxes et règlements contraignants de toutes sortes.

Répondre
François THEOBALD 15 juillet 2022 - 11:09

C’est une occasion à ne pas manquer de manifester une solidarité active avec les agriculteurs hollandais, bien que les méthodes hollandaises aient souvent été critiquées en France. Mais si le gouvernement des Pays-Bas parvient à imposer sa volonté contre celle des agriculteurs, aucun doute que cela va donner des idées (mauvaises) au gouvernement français pour trouver un appui inconditionnel auprès des écologistes.
Pendant ce temps les pouvoirs allemand et français remettent en route des centrales à charbon, bien plus polluantes, si l’on veut bien croire à l’effet négatif « pour la planète » des « gaz à effet de serre » et à la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique (que je conteste à 95 %). Toute l’agitation autour des COP est un écran de fumée pour des taxes nouvelles et une accoutumance à le réduction de la liberté d’entreprise et à la liberté de la réflexion et de la pensée. N’oublions jamais que certaines nations et pas des moindres en chiffre de population ont un total mépris pour les mesures supposées réduire la consommation des énergies fossiles produisant des gaz « à effet de serre », bien qu’elles fassent semblant d’adhérer aux conseils prodigués par des organismes auto-proclamés « sauveurs de la planète ». Et même le président Macron, qui se croit autorisé à survoler la capitale en avion à réaction (coût écologique de cette petite fantaisie ?).
L’agriculture hollandaise a toujours été très productiviste, nécessité alimentaire oblige. Ce sont les Hollandais qui ont généralisé l’utilisation des moulins à vent et des pompes pour assécher les polders (dès le 17è siècle ; de grands savants hollandais se sont attelés à résoudre les problèmes techniques). Production de bétail à l’hectare, bien supérieure à celle de la moyenne européenne à la même époque.

Répondre
Picot 15 juillet 2022 - 1:04

Et chez nous, silence radio.

Répondre
Berty 19 juillet 2022 - 9:01

Bonjour,
Je découvre votre think-tank et dès la 1ère lecture, le ton est donné « …menacée par l’un des virus les plus agressifs de ce début de siècle, l’écologisme. », ou encore »…la folie du Bio »…
Certes, « … le monde traverse une crise alimentaire grave » mais lier cette crise alimentaire à notre capacité de production est un raccourci classique !
Alors, pour vous paraphraser, n’oublions pas que la crise écologique en cours est autrement plus grave. Et je ne suis certainement pas un extrémiste collapsologue, même pas un « ayatollah vert », seulement un citoyen curieux de nature qui observe tout à fait concrètement le déclin rapide de la biodiversité !
Pour rester dans le contexte de votre article, je vous invite à la lecture rapide de cette étude que vos experts semble visiblement ignorer :
https://www.techno-science.net/actualite/quand-pollen-detruit-par-chaleur-N22201.html
…et ce n’est pas issu d’un site écolo-bobo !

Répondre
Nicolas Lecaussin 19 juillet 2022 - 2:06

C’est pour ça qu’il y a les OGM ! L’étude le précise d’ailleurs..

Répondre

Laissez un commentaire